Au coeur de l'Histoire Forum Index
Au coeur de l'Histoire Forum IndexFAQSearchRegisterLog in

LOUIS XV ET SON VERSAILLES "INTIME"

 
Post new topic   Reply to topic    Au coeur de l'Histoire Forum Index -> Zoom sur l'Histoire -> L'Histoire De Versailles
Previous topic :: Next topic  
Author Message
orev
First Lady
First Lady

Offline

Joined: 10 Feb 2009
Posts: 5,067
Localisation: S D F
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 3,982
Rang: Chef Animatrice
C. Flavien: 2ème
Moyenne de points: 0.79

PostPosted: Wed Jun 17 2009, 14:26    Post subject: LOUIS XV ET SON VERSAILLES "INTIME" Reply with quote


Louis XV essayait d’observer et conserver les bienséances de cour, mais les goûts nouveaux, l’intérêt des commodités, la recherche du confort rendaient désuets les usages de Louis XIV.

De plus, Louis XV était sensible aux nouveautés, il savait préserver les usages de la cour, mais pas tous les jours… Louis XV s’efforçait de séparer Louis de Bourbon du rôle de Roi de France, en les juxtaposant. Cela provient sans doute de sa timidité, de sa défiance des visages nouveaux.

Le roi aimait la vie de société, mais en choisissant son public. En privé, il était un hôte charmant. Mais dans ce château, aucun endroit n’était adapté à son intimité : Louis XV dut créer un Versailles intime !

Il réussit à se créer non loin de ses appartements, des cours intérieures et à les aménager : 2è et 3è étage servirent aux petits Cabinets du roi. Ces cabinets souvent entresolés, superposaient bibliothèques, chambres de bains, salles à manger d’hiver et d’été, pièces pour jeu, le tout desservi par des escaliers secrets, parfois donnant sur des terrasses aménagées en jardins suspendus agrémentés de volières, treillages et fontaines.

Les cabinets de Louis XV furent discrets : hors de portée des cours principales du château, ignorés des visiteurs et de la plupart des courtisans, ils devaient être invisibles.

Ces petites pièces élégantes disposaient de tout ce qui faisait le confort du siècle : des poêles en faïence permettaient de lutter contre le froid, les salles de bain étaient dotées de baignoires en cuivre à eau chaude et eau froide.

Pour réduire le nombre de domestiques, des petites tables « servantes » furent fabriquées : elles permettaient le rafraichissement des bouteilles, des tables « volantes » furent construites : tables mobiles, sortant du parquet, fournissant aux convives boissons et couverts.
Dans ces endroits, l’étiquette y était plus légère. Louis XV invitait des familiers à sa table, ainsi il rompait le protocole de son prédécesseur et les petits soupers furent instaurés. Les courtisans invités attendaient le roi, chacun se plaçait et s’installait comme bon lui semblait, Louis XV nommait une dame à sa droite et une autre à sa gauche, on bavardait avec le souverain mais en conservant en mémoire qu’il était le Maître. Après le repas, tout le monde passait dans un petit salon où le roi préparait lui-même le café, puis place au jeu. Enfin le roi se levait, tout le monde aussi et sortait par le petit degré pour gagner l’antichambre de l’œil de Bœuf et assister au coucher du roi.

Une vingtaine d’invités était présent à chaque fois, c’était une réelle faveur, le roi les choisissait parmi ses invités de la chasse.
Pendant la jeunesse du roi et en été, le rythme était légèrement différent : après le petit souper, le roi conservait auprès de lui quelques intimes pour une promenade sur les toits, d’un bout à l’autre du château.

source :
JF Solnon - l'Histoire de Versailles
_________________


Back to top
Publicité






PostPosted: Wed Jun 17 2009, 14:26    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
vinz
Membre
Membre

Offline

Joined: 02 Jul 2009
Posts: 162
Point(s): 200
Moyenne de points: 1.23

PostPosted: Fri Jul 3 2009, 16:48    Post subject: LOUIS XV ET SON VERSAILLES "INTIME" Reply with quote

Des travaux de 1735 à 1738 firent disparaître des cabinets de Louis XIV au profit de petits appartements. Leur remaniement et leur construction est un mystère !
Le roi y fit travailler les meilleurs artistes de son temps :Carle Van Loo,Lancret,J.Fr. de Troy,Boucher, Pater et Parrocel. Leurs œuvres sont aujourdui au musé d’Amiens.
Ils etaient composés d’une galerie au boiseries peintes en jeune d’or, d’une salle a manger d’hiver, d’une salle a manger d’été, d’une bibliothèque et d’appartements pour ses maitresses.
La « coterie du roi »  en 1752 d’après Cheverny etait composé de ceux qui « faisaient sa partie le soir, soit au whist ou au tri » cad le duc de La Vallière, le prince de Soubise, le marquis de Chauvelin, la marquise de Livry, la maréchale de Mirepoix etait celle qui faisait les fameux soupers des petits appartements. Les mémoires du duc de Croy sont les seules qui renseignent sur ses soupers : « Les chasseurs qui voulait etre admis à la table du roi entraient le soir dans le cabinet s’ils en avaient les entrées ; sinon ils demeuraient dans la chambre à la porte du cabinet, d’où le roi sortait un moment pour les honorer d’un regard et faire la liste de ceux qu’il voulait convier.L’huissier en lisait les noms en presence des chasseurs qui attendait debout et en silence la décision du roi. Les uns etaient admis, le plus grand nombre se trouvait renvoyé, et tous devaient avoir ailleurs un souper assuré, parce qu’aucun d’eux ne l’etait de la faveur du monarque. » Il rapporte qu’ensuite ils montaient par un escalier jusqu’aux appartements pour se mettre a table avec les dames. Le repas pouvait durer 2 heures et les absent faisait travailler leur imagination sur ce repas. Le repas etait suivit d’un jeu et ensuite on redescendait pour assister au coucher du roi. Le duc de Croy insiste sur la liberté qui y regnait et le roi etablissait une egalité des chances entre les convives. Helene  Himelfarb rapporte que « une illusion d’intimité, voire d’amitié, fondée sur les mecanismes de la selection et du relachement lui meme fort ritualisé de l’étiquette[…]les divertissements du salon y sont plus modernes et plus souples qu’a Versailles. » On y etait en «  simple particulier » et le roit se montrait « accessible ». La conversation etait du divertissement.
De Croy a noté tous les invités de 1747 a 1757 et lui meme en faisait partit :le plus souvent une vingtaine de personne. A partir de 1751, Mme de Pompadour regle la bienséance et les divertissements. La cour intime du roi n’est pas forcement celle de sa Maison et les femmes y etaient minoritaires.
La premiere maitresse voulait conserver sa place et entreprit d’occuper le roi meme après la fin de leur relation amoureuse. Ellee mit en place le « théatre des petits appartements » ou on jouait des œuvres de Rameau, Blamont, Rebel ou Francoeur. Le roi s’amusait beaucoup de ses divertissements où les roles etaient donnés a la Marquise de Pompadour, a la duchesse de Blancas, au duc d’Ayen et au marquis de La Salle. Mais a cause des nombreux frais et de la mort de la marquise ,le roi se résolut a les arréter.



bibliographie:
M.Antoine,Louis XV.
B.Hours,Louis XV et sa Cour.


Back to top
vinz
Membre
Membre

Offline

Joined: 02 Jul 2009
Posts: 162
Point(s): 200
Moyenne de points: 1.23

PostPosted: Fri Jul 3 2009, 17:35    Post subject: LOUIS XV ET SON VERSAILLES "INTIME" Reply with quote

Ca complète ce que tu avais marqué et je continuerais un peu plus sur les intimes du roi...

Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 19:37    Post subject: LOUIS XV ET SON VERSAILLES "INTIME"

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Au coeur de l'Histoire Forum Index -> Zoom sur l'Histoire -> L'Histoire De Versailles All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create a free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group