Au coeur de l'Histoire Forum Index
Au coeur de l'Histoire Forum IndexFAQSearchRegisterLog in

EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES
Goto page: 1, 2  >
 
Post new topic   Reply to topic    Au coeur de l'Histoire Forum Index -> Zoom sur l'Histoire -> L'Histoire De Versailles
Previous topic :: Next topic  
Author Message
orev
First Lady
First Lady

Offline

Joined: 10 Feb 2009
Posts: 5,067
Localisation: S D F
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 3,982
Rang: Chef Animatrice
C. Flavien: 2ème
Moyenne de points: 0.79

PostPosted: Fri Apr 3 2009, 10:00    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

En rangeant mes photos, je tombe sur certaines prises au château de Versailles l’hiver dernier, et bien évidemment sur celles concernant l’exposition de Mr JEFF KOONS A VERSAILLES.
Inutile de vous faire part de mon opinion, je vous laisse juge de ces horreurs vues dans le palais du Roi Soleil… il a dû se retourner dans sa tombe, le pauvre ….




Commentaires trouvés sur le net :
« Le château de Versailles accueille depuis le 10 septembre et jusqu’au 14 décembre des œuvres de l’artiste américain Jeff Koons. Son style très personnel est un mélange entre le pop art, le kitsch et la transformation d’objets de la vie courante en œuvres d’art, ce qui contraste énormément avec le classicisme de la demeure de Louis XIV et de ses successeurs. De nombreux amateurs d’art se disent choqués par cette association tout autant que par la personnalité plutôt controversée de l’ancien époux de la star du porno italien, la Cicciolina qui s’était fait un nom en s’exhibant dans le plus simple appareil.
Une manifestation a été organisée devant les grilles du château par l’Union nationale des écrivains de France pour protester contre l’exposition des 17 œuvres de Koons, dont un homard géant en aluminium ou un lapin gonflable en inox. D’autres associations ont également montré leur désapprobation, mais Monsieur Jean-Jacques Aillagon, président du domaine de Versailles et ancien Ministre de la Culture a soutenu que « Versailles doit rester un lieu culturel vivant et ne pas être plongé dans le formol ».
De là à accueillir des homards géants en aluminium…. nous vous laissons juge »
http://www.mondial-infos.fr












« Attention : événement. L'artiste américain Jeff Koons, pape du néo-Pop et recordman des salles de vente, exhibe ses sculptures ultra-contemporaines sous les ors écrasants de Versailles. Un passionnant choc visuel et mental, à quelques exceptions près.
Jeff Koons, costume impeccable et sourire jusqu'aux oreilles, monte la volée d'une centaine de marches qui sépare le parterre de Orangerie, où trône sa monumentale sculpture de fleurs Split-Rocker, de la terrasse qui surplombe les jardins de Le Nôtre. Autour de lui, une nuée de journalistes tente de capter quelques phrases de l'artiste qui échapperaient au discours officiel. En vain. Tel Louis XIV en promenade entouré de sa cour, l'artiste américain est aujourd'hui le principal ordonnateur de la fête.Le « monde à l'envers »

Avant même le début du montage de l'exposition, les commentaires allaient bon train, mettant en cause l'opportunité d'une telle invitation, que l'on doit à l'initiative de Jean-Jacques Aillagon, ex-ministre de la Culture et actuel président du château - et par ailleurs ex-conseiller de François Pinault, lui-même grand collectionneur de Jeff Koons. Dans une tribune publiée dans Le Figaro, l'académicien Jean Clair, éminent historien de l'art auquel on doit la brillantissime exposition « Mélancolie » organisée en 2005 au Grand Palais, y voit les travers du monde de l'art contemporain, « nef des fous », « monde à l'envers » où règne la notion de « décalage ».Plutôt que de décalage, on parlerait plutôt d'écho, tant la plupart des œuvres exposées à Versailles répondent avec justesse - et souvent humour - au décor des salles qui les accueillent. Du Rabbit (animal symbole de fertilité depuis le Moyen-Âge) dans le Salon de l'Abondance, à Moon (Light Blue), immense œil-de-boeuf bleuté qui réfléchit la Galerie des Glaces toute entière, en passant par le Hanging Heart (Red/Gold) dans l'alcôve de l'Escalier de la Reine, le parcours a été savamment pensé et judicieusement dosé par les commissaires de l'exposition, Laurent Le Bon et Elena Geuna, pour permettre aux œuvres anciennes et contemporaines de respirer, et au spectateur de les contempler avec la distance et l'ironie nécessaires. Quelques face-à-face cependant tombent à plat, comme le fameux Lobster trop malingre dans le Salon de Mars, ou le trop terne Bear and Policeman dans le somptueux Salon de la Guerre.Néo-rococo ?

Certes, l'expo est un show, et se revendique d'ailleurs comme tel, mobilisant les services Spectacle du château. Et c'est précisément ce pourquoi les œuvres de Jeff Koons entrent en parfaite résonance avec Versailles, architecture-spectacle. Les rapports entre le baroque de l'architecte Hardouin-Mansart, du peintre Le Brun et du paysagiste Le Nôtre et le néo-Pop kitsch de Jeff Koons, que l'on rappelait ici, sont nombreux, même s'ils sont anachroniques : goût pour l'illusion ("faux ballons gonflables en aluminium ou acier"), le décoratif (voir le Vase de fleurs en bois peint dans la Chambre de la Reine), le clinquant (utilisation du marbre et de l'or), monumentalité, sensualité, art réservé à une élite, démonstration de richesse, etc. Quelle que soit l'opinion des visiteurs sur les œuvres de Jeff Koons, ces rapports sont évidents - le néo-rococo, une nouvelle catégorie de l'histoire de l'art ?



Jeff Koons Versailles, expo au Château de Versailles, du 10 septembre au 14 décembre 2008.Entrée libre le samedi 4 octobre 2008 de 18h30 à 3h du matin, à l'occasion de la Nuit Blanche.

http://arts.fluctuat.net/jeff-koons













« Depuis le 10 septembre dernier, 15 œuvres de l’artiste américain Jeff Koons sont exposées au château de Versailles. Un évènement qui a déclenché la polémique.
Jean-Jacques Aillagon, président du domaine de Versailles a choisi cet artiste au style kitsch, chouchou des collectionneurs milliardaires pour confronter art contemporain et art ancien, une grande tendance du moment, puisque tous les musées s’y confrontent (Fontainebleau, le Louvre etc…). Après une montée d’opposition pendant l’été, l’exposition a finalement bien vu le jour et 15 sculptures monumentales de Jeff Koons trônent dans les salles les plus visitées du château. Controverse artistique ou politique sur le choix de cet artiste : le style baroque contemporain de Koons est il légitime dans ce lieu ? L’ancien directeur du Palazzo Grassi de Venise (propriété de François Pinault, grand collectionneur de Jeff Koons) est il réellement intègre quant au choix de cet artiste ?
Beaucoup de débats autour de cette exposition, ce qui en confirme certainement sa légitimité. Un artiste de roi ou de milliardaire du XXIème siècle peut être, mais des œuvres aux performances techniques incontestables et des matériaux luxueux qui ne demandent qu’à être vu du plus grand nombre. Des sculptures qui méritent une fois dans leur vie, d’être présentées aux côtés des maîtres anciens du château. »
http://blog.lachainetele.tv/tag/jeff-koons/



















« Redonner tout son sens à notre « patrimoine »…Entendre ce que « décalé »veut dire…La  voix d’un prince de la Maison de Bourbon - Parme s’élève : S.A.R. le prince Charles-Emmanuel de  Bourbon-Parme a écrit au Président de la République… Les « dessous » de l’exposition Jeff Koons à Versailles


Communiqué de presse du 2 décembre 2008  
 
S.A.R. le prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme fait valoir ses droits à faire cesser l’atteinte à l’œuvre, à la mémoire de Louis XIV et de Marie-Antoinette  dans  les  grands  appartements  royaux  de Versailles.Le Prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme rend publique la lettre qu’il a d’adressée au Président de la République, le 18 novembre dernier, pour lui demander de faire cesser le trouble manifeste que provoque la profanation de l’œuvre et de la mémoire de ses aïeux, organisée actuellement dans les Grands appartements du Roi-Soleil, et de faire procéder au retrait des objets de scandale et de dérision qui les occupent indûment, au plus tard le 14 décembre 2008, date initialement annoncée pour la fin cette « exposition ». Il constate qu’à la quasi unanimité, les touristes et les personnes les mieux placées pour en juger,  au château comme à l’extérieur et à l’étranger, s’accordent sur le fait qu’au regard de la nature du lieu et du devoir de mémoire, cette exposition promotionnelle n’a aucunement sa place dans le saint des saints des appartements royaux ; que cette exposition, se qualifiant elle-même de « clownesque et pleine d’allusions sexuelles », ne vise à rien de moins qu’à se moquer, à ridiculiser et à dénaturer l’œuvre d’art et de mémoire de chaque pièce, comme de l’ensemble ; que l’intention suprême de profanation et de dérision se manifeste d’une manière particulièrement affichée et provocante vis-à-vis de l’image de Louis XIV, de l’emblème de sa personne et de son œuvre, et de Marie-Antoinette comme de la femme en général.
A l’évidence, toutes ces profanations de l’image et de la mémoire de ses aïeux - et de la femme en tant que telle - ne laissent aucun doute sur l’intention de dénaturation et de profanation organisée au nom de l’Etat et à la stupéfaction du monde entier ; la prolongation annoncée jusqu’au 4 janvier 2009 de cette exposition à caractère pornographique affichée, et ceci durant les fêtes de Noël,  en dépit des engagements et des protestations de toutes parts, apparaissant comme une nouvelle  provocation.
C’est donc à titre strictement familial, mais conscient de porter ainsi le sentiment général des Français et des étrangers des cinq continents amoureux du château de Versailles, que S.A.R. le Prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme a décidé, en tant que descendant en droite ligne de Louis XIV et de Marie-Antoinette, investi du devoir de défendre ses aïeux comme tout français, de faire valoir ses droits pour que cesse enfin l’atteinte à l’image, à la mémoire et à l’œuvre de Louis XIV et de Marie-Antoinette, organisée par l’Etablissement Public du Musée et du Domaine national de Versailles, dans les Grands Appartements royaux du châteaux, visités tous les ans par des millions de touristes venant du monde entier. 
Il engage donc une procédure contre l’Etablissement Public et répondra aux questions le 11 décembre 2008, à l’Hôtel de France, à Versailles place d’armes, 5 rue Colbert, à l’issue de sa conférence lors de la soirée de 20 h à 23 heures.

 

  
www.lesmanantsduroi.com
_________________


Last edited by orev on Thu Sep 10 2009, 13:17; edited 1 time in total
Back to top
Publicité






PostPosted: Fri Apr 3 2009, 10:00    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
orev
First Lady
First Lady

Offline

Joined: 10 Feb 2009
Posts: 5,067
Localisation: S D F
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 3,982
Rang: Chef Animatrice
C. Flavien: 2ème
Moyenne de points: 0.79

PostPosted: Fri Apr 3 2009, 11:09    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

Suite des articles concernant l'affaire que je nommerais "Jeff Koons et Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme"

Article du 22/12/08
Il s'appelle Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme et a déposé une requête en référé au tribunal administratif de Versailles...
Au nom du respect de Louis XIV, dont il se dit «le descendant de ligne directe», il demande l’arrêt de l’exposition Jeff Koons à Versailles. Le prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme a engagé une requête en référé pour faire cesser l'expo, qui vient d’être prolongée jusqu’au 4 janvier 2009.Le prince a déposé sa requête devant le tribunal administratif de Versailles, «pour profanation et atteinte au respect dû aux morts» et au nom du «droit à accéder à la connaissance du patrimoine sans contrainte pornographique». Il fait ainsi allusion aux œuvres qui parlent de tentation et de désir réalisées par Jeff Koons, qui fut l'époux de la Cicciolina, star du porno italien. Or ces œuvres ne sont pas montrées à Versailles.Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme en a contre la Cicciolina. Il écrit que cette expo sert de «ressort publicitaire destiné à promouvoir une star étrangère du porno au détriment de l'art français».

Pas de porno à Noël

Joint par 20minutes.fr, l’organisation de l’exposition Jeff Koons fait part de son étonnement. En effet, le plaignant ne s’est pas manifesté dès l’ouverture de l’exposition, le 10 septembre dernier mais rebondit sur l’annonce de la prolongation. Une prolongation «pendant la période de Noël» qui vise, selon le prince, «la candeur des enfants particulièrement vulnérables et sans défense aux atteintes pornographiques».

Néanmoins, Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme avait demandé au président Nicolas Sarkozy, dans une lettre ouverte datée du 18 novembre, de «faire cesser le trouble manifeste» et de «faire procéder au retrait des objets de scandale» que représentent, selon lui, les œuvres de Jeff Koons à Versailles.Jean-Jacques Aillagon, le président du Château de Versailles, ancien ministre de la Culture, ne «souhaite pour l’instant pas s’exprimer sur cette question». Sans doute ne pas donner plus d’importance à cette drôle de requête.






Lettre du Charles Emmanuel de Bourbon-Parme à Mr Le Président de la République





Article du 26/12/08
Il se tourne désormais vers le Conseil d'Etat. Toujours pour faire interdire l'exposition Jeff Koons au château de Versailles...
Un prince qui veut, par tous les moyens, faire stopper l’exposition Jeff Koons à Versailles. Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme, «descendant en ligne directe» de Louis XIV, affirme-t-il, a annoncé vendredi saisir le Conseil d'Etat après que le juge des référés du tribunal administratif de Versailles a rejeté mercredi sa demande d'interdiction de l’expo. Une expo qu’il juge «mercantile» et «pornographique», faisant allusion à des œuvres évoquant le désir et la tentation de Jeff Koons, qui fut l'époux de la Cicciolina, star du porno italienne. Or ces œuvres ne sont pas montrées.
Atteinte à une liberté fondamentale?


Dans un communiqué, le prince écrit qu’il s'agit pour le Conseil d'Etat, juge suprême des juridictions administratives, de «décider si, pour les 60 ans de la Déclaration Universelle des Droits de l'homme de 1948 à Paris, le respect dû aux morts, le droit de vivre sans profanation de ses ancêtres et sans que leurs œuvres soient souillées aux yeux du monde entier par un scénario de dérision et de pornographie - cette marque immémoriale de l'humanité, distinguant l'homme de l'animal -, constituent encore, de nos jours, une liberté fondamentale en France».

Devant les arguments soulevés par le prince, le juge a notamment considéré que «l'existence d'un droit de vivre sans profanation de ses ancêtres et d'un droit à accéder à la connaissance du patrimoine sans contrainte pornographique ne constituent pas des libertés fondamentales».

Consternation à Versailles

L'avocate de l'établissement public du musée et du domaine national de Versailles, Me Marie Delion, a pointé l'absence de «fondements juridiques» de ces arguments. Les organisateurs de l’expo se disent «consternés» par la requête de Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme. D’autant que l’exposition se termine dans quelques jours, le 4 janvier 2009.
AA
Réactions L'UMP a jugé «regrettable» le procès intenté par le prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme. Et a souligné que «le motif mis en avant», à savoir le caractère pornographique des œuvres de l'artiste contemporain, «prête à sourire, surtout lorsque l'on connaît les moeurs à l'époque du Roi Soleil», et que «cette appropriation de l'histoire de notre pays a de quoi surprendre et choquer


Sources :
http://www.20minutes.fr/article/283810/Culture-Un-prince-se-reclamant-de-la-descendance-de-Louis-XIV-veut-faire-stopper-l-exposition-Jeff-Koons.php
http://www.louvrepourtous.fr/+Charles-Emmanuel-de-Bourbon-Parme,026+.html



_________________


Back to top
orev
First Lady
First Lady

Offline

Joined: 10 Feb 2009
Posts: 5,067
Localisation: S D F
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 3,982
Rang: Chef Animatrice
C. Flavien: 2ème
Moyenne de points: 0.79

PostPosted: Thu Sep 10 2009, 13:24    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

Et voilà, une nouvelle exposition :

Xavier Veilhan
Mince dans sa panoplie noire de scooter, discret, pour ne pas dire gardant l'incognito sous ses lunettes de soleil, Xavier Veilhan fait figure de jeune homme sage et téméraire dans le décor immense de Versailles. Ce jeune artiste français qui succède vaillamment à la star américaine Jeff Koons dans ce sanctuaire du patrimoine royal n'a pas comme ce dernier «l'art de la polémique». Mesuré, secret et volontaire, ce Lyonnais bien élevé (pléonasme) revendique en revanche «la fraîcheur des ambitieux» pour ce deuxième acte contemporain au château de Versailles.

En ce lundi doré de septembre, les visiteurs des jardins sont le premier public de son «parcours dans le paysage-territoire de Versailles», défendu avec patriotisme par Laurent Le Bon, tête chercheuse de Beaubourg et commissaire de cette deuxième offensive contemporaine au château. Appareil numérique en main, ils ne s'offusquent pas, commentent peu et se prennent aussitôt en photo dans la perspective des neuf Architectes, statues plus ou moins virtuelles, qui dessinent une ligne sinueuse vers les bassins somptueux.

Frais et poétique
Un an plus tard, les choses ont bien changé. Jeff Koons est passé par là, vedette américaine dont la cote internationale et la renommée sulfureuse ont attisé colère et curiosité. Bonne ou mauvaise, toute publicité est bonne, disent les Américains. Elle a fait encore croître la fréquentation de Versailles (+20 % en novembre 2009 par rapport à 2007) et se multiplier les soirées privées au château qui remplissent les caisses du domaine. Depuis, la crise tant annoncée est arrivée, faisant trembler les organisateurs de ce projet bien français, aussi risqué que la cote de nos artistes à l'étranger, aussi ambitieux que la jeunesse. Du Jet d'eau, copié sur celui de Genève, au Mobile violet flash de l'escalier Gabriel, les œuvres, coûteuses, ont souvent été réalisées pour l'occasion. Elle est unique. Une superbe Light Box de 1 000 ampoules et 1 000 pixels par image trône dans l'escalier de la Reine, voyage en boucle, frais, poétique, d'un nageur hirsute comme Nanni Moretti, des bassins aux grands degrés.

La question du jour n'est plus d'offenser ou non l'ordonnancement privé du roi, mais de vérifier ou non si notre scène artistique est populaire comme l'Amérique. Selon Laurent Brunner, directeur général de Château de Versailles Spectacles, le coût total est de 2 M€, soit 1,40 M€ de frais de production et 600 000 € pour l'installation des œuvres et l'organisation de l'exposition, financé par sa galerie Emmanuel Perrotin, le Cnap et des mécènes aventuriers. Sans toucher aux fonds attribués par l'État pour l'entretien du patrimoine ! Le reste est question de goût, d'âge ou d'envie.

Cour de marbre. Sous le balcon du Roi-Soleil, à l'aplomb des trois fenêtres d'or de la chambre du roi, voici un gros bébé d'aluminium emmailloté dans sa combinaison futuriste, criblée de cratères lunaires. Le Gisant, Youri Gagarine (notre photo) mesure 4,5 m de long, garde sa tête en légère lévitation au-dessus de la mosaïque de marbre noir et blanc, malgré sa masse interstellaire et bizarrement mignonne (400 kg, plus le casque et les éléments démontables, soit un total qui frise les 600 kg). Les fans d'art contemporain reconnaîtront le visage du plasticien français vénéré des artistes, Pierre Huyghe (prix spécial du jury, Biennale de Venise 2001). Les autres s'interrogeront sur le parallèle entre le Grand Siècle et ce héros russe du cosmos politique, déposé comme une offrande enfantine avec son morceau de torse, éclat de rocher facetté, coloré comme un jouet (violet très Swinging London ; c'est aussi «la couleur du deuil royal»), déposé ailleurs comme le corps d'Osiris en Égypte. «Versailles, c'est le lieu de la conquête spatiale par excellence. Gagarine a été le premier à voir la Terre comme un objet, il devient un objet posé à terre. Le roi est mort, vive le roi ! J'aime l'idée que rien ne se perd, tout se transforme», dit l'artiste ébloui de ce contexte royal.

Le parterre d'eau. Les maquettes montrées en juillet dans l'atelier de l'artiste n'étaient pas engageantes. Que faisaient ces neuf architectes sur leurs socles évidés, parfois penchés comme une maison qui tombe ? Difficile de parler d'espace - et Versailles lui donne une dimension féérique qui surprend à chaque fois -, à partir d'un univers normalisé, même design. Ici, le concept de l'artiste revit. Il faut presque s'y prendre à deux fois avant de voir ces géants (notre photo) posés sur une ligne invisible qui suit la marche des visiteurs vers le parterre d'eau. «Naïvement, j'ai fait une liste idéale de noms, confie l'artiste. Puis je me suis lancé dans la bataille pour convaincre ces stars suroccupées de venir poser pour moi, de 45 minutes à 1 heure, sur un plateau tournant, entouré de trois scanners. Lord Norman Foster, Richard Rogers, et leur doyen à tous, Claude Parent, ont accepté. Zaha Hadid a failli accepter. Herzog & De Meuron, Rem Koolhaas, d'une manière générale les protestants, ont refusé de se mettre ainsi «en avant». Le scanner relève une image des points dans l'espace qui sont rassemblés ensuite, comme on recolle un pot cassé. Les statues sont 20 % plus grandes que les tailles réelles, donc Tadao Ando fait 2 m, mais le colosse Jean Nouvel près de 2,25 m. C'est une promenade dans leur ombre tutélaire.»

Cour d'honneur. On l'a tant vu à la une de la presse arts, dévalant les pavés devant la grille d'honneur dans une fulgurance de violet et de formes de synthèse, qu'on l'imaginait plus grand. Mais rien n'est vraiment grand à côté de Versailles, qui accentue par sa majesté le côté jouet de cette commande du Cnap (Centre national des arts plastiques). Elle a lancé le projet de «Veilhan Versailles» (350 000 €). Ce Carrosse furieusement violet mixte les références, de la fuite à Varenne au découpage photographique du mouvement par Marey ou Muybridge, des pixels (littéralement «picture element») passés à la 3e dimension, à l'image furtive de l'écran. «De loin, on le perçoit comme un logotype. Plus on s'approche, plus il se décompose, comme la chair se décompose en cellules sous la peau», dit l'artiste.

Ce sont huit oeuvres originales créées par le plasticien français Xavier Veilhan
A son arrivée, le visiteur est accueilli par "Le Carrosse", vaste sculpture en acier peint en violet représentant un carrosse précédé de chevaux stylisés lancés au galop



Dans la cour suivante, un gisant de quatre mètres de long représente le cosmonaute Youri Gagarine, premier homme envoyé dans l'espace. "Un écho à la conquête de Louis XIV"


A l'intérieur du palais, un mobile fait de grosses boules violettes et un mur d'images baptisé "Light machine" dans l'escalier de la Reine interpellent le public.

Dans le parc, Xavier Veilhan a installé un très haut jet d'eau dans le grand canal, formant un point d'exclamation avec une autre oeuvre baptisée « La Lune »

■ Du 13 septembre au 13 décembre. www.veilhan-versailles.com
Article paru dans le Figaro Culture le 10/09/2009


Qui est Xavier VEILHAN ?
Né à Lyon, Xavier Veilhan débute ses études artistiques à l'École nationale supérieure des Arts décoratifs de Paris en 1982-1983, puis suit des cours à la Hochschule der Künste à Berlin en 1984, avant de s'inscrire en 1989 à l'Institut des Hautes Etudes en Arts plastiques à Paris, où il est l’élève de Daniel Buren.

Il débute ensuite sa carrière dans la publicité et travaille aux vitrines des boutiques Chanel. De cette incursion dans le domaine de la pub, Xavier Veilhan garde un intérêt pour l’objet du quotidien, qu’il décline dans des photographies, sculptures et installations qui forment aujourd’hui une véritable encyclopédie poétique. Machines, hommes et animaux sont métamorphosés par l’artiste, qui prétend se considérer comme un artisan et pratique tant la sculpture sur bois que les technologies les plus innovantes. Il interroge ainsi les différents systèmes de représentation et de perception de la réalité. Selon Christine Macel, ses œuvres sont « à la fois anachroniques et technologiques, ressortant de la tradition et de l’ultra-contemporanéité ».

Xavier Veilhan vit et travaille à Paris. Il est représenté par la galerie Emmanuel Perrotin, Paris.
_________________


Back to top
Paulina
Membre
Membre

Offline

Joined: 10 Jan 2009
Posts: 8,739
Féminin
Point(s): 8,863
Rang: Chef Animatrice
Concours: 3ème
Quizz Napoléon: 2ème
Moyenne de points: 1.01
C.USA: 2ème

PostPosted: Thu Sep 10 2009, 13:59    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

Franchement, je trouve cette exposition affreuse et de mauvais goût
_________________

"Prenez le temps comme il vient,le vent comme il souffle,la femme comme elle est"
Alfred de Musset


Back to top
orev
First Lady
First Lady

Offline

Joined: 10 Feb 2009
Posts: 5,067
Localisation: S D F
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 3,982
Rang: Chef Animatrice
C. Flavien: 2ème
Moyenne de points: 0.79

PostPosted: Thu Sep 10 2009, 15:41    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

Nous sommes au moins deux Paulina !

l'hiver dernier, lors de mon passage à Paris et au château, je suis vraiment "tombée" sur l'expo de Jeff Koons !je n'avais pas trop fait attention aux expos :  je ne peux pas dire autrement, j'ai été horrifiée !
passe encore le coeur dans l'escalier de la Reine ou le coquillage dans la galerie des Glaces, mais
Imaginez un peu : vous montez l'un des escaliers, vous arrivez dans le salon de Mars (je crois) et vous tombez sur un gros chien rose de bien 2m de haut ! oups !
le clou : la collection d'aspirateur et les 2 bouées avec tête de canard !

du coup, lorsque j'ai vu une nouvelle expo à Versailles, avec carrosse VIOLET !
JE N'IRAIS PAS....
_________________


Back to top
orev
First Lady
First Lady

Offline

Joined: 10 Feb 2009
Posts: 5,067
Localisation: S D F
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 3,982
Rang: Chef Animatrice
C. Flavien: 2ème
Moyenne de points: 0.79

PostPosted: Sat Oct 17 2009, 16:33    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

en préparation, une nouvelle expo à Versailles : "Louis XIV à Versailles"

Voilà plus de quinze jours que «Le Figaro Magazine» assiste dans les coulisses à la préparation de l'exposition «Louis XIV à Versailles», depuis l'arrivée des caisses jusqu'à la mise en place des 300 œuvres, sous l'œil scrutateur des commissaires. Hommes d'équipe, menuisiers, électriciens, restaurateurs s'affairent dans une ambiance de ruche, guidés par Giada Ricci, chargée de la scénographie. Pour pénétrer dans ces salles, il faut montrer patte blanche, mais nous avons pu photographier l'extraordinaire ballet qu'est le montage d'une exposition.
EN IMAGES, voici «l'envers du décor».




Le château de Versailles n'avait jamais consacré de grande exposition à Louis XIV ! Le sujet était peut-être trop intimidant. Ou trop ambitieux : faire revenir à Versailles le somptueux mobilier qui s'y trouvait au temps du Roi-Soleil n'était pas une mince affaire : les armoires en marqueterie d'argent et d'écaille d'André Charles Boulle, les cabinets incrustés de pierres dures de Cucci, les bronzes de la Couronne, vendus à l'encan sous la Révolution, en 1793, sont aujourd'hui dispersés dans les grandes collections d'Europe et des Etats-Unis. Les faire voyager est dangereux (ils sont fragiles) et coûteux (quand il s'agit de mobilier royal, les prix des valeurs d'assurances explosent).


Ces difficultés ne sont pourtant pas les pires : les destructions ont effacé à jamais ce qui faisait la splendeur du Versailles de Louis XIV. L'exemple le plus spectaculaire de ces pertes massives et irrémédiables est le mobilier d'argent qui ornait la galerie des Glaces en 1685. Depuis le trône du roi jusqu'aux grandes tables rectangulaires, en passant par les caisses à orangers, les brûle-parfums, les girandoles, tout était en argent et scintillait d'autant plus que les objets se reflétaient dans les miroirs de la galerie. Conçu par Ballin et de Launay, merveilleusement ciselé, ce mobilier était unique. En 1689, Louis XIV dut se résigner à l'envoyer à la fonte pour couvrir les frais de la guerre contre la ligue d'Augsbourg. L'exposition ne pourra que l'évoquer avec une toile que fit Claude Guillaume Hallé en 1685.
Modeste compensation.


Pour les commissaires de l'exposition, Nicolas Milovanovic et Alexandre Maral, le parcours du combattant ne s'arrêtait pas là : au-delà de l'image publique du roi, il fallait évoquer l'homme derrière le souverain, réussir à cerner son goût personnel. Cette partie de l'exposition est passionnante et révèle des surprises. Le temps fort du parcours sera sans conteste la reconstitution d'une section de « l'appartement de collectionneur » de Louis XIV avec ses murs de glaces ornés des gemmes et des joyaux de la Couronne posés sur des consoles.


La scénographie de ces 300 objets, tous plus exceptionnels les uns que les autres, a été confiée à Giada Ricci qui a voulu «une mise en scène sobre et contemporaine, en sortant les œuvres de leurs places habituelles où elles se trouvent souvent noyées dans les décors». L'exposition, qui se tient dans l'aile Nord, débute par la présentation au rez-de-chaussée du groupe sculpté qui orne à l'ordinaire le bosquet des bains d'Apollon : LouisXIV servi par les nymphes. La sculpture, qui vient d'être restaurée, fait un détour par l'exposition avant de retrouver sa place initiale. On a ici l'une des premières identifications du roi avec Apollon.


Au premier étage, le parcours de l'exposition rappelle, dans la salle dite « du Maroc », un lieu mal connu de Versailles : la ménagerie. Ce fut l'une des premières constructions des jardins de Versailles, en 1663-1664. Son architecture était très originale : un petit château, servant de lieu de promenade et de repos, conduisait à un pavillon octogonal dont les côtés surplombaient des enclos disposés en éventail où les animaux circulaient en semi-liberté. Autour du pavillon, un balcon servait d'observatoire. On pouvait y voir un éléphant (offert par le roi Pierre II du Portugal), un dromadaire, un ours, trois crocodiles (offerts par le roi de Siam), des autruches, des lions, des loups, des sangliers et une infinité d'oiseaux de toutes sortes, perroquets, paradisiers, oiseaux des îles, qui faisaient l'admiration de La Fontaine. Il n'était bien sûr pas possible de restituer l'ensemble de la ménagerie aujourd'hui disparue, mais elle est évoquée par une série de dessins et de peintures aussi fascinants que rarement montrés, exécutés par Pieter Boel, qui a su rendre l'atmosphère mouvementée, bruyante et multicolore de ce bestiaire vivant.


S'il aimait passer de longs moments à observer les animaux de sa ménagerie, Louis XIV consacrait aussi une grande part de ses loisirs à la danse. Le « ballet de cour » au XVIIe siècle n'avait rien à voir avec une danse de salon. C'était un spectacle qui mêlait la musique, le théâtre et la danse, et dans lequel le roi lui-même tenait un ou plusieurs rôles. Il avait commencé sa « carrière » avec Le Ballet de Cassandre, en 1651, et la poursuivra jusqu'en 1670 avec Les Amants magnifiques, une comédie-ballet dont il avait soufflé le sujet à Molière. Durant ces années, il avait créé une soixantaine de rôles dont les difficultés techniques étonnaient et faisaient l'admiration des spectateurs. Dans l'exposition (salle de Crimée 4), les merveilleuses gouaches rehaussées d'or d'Henri Gissey ou de Jean Bérain conservent l'image des costumes portés par Louis XIV.


Rien pourtant n'égalait le goût du roi pour ses collections, passion d'autant plus étonnante que les inventaires de la Couronne étaient dépourvus de vases précieux et de gemmes à l'avènement de Louis XIV. A défaut d'en avoir hérité, le roi formera lui-même ses collections. Leur incroyable richesse n'en est que plus surprenante. Le souverain va les constituer en deux temps : d'abord à partir de la collection du cardinal Mazarin, éblouissante, dont le roi rachète la meilleure part en 1665, puis grâce aux achats abondants effectués dans les années 1683-1687. Ces achats portèrent sur tous les domaines : tableaux, marbres antiques, bronzes, médailles, gemmes. L'ensemble des bronzes, en particulier, pouvait rivaliser avec les trésors des Médicis et des Habsbourg. Mais c'est avec la collection de gemmes que Louis XIV va réunir l'ensemble le plus fastueux d'Europe, mariant des pierres antiques, byzantines, médiévales, orientales avec des œuvres milanaises, praguoises ou germaniques du XVIe siècle. Présents à l'exposition, ces vases en pierres de couleur et en cristal de roche, ces coupes en agate, jaspe, sardoine, jade, grenat et améthyste sont montrés dans « l'appartement de collectionneur » de Louis XIV, aujourd'hui disparu, mais exceptionnellement reconstitué dans l'aile Nord du château. Dans ces pièces dont les murs étaient entièrement revêtus de miroirs et où le roi réunissait les princes et les ambassadeurs, il avait tout naturellement placé ses objets préférés. Tels quels, ils formaient la plus vaste des collections qui furent réunies par les grands princes d'Occident depuis le Moyen Age. Comme le fait remarquer Marc Bascou, conservateur en chef du département des objets d'art du Louvre : «Pareille abondance et diversité ne se retrouve guère, à la même époque, que dans la collection rivale du fils de LouisXIV, le Grand Dauphin.»


Dans le domaine de la peinture, quel était le goût du roi ? Les œuvres retenues pour orner son appartement avaient-elles toutes été choisies par lui ? Nicolas Milovanovic évoque dans l'exposition (salle de Crimée 3) le décor de la chambre du roi : «Une sculpture de Nicolas Coustou représentant La France veillant sur le sommeil du roi fut modelée au-dessus du lit du souverain. Les garnitures des sièges et du lit, ainsi que les tentures étaient de brocart d'or et d'argent sur fond de damas l'été et en velours cramoisi brodé d'or l'hiver.» Des tableaux complétaient le décor, cinq étaient de Valentin de Boulogne, dont Les Evangélistes et Le Denier de César. Après 1701, deux autres tableaux furent accrochés de part et d'autre du lit, La Vision de saint Jean, alors attribuée à Raphaël, et Le Roi David, du Dominiquin. D'autres toiles des collections royales étaient exposées dans la Petite Galerie dont la voûte avait été peinte par Pierre Mignard : elles étaient présentées en alternance afin d'être toutes vues à tour de rôle. Et dans l'inventaire que dresse Charles Le Brun, le premier peintre du roi, en 1683, il mentionne encore 22 Véronèse, 22 Titien, 12 Raphaël, 8 Tintoret, 31 Nicolas Poussin. L'inventaire n'est pas exhaustif, et de nombreuses attributions ont changé, mais il signale les tableaux que Louis XIV eut toute sa vie sous les yeux, avant qu'ils ne deviennent le cœur du Louvre actuel. Reste un point important auquel l'exposition tente de répondre : les collections du roi reflétaient-elles ses goûts personnels, ou sa conception du rôle du monarque ? Par la splendeur de ses collections, Louis XIV entendait montrer la capacité de la France à surpasser les autres couronnes d'Europe. Les œuvres royales devaient donc participer à cette politique de prestige. Pouvaient-elles aussi satisfaire la délectation personnelle du roi ? Interrogation qui en entraîne une autre : le goût de Louis XIV a-t-il guidé et influencé le travail des artistes qui étaient à son service ou, au contraire, ne fit-il qu'accompagner les créateurs de son temps qui, parce qu'il était le roi, furent auréolés de son prestige ?

Vu l'article, je pense que cette expo vaut vraiment le coup d'oeil...elle m'intéresserait bien.

Le Figaro Culture

http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2009/10/17/03015-20091017ARTFIG0020…
_________________


Back to top
orev
First Lady
First Lady

Offline

Joined: 10 Feb 2009
Posts: 5,067
Localisation: S D F
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 3,982
Rang: Chef Animatrice
C. Flavien: 2ème
Moyenne de points: 0.79

PostPosted: Wed Oct 21 2009, 09:20    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

et voici le site du château de Versailles avec les renseignements sur l'expo :

"Louis XIV, l'homme et le roi"

http://www.chateauversailles.fr/les-actualites-du-domaine/evenements/evenem…
_________________


Back to top
Milliel
Membre
Membre

Offline

Joined: 02 Apr 2009
Posts: 27
Féminin
Point(s): 7
Rang: Modo du forum
Moyenne de points: 0.26

PostPosted: Mon Nov 16 2009, 14:02    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

Merci pour ces derniers liens Orev...ça donne vraiment envie d'y aller! C'est ce genre d'exposition qu'il faut à Versailles et non pas le style des deux précédentes :s
Je pense franchement qu'un autre endroit aurait été plus approprié pour exposer un chien rose géant 
Quelqu'un a-t-il été à la dernière exposition sur Louis XIV?
_________________
"Il est très malaisé de parler beaucoup sans dire quelque chose de trop"_LouisXIV


Back to top
Visit poster’s website
mademoiselle champagne
Membre
Membre

Offline

Joined: 23 Dec 2009
Posts: 4
Localisation: france
Féminin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Sat Dec 26 2009, 18:44    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

quelle horrible expo que cette exposition sur Jeff Koons ! il aurait fallu faire ça au centre Pompidou ou au musée d'Art moderne mais non vraiment pas à Versailles, ce lieu tellement beau si chargé de GRAND ART c'est un affront pour tous les VRAIS GRANDS  artistes que le grand roi a aidé a faire connaître et qui nous enchantent encore aujourd'hui.
Je suis sortie de l'expo Louis XIV l'homme et le roi en aillant une seule envie c'est d'y retourner le plus vite possible. Quelle merveille


Back to top
mademoiselle champagne
Membre
Membre

Offline

Joined: 23 Dec 2009
Posts: 4
Localisation: france
Féminin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Sat Dec 26 2009, 18:47    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

pardon pour la faute de français : ayant  et non aillant

Back to top
Amaranthys
First Lady
First Lady

Offline

Joined: 11 May 2009
Posts: 7,225
Féminin
Point(s): 6,768
Rang: Chef Animatrice
Moyenne de points: 0.94
C.Europe: 3ème

PostPosted: Thu Sep 9 2010, 15:50    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

Le Japon invité au Château de Versailles....Qu'en pensez-vous?


Article ici:
http://actu.orange.fr/une/murakami-plante-ses-bouddhas-et-ses-fleurs-au-cha…



photo : Pierre Verdy, AFP
_________________
Hé bien ! la guerre. ..(Les liaisons dangereuses, Laclos)



Back to top
fvidocq
Membre
Membre

Offline

Joined: 27 Jul 2010
Posts: 79
Localisation: Paris
Masculin Lion (24juil-23aoû) 羊 Chèvre
Point(s): 86
Moyenne de points: 1.09

PostPosted: Thu Sep 9 2010, 20:06    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

Franchement, j'adore la culture Japonaise (ancienne ou récente) mais ça n'a rien à faire à Versailles....Quand je visite un monument ancien, je tiens à me mettre dans l'ambiance de l'époque pas à être distrait par autre chose que la vraie beauté du lieu. Dernièrement, j'ai visité le Château de Rohan à Pontivy et celui-ci abritait des oeuvres modernes (assez quelconques) dont une masquait presque intégralement l'un des rares éléments de décoration qui subsiste dans le château, à savoir une magnifique cheminée polychrome....ce genre de chose ne laisse pas un bon souvenir d'un lieu qui ne manque quand même pas d'attrait mais qui perd d'un coup tout son charme. En résumé, des expos de costumes anciens ou d'objets d'époque à Versailles oui  ! mais pas de Goldorak , de Pokemon   ou de personnages Kawaï tout droit sortis de Mangas qui  ont plutôt leur place à Japan Expo ou Paris Manga ! J'aime l'ancien, j'aime le nouveau et l'High Tech mais pas trop le mélange des genres.
_________________
Memento mori.


Back to top
Visit poster’s website
Amaranthys
First Lady
First Lady

Offline

Joined: 11 May 2009
Posts: 7,225
Féminin
Point(s): 6,768
Rang: Chef Animatrice
Moyenne de points: 0.94
C.Europe: 3ème

PostPosted: Fri Sep 10 2010, 05:58    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

Je suis d 'accord avec vous sieur Vidocq, je suis moi aussi férue de culture japonaise,mais ici j 'avoue, cela est d 'une discordance qui déconcerte l 'œil du visiteur !
_________________
Hé bien ! la guerre. ..(Les liaisons dangereuses, Laclos)



Back to top
mag
Membre
Membre

Offline

Joined: 24 Apr 2010
Posts: 1,353
Localisation: nord de la france
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 猴 Singe
Point(s): 1,464
Moyenne de points: 1.08

PostPosted: Fri Sep 10 2010, 13:20    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

salut à tous,

pour moi, il n'est pas convenable de faire ce genre d'exposition dans un endroit aussi sublime que le château de Versailles.

hier soir, j'ai vu aux informations sur france télévisions un reportage sur cette exposition. j'ai trouvé ca honteux.
on ne peux pas marié l'histoire à l'art japonais.
un minimum de respect
_________________


« Adieu, très aimé. Ici, je demeurerai avec toi,
Et avec toi, dans le Christ, je ressusciterai ». la Reine Victoria


Back to top
Alex-versailles
Membre
Membre

Offline

Joined: 29 Nov 2010
Posts: 10
Localisation: Versailles
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猪 Cochon
Point(s): 12
Moyenne de points: 1.20

PostPosted: Thu Dec 2 2010, 23:23    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES Reply with quote

Je vous conseille d'aller voir l'exposition : SCIENCES ET CURISORITES A LA COUR DE VERSAILLES.
C'est l'une des tops expositions depuis 5 ans d'expositions, d'après le mobilier d'argent
c'est une exposition très recherchée, très étudiée, c'est intéressant de redécouvrir les batîments oubliés ou disparus !
_________________
Alexis de Versailles


Back to top
MSN
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 23:47    Post subject: EXPOSITIONS DIVERSES AU CHATEAU DE VERSAILLES

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Au coeur de l'Histoire Forum Index -> Zoom sur l'Histoire -> L'Histoire De Versailles All times are GMT + 1 Hour
Goto page: 1, 2  >
Page 1 of 2

 
Jump to:  

Index | Create a free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group