Au coeur de l'Histoire Forum Index
Au coeur de l'Histoire Forum IndexFAQSearchRegisterLog in

BATIMENTS SOUS LOUIS XIV

 
Post new topic   Reply to topic    Au coeur de l'Histoire Forum Index -> Zoom sur l'Histoire -> L'Histoire De Versailles
Previous topic :: Next topic  
Author Message
orev
First Lady
First Lady

Offline

Joined: 10 Feb 2009
Posts: 5,067
Localisation: S D F
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 3,982
Rang: Chef Animatrice
C. Flavien: 2ème
Moyenne de points: 0.79

PostPosted: Sun Jun 14 2009, 21:08    Post subject: BATIMENTS SOUS LOUIS XIV Reply with quote

Au 17è siècle, Louis XIV veut  s’installer à l’écart de Paris. Il cherche donc un vaste espace pour construire un château.

En 1651, le roi effectua sa première visite à Versailles. Il eut un véritable coup de foudre.

Heurté par sa visite du château de Vaux-le-Vicomte en 1659 avant son achèvement, Louis XIV veut créer un château n’ayant pas de comparaison possible dans le royaume, ni même en Europe. Le bâtiment doit consacrer la grandeur du roi et de son règne.

Le plan du château est étudié pour mettre en valeur le souverain, la chambre royale se situe au centre du palais et sur un grand axe qui part de la statue du roi dans la cour d’entrée et qui se prolonge par le Tapis vert et le Grand Canal.

Au départ, Louis XIV était méfiant dans la capitale, et ce suite à l’épisode de la Fronde. Il n’utilisa donc Versailles que comme refuge pour ses amours, la première maitresse à visiter le château fut Louise de La Vallière. Le Château de Carte deviendra la Garçonnière Royale.

En 1660, Louis XIV conduit sa nouvelle épouse la reine Marie Thérèse. Il prend le pouvoir seul après la mort de Mazarin.

A partir de 1661, débutent les agrandissements de Versailles. De 1661 à 1662, le roi dépensera un million cent mille livres. Il décida de construire, en lieu et place du pavillon de chasse de son père, l’un des plus merveilleux palais de l’Europe, ce qui déclencha les critiques des courtisans.

Etabli sur une terre inhospitalière, le sol présentait des dénivelés, sableux, marécageux. Il faut assécher le terrain, l’aplanir, raser le village de Trianon.

Saint Simon disait : « Versailles, lieu ingrat, triste, sans vue, sans bois, sans eaux, sans terre, parce que tout est sable mouvant et marécage, sans air, par conséquent qui n’est pas bon ».

Louis XIV engagea les meilleurs architectes, décorateurs, jardiniers, fontainiers pour transformer les bâtiments. Louis Le Vau fut chargé de reconstruire les Communs, Charles Errard et Noël Coypel commencèrent les travaux de décoration des appartements avec beaucoup de luxe, en reprenant le thème du soleil, omniprésent à Versailles, Le Nôtre créa l’Orangerie et la Ménagerie. Les jardins augmentèrent en taille et furent ornés de sculptures de Girardon et Le Hongre. Versailles n’était qu’une résidence d’agrément avec des fêtes données dans les jardins.

 




 EMBLEME LOUIS XIV
 

Fier  de sa demeure personnelle, Louis voulait combler ses hôtes. Les appartements de ses invités étaient meublés, ce qui était jugé exceptionnel. Colbert disait : « Sa Majesté fait donner à manger à tout le monde et fait fournir jusqu’au bois et aux bougies dans toutes les chambres, ce qui n’a jamais été pratiqué dans les maisons royales ».

Rappelons la lettre célèbre de Colbert : « pendant le temps que Votre Majesté a dépensé de si grandes sommes en cette maison, elle a négligé le Louvre, qui est assurément le plus superbe palais qu’il y ait au monde. O quelle pitié que le plus grand roi fût mesurée à l’aune de Versailles ! »

En mai 1664, les premières festivités furent données au château : « les Plaisirs de l’Isle Enchantée » : 8 jours de fête, secrètement offertes à Mademoiselle de La Vallière.

Entre 1664 et 1666, Louis XIV fit aménager Versailles afin qu’il puisse passer plusieurs jours avec son Conseil. Il garda le château initial bâti par Louis XIII. Le Vau tripla la superficie du château.

En 1665, la grotte de Thétis fut construite, mais ne résista pas au temps, de même la première Orangerie et la Ménagerie.

Deux ans plus tard, les travaux du Grand Canal débutent. Le Nôtre conçoit l’élargissement de l’allée centrale, s’occupe également des jardins et des aménagements extérieurs. Il fait appel à la famille des Francine, fils d’ingénieurs italiens, très au courant des installations hydrauliques.



VERSAILLES PLAN 1668

En juillet 1668, « le Grand Divertissement Royal de Versailles » sera la deuxième fête donnée. C’est au cours de ces fêtes que les courtisans mesurèrent l’inconfort du petit château, beaucoup ne trouvèrent pas de place pour dormir.

 




VERSAILLES 1668
 

Le Vau proposa 2 projets d’agrandissement du château : le premier prévoyait la destruction du château primitif et le deuxième qui fut retenu : agrandissement côté jardin, par une enveloppe de pierre

Entre 1668 et 1670, Le Vau entama la construction de cette enveloppe : c’est en fait un second bâtiment encerclant le premier château. De chaque côté de l’ancien château furent construits le Grand Appartement du Roi au nord, celui de la Reine au sud. Entre les deux, une vaste terrasse fut installée face aux jardins. Les façades furent ornées de colonnes de marbre de Rance, de balcons en fer forgé doré, de bustes posés sur les balustrades. La cour fut dallée de marbre. Les Communs furent élevés, reçurent un péristyle de colonnes surmonté de statues et reliées au château Louis XIII par une suite de pavillons, la Cour royale fut fermée par une grille dorée. La superficie du domaine triplait ainsi.



VERSAILLES COUR COMME SOUS LOUIS XIII

Pour effectuer tous ces nouveaux travaux de l’Enveloppe, citons un passage du rapport de Colbert : « nous avons 566 ouvriers qui travaillent ici, les dépenses de maçonnerie sont les suivantes : 335 000 livres en 1669, 586 000 en 1670, 428 500 en 1671 l’année où le gros œuvre fut achevé ».

En octobre 1670, François d’Orbay poursuit les travaux de Le Vau qui vient de mourir. Louis XIV avait réussi à conserver le château de son père intact coté ville, mais côté jardin, il disparaissait, caché par de nouveaux bâtiments.

Désormais, on fit la distinction entre le Château Vieux : celui de Louis XIII et le Château Neuf : celui de Louis XIV.

Le Château Neuf fut de conception italienne : tout en pierre, les longues façades ponctuées par des avant-corps, une grande terrasse fut installée entre les 2 appartements royaux.

Afin d’accéder au grand Appartement, il fallait un accès majestueux : le Grand Degré du roi ou Escalier des Ambassadeurs. Six années furent nécessaires et des sommes considérables pour créer l’entrée la plus somptueuse du château. Cet escalier ne fut utilisé que 70 ans, il fut détruit sous le règne de Louis XV en 1752.

 

Malgré la conception italienne de base, l’esprit français dominait :
-          Le rez-de-chaussée s’éclaire par des fenêtres cintrées
-          L’étage pourvu de colonnes ioniques, de niches, de hautes fenêtres rectangulaires (cintrées par Mansart en 1669), statues placées dans les niches, bas-relief surmontant les fenêtres
-          Le second étage eut une décoration de style corinthien, fut surmonté d’une balustrade où reposaient des trophées.

En 1670 fut construit le Trianon de Porcelaine. A la même période, les courtisans commençaient à bâtir leurs résidences à proximité du château : en 2 ans, 14 grands hôtels sont construits dans la ville de Versailles (dont les hôtels de Luxembourg, Noailles, Guise, Bouillon, Gesvres).

Louis XIV avait réalisé son rêve : construire un palais qui marquerait son époque. Le roi souhaitait regrouper auprès de lui les ministres et leurs services. Il désirait ainsi fixer sa résidence à Versailles. Mansart dut élaborer des projets pour l’installation de la Cour. Versailles fut perçu comme symbole de centralisme.

 




VERSAILLES PLAN 1674
 

Entre 1678 et 1684, sur l’ancienne terrasse du château neuf, fut crée la Galerie des Glaces. Louis XIV avait apprécié les longues galeries des Tuileries, du Louvre ou de Fontainebleau qui sont des lieux de passage, des moyens de communication entre appartements. La décoration fut confiée à Le Brun. Limitée au nord par le Salon de la Guerre et au sud par celui de la Paix, la Galerie a 73m de long et va avoir une grande conséquence : l’appartement du roi sera déporté dans le château Vieux, l’appartement du Soleil deviendra le Grand Appartement et sera utilisé pour les réceptions.



PARTERRE DU MIDI

En 1678 :
-          Pose des premières pierres de l’aile du Midi destinée à loger les courtisans
-          Cuves allongées en marbre blanc rajoutées dans le Cabinet des Bains
-          Début des travaux de la pièce d’eau des Suisses et du bassin de Neptune, terrassement du parterre du Midi et de la nouvelle Orangerie.



ORANGERIE
 

En 1679 :
-          La Galerie des Glaces, le Salon de la Guerre et celui de la Paix remplacent la terrasse et les cabinets du roi et de la reine.
-          Le bâtiment central, côté Cour de marbre est surmonté d’un étage. Une horloge y est placée
-          Deuxième escalier créé : escalier de la Reine, faisant le pendant à l’escalier des Ambassadeurs. Seuls existent encore les deux portes ouvrant dans le Grand Appartement, le buste de Louis XIV.
-          Après l’achèvement des ailes des Ministres, on commença la construction des Grandes et des Petites Ecuries.



GALERIE DES GLACES
 

En 1681 :
-          La décoration des grands Appartements est achevée
-          La Machine de Marly commence à pomper l’eau de la Seine
-          Excavation du Grand Canal et de la pièce d’eau des Suisses
-          Multiplication des bosquets, des fontaines dans les jardins : c’est ainsi que naissaient les Jardins à la Française, décorés de statues de marbre et de bronze.



LE GRAND CANAL
 

Le 6 mai 1682, Louis XIV ne peut plus attendre : il quitte Saint Cloud et s’installe définitivement à Versailles, qui devient la Résidence Officielle du Roi de France. Voici la description de l’installation, racontée par un contemporain : « le sixième de mai le Roi quitta Saint Cloud pour venir s’installer à Versailles, où il souhaitait être depuis longtemps, quoiqu’il fut rempli de maçons, dans le dessein d’y demeurer jusqu’après les couches de Madame La Dauphine, qui fut obligée de changer d’appartement le second jour qu’elle fut arrivée, parce que le bruit l’empêchait de dormir ». Le Roi s’installa dans une demeure en chantier, la Galerie des Glaces était encombrée d’échafaudages, pour la traverser il fallait passer sur des poutrelles. Louis XIV avait 44 ans. Louis XIV rompt avec la tradition itinérante des rois de France qui allaient de château en château.

En 1683, dans un appartement interdit à toute personne non autorisée, les architectes aménagèrent des salons et cabinets destinés aux chefs d’œuvres et collections du roi. Dans le Cabinet aux Tableaux, le Cabinet aux Coquilles, le Cabinet des Médailles (éclairé par des lustres de cristal de roche), toutes sortes de riches curiosités furent exposés, les murs portaient des tableaux des collections royales :
-          Des vases garnis d’or et de diamants
-          Des bustes et figures antiques
-          Une grande nef d’or garnie de diamants et de rubis
-          Des porcelaines de Chine et du Japon
-          Des vases d’agate, d’émeraude, de turquoise, de jade, de jaspe, de pierre d’étoile
-          Une grande quantité de vases de conques de perles
-          Des statues d’animaux antiques
-          Un grand vase de jaspe qui servit au baptême de Charles Quint

En 1684, l’appartement des Collectionneurs s’agrandit en annexant l’ancien appartement de la Montespan, transformé en petite galerie, dont le plafond fut peint par Mignard, sur le thème d’Apollon et de Minerve, le sol était en parquet de bois précieux, les murs tendus d’étoffes somptueuses. Dans cette pièce, Louis XIV exposa les pièces importantes de sa collection de tableaux, dont la Joconde.

Entre 1685 et 1689, plusieurs bâtiments furent construits :
-          A l’Orangerie qui remplaça celle de Le Vau en fournissant 3000 arbustes et 150 000 plantes chaque année
-          Aux écuries
-          Au grand Commun
-          A l’aile nord des courtisans.

En 1686, Le Brun termine la décoration de la galerie des Glaces.

En 1687, Louis XIV fait ériger un petit palais de marbre et de porphyre avec jardins, sur l’emplacement du Trianon de porcelaine : ce sera le Grand Trianon.

La construction des ailes Nord et  Sud prolongea le développement des façades. Ces deux nouveaux bâtiments abritaient les Princes et les courtisans, les écuries, les carrosses, les services généraux et les domestiques. La façade avait à cette époque une longueur de 670 m.

La construction de la Chapelle, dédiée à Saint Louis, débute en 1689, interrompue par la guerre, reprise en 1699 par Mansart, et fut achevée en 1710. L’architecture est basée sur les architectures palatines, à deux étages : l’un réservé au Roi, l’autre en bas à la Cour : le roi assistait à la messe du haut de la tribune et la Cour tournant le dos à l’autel, la face élevée, regardait son monarque. Le style est corinthien à colonnes. Bernin y laissera son influence italienne. On n’y trouve pas le faste des marbres multicolores des Appartements du Roi, c’est la pierre nue, le sol porte le dessin des armes royales au centre de la nef et le chiffre du Roi « L » enlacé, couronné devant les marches de l’autel. La voûte est peinte et représente une iconographie qui oppose l’Ancien et le Nouveau Testament. L’orgue est placé au dessus de l’autel.

 




CHAPELLE
 

Le Vestibule haut de la chapelle, occupe l’emplacement de la première grotte de Thétis, édifiée en 1665 et détruite en 1685. Il prolonge le décor de la Chapelle, pierre blanche, colonnes et pilastres surmontés de chapiteaux corinthiens, plafond orné de médaillons en stuc représentant les quatre parties du monde, portes et fenêtres surmontées d’arcades sculptées de figures des Vertus. Ce vestibule faisait la jonction entre les Grands Appartements et la Chapelle et permettait le passage vers les appartements de l’Aile Nord jusqu’au théâtre.



SOL CHAPELLE ROYALE
 

En 1689, l’accès aux appartements de la Reine se faisait par l’escalier de la Reine, sur le palier 2 salles des Gardes du Corps, puis l’Antichambre, le Grand Cabinet et la Chambre qui donnait dans le Salon de la Paix. Cette enfilade se trouvait sur la façade sud de l’enveloppe de Le Vau.

Les nouveaux appartements du roi se développaient autour de la Cour de Marbre. Ils étaient composés de 7 pièces. Au centre du château fut installé le salon du Roi (future chambre de Louis XIV), l’appartement se terminait par le cabinet du Conseil et le cabinet des Termes ou des Perruques.

Pendant cette période, 22 000 à 36 000 ouvriers ainsi que 6 000 chevaux s’affairaient sur les différents chantiers.

Louvois, surintendant des Bâtiments, pressait entrepreneurs, ouvriers, artistes, et menaçait de prison les moins zélés. Rançon des rudes conditions de travail, les accidents blessaient, estropiaient, tuaient. Les dédommagements suivants furent prévus :
-          30 à 40 livres pour un bras ou une jambe cassée
-          60 livres pour un œil crevé
-          60 à 100 livres pour la veuve

Des mouvements de grève, que l’on nommait séditions, agitèrent parfois le chantier. Afin d’amenuiser ces actions, Louvois précisa les salaires versés aux tailleurs de pierre : « pour chaque toise de pierre de Saint Cloud, sur 2 pieds de haut, polie : il leur revenait 50 sols ; pour celles de 20 à 21 pouces : 45 sols ».

Une forêt entière fut plantée. Jules Hardouin Mansart fut responsable de ce grand chantier.

La facture s’élevait dans ces temps là à 80 millions de livres.

Le village de Versailles se transforma en véritable ville, construite dans l’axe du château. Les courtisans logés au château érigeaient des hôtels pour loger leurs serviteurs, des tavernes contribuaient à l’animation de la ville, les habitants atteindront le nombre de 70 000 à la veille de la révolution.

En 1701, la chambre du roi se place au centre du château. La chambre de 1689 et l’antichambre des Bassan sont réunies pour former la Chambre à l’œil-de-bœuf.

Remarque de Saint Simon : « on ne finirait point sur les défauts monstrueux d’un palais si immense, et si immensément cher, avec ses accompagnements qui le sont encore davantage : orangerie, potagers, chenils, grande et petite écuries pareilles, communs prodigieux ; enfin une ville entière… Encore ce Versailles de Louis XIV, ce chef-d’œuvre si ruineux et de si mauvais goût…n’a-t-il pu être achevé. »


Sources :
Wikipédia
Chateauversailles.fr
Histoire de Versailles de Jean François Solnon
Derrière la Façade de William Ritchey Newton
Louis XIV et sa cour de Saint Simon
Visiter Versailles de Béatrix Saule – Conservateur en chef


_________________


Back to top
Publicité






PostPosted: Sun Jun 14 2009, 21:08    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Au coeur de l'Histoire Forum Index -> Zoom sur l'Histoire -> L'Histoire De Versailles All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create a free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group