Au coeur de l'Histoire Index du Forum
Au coeur de l'Histoire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Le duel d'honneur

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au coeur de l'Histoire Index du Forum -> Les Epoques de l'Histoire -> Le grand-siècle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
L'ancien
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2009
Messages: 1 171
Masculin
Point(s): 672
Rang: Animateur/trice
Moyenne de points: 0,57

MessagePosté le: Mar Oct 6 2009, 14:41    Sujet du message: Le duel d'honneur Répondre en citant

J'ouvre ici un sujet sur le duel d'honneur, apparu certes à la Renaissance, mais que je trouve plus caractéristique du Grand Siècle. Nous pourrons toujours déplacer le sujet suivant la tournure que prendra notre conversation...


Le duel d’honneur tire son origine du jugement de Dieu, duel judiciaire du Moyen-Age, dans lequel deux parties résolvent un conflit en s’affrontant, armes à la main, le vaincu du combat étant désigné coupable par Dieu lui-même.

L’infaillibilité du jugement de Dieu est remise en question en 1385, lorsque la femme de Jean Carrouge accuse Jacques Legris d’avoir abusé d’elle, en s’introduisant de nuit et masqué dans le château alors que son mari était parti aux Croisades. Comme il est impossible de découvrir la vérité, le roi ordonne le jugement de Dieu, duel au cours duquel Legris fut vaincu. Ainsi désigné coupable, il est pendu. Mais quelques temps plus tard, un malfaiteur avoue le crime, ce qui innocente Legris.

Dès lors, le duel judiciaire n’est plus autorisé par le roi de France. Mais cela ne met pas fin aux querelles d’honneur entre gentilshommes. Interdit, le duel devient une mode et les accusations d’ordre juridique deviennent des insultes à l’honneur. On ne cherche plus le coupable, mais à laver un affront et à forcer la conciliation. En 1547, le "coup de Jarnac" est un épisode décisif du duel entre Guy Chabot de Jarnac et La Châtaigneraie. Cet événement entérine l’influence des maîtres d'arme italiens et l’épée devient l’arme privilégiée.

Les édits d’interdiction se multiplient, mais les duellistes étant issus de l’aristocratie, les lettres de grâce se multiplient également. Par exemple, Henri IV en signe 7000 lors de son règne. De 1589 à 1607, plus de 4 000 gentilshommes trouvent la mort en duel.

Richelieu tente de mettre un terme à cette pratique qui décime l’élite du royaume. Le 2 juin 1626, il fait paraître un édit prévoyant la peine de mort pour les duellistes. François de Montmorency-Bouteville, arrêté après avoir tué en duel le marquis Bussi d’Amboise le 12 mai 1627 place Royale à Paris, n’obtient aucune grâce et est décapité en place de Grève le 22 juin de la même année.

Cet évènement est censé servir d’exemple. Les duels se font alors plus discrets, mais la mode n’est pas passée. Elle gagne également les ecclésiastiques, les femmes, les domestiques. En 1652, le duel des ducs de Nemours et de Beaufort rassemble une dizaine de personnes qui se battent entre-elles. Louis XIV publie de nouveaux décrets, mais ne parvient pas à mettre fin à cette pratique.

A la Révolution, un décret d’amnistie générale concernant le duel est publié et on en revient à un régime de tolérance. Avec les progrès fait en ce domaine, le pistolet remplace petit à petit l’épée.

Le code pénal de 1810 n’interdit pas explicitement le duel, même si la Cour de Cassation statue en jurisprudence sur la peine de mort en cas d’homicide ou de tentative d’assassinat, si le duel était entendu à mort. Dans la réalité, bien peu de duellistes sont poursuivis et condamnés.

Ces hésitations politiques laissent le duel d’honneur devenir une sorte d’institution propre à la bourgeoisie et à l’aristocratie. Entre 1826 et 1834, il ne se produit pas moins de 200 morts par duel. En 1892, Clemenceau et Déroulède s’affrontent en duel, pendant que les gendarmes tentent de contenir la foule des curieux.

Finalement, la mode passe, notamment après la seconde guerre mondiale. Le denier duel célèbre oppose Gaston Defferre, député-maire de Marseille, et René Ribière, après une altercation au sein de l’Assemblée Nationale au sujet d’une fraude électorale. L’évènement sera couvert par Paris Match le 21 avril 1967.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Duel_(combat)
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_1997_n…

[edit] Lien vers le sujet ouvert sur le fameux Coup de Jarnac : http://souvenirsdutemps.xooit.com/t2150-COUP-DE-JARNAC.htm


Dernière édition par L'ancien le Mer Oct 7 2009, 08:29; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar Oct 6 2009, 14:41    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
orev
First Lady
First Lady

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 5 067
Localisation: S D F
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 3 982
Rang: Chef Animatrice
C. Flavien: 2ème
Moyenne de points: 0,79

MessagePosté le: Mar Oct 6 2009, 20:18    Sujet du message: Le duel d'honneur Répondre en citant

Merci !
et la fin est excellente : ils utilisaient quelle arme ?? 

je reviens sur un passage :
"Richelieu tente de mettre un terme à cette pratique qui décime l’élite du royaume. Le 2 juin 1626, il fait paraître un édit prévoyant la peine de mort pour les duellistes. François de Montmorency-Bouteville, arrêté après avoir tué en duel le marquis Bussi d’Amboise le 12 mai 1627 place Royale à Paris, n’obtient aucune grâce et est décapité en place de Grève le 22 juin de la même année"


La famille Bussy d'Amboise a cela dans le sang : déjà quelques années auparavant, ils se battaient en duel  entre mignons ! en 1578...

l'honneur, c'est l'honneur !
actuellement : c'est le "coup de boule" pour certains... ou les poings pour d'autres ! Mr. Green
_________________


Revenir en haut
Amaranthys
First Lady
First Lady

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2009
Messages: 7 225
Féminin
Point(s): 6 768
Rang: Chef Animatrice
Moyenne de points: 0,94
C.Europe: 3ème

MessagePosté le: Mer Oct 7 2009, 08:14    Sujet du message: Le duel d'honneur Répondre en citant

Concernant l 'arme utilisée c 'était l 'épée d 'après ce que j 'ai lu...


J 'ai vu sur wiki concernant le dernier des duels

Jean Jaurès et Paul Déroulède. Duel à Hendaye en 1904 à propos de Jeanne d’Arc, échange de deux balles, sans résultat.

Avez vous de plus amples renseignements sur cette affaire?Merci d 'avance^^
_________________
Hé bien ! la guerre. ..(Les liaisons dangereuses, Laclos)



Revenir en haut
L'ancien
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2009
Messages: 1 171
Masculin
Point(s): 672
Rang: Animateur/trice
Moyenne de points: 0,57

MessagePosté le: Mer Oct 7 2009, 08:24    Sujet du message: Le duel d'honneur Répondre en citant

Le "coup de boule", oui, mais je trouve que cela manque du charme d'antan. Ca fait plutôt pugilat... quitte à avoir des comptes à régler, autant le faire avec panache !
:engarde


Le dernier duel d'honneur s'est fait au fleuret, effectivement Amaranthys ! A l'ancienne, avec un témoin et dans les règles de l'art :

Citation:
Trois assauts et deux blessures légères plus tard infligées à Ribière, le combat s'achève sous le regard amusé d'une cohorte de journalistes goguenards qui traiteront le fait divers avec ironie. Defferre ne put s'empêcher de faire circuler les détails croustillants du combat, insistant sur le fait qu'il ne cessa de viser de la pointe de la lame les parties génitales de son adversaire, qui devait se marier le lendemain. Ribière estima néanmoins que les estafilades qui ornaient désormais son avant-bras avaient suffisamment lavé son honneur bafoué, et c'en fut terminé à tout jamais d'une longue histoire.

http://www.c-royan.com/les-gens-d-ici/photos-de-groupes/groupes-d-amis/427-…
http://voyages.liberation.fr/les-duels-de-lete/le-dernier-duel

J'aime bien aussi :
Citation:
La pratique est archi-codifiée par d'innombrables ouvrages : on se bat au pistolet à quinze pas (très dangereux), à quarante pas (plus hasardeux), assis dans des fauteuils, à l'épée, au sabre (très gore), au premier sang, à blessure grave, voire jusqu'à ce que mort s'ensuive, selon le degré de gravité de l'offense subie. Pour donner une idée du raffinement qu'atteint alors le duel, une pratique connaît un certain engouement sous la Monarchie de Juillet. Deux pistolets étaient confiés aux témoins juste avant le combat, soustraits aux regards des duellistes. L'un était chargé réglementairement, l'autre pas du tout. Les armes étaient placées dans un sac puis livrées au choix des deux hommes qui se mettaient face à face et faisaient feu en même temps. Gros succès et suspense garanti.


Revenir en haut
orev
First Lady
First Lady

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 5 067
Localisation: S D F
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 3 982
Rang: Chef Animatrice
C. Flavien: 2ème
Moyenne de points: 0,79

MessagePosté le: Mer Oct 7 2009, 13:40    Sujet du message: Le duel d'honneur Répondre en citant

Je suis bien d'accord avec vous : plutôt l'épée que le coup de boule.

Votre anecdote est surprenante :  à cette époque là, les gens s'ennuyaient-ils tant que cela ?
j'aurais plutôt vu cela au XVIIIè siècle, le siècle de toutes les extravagances ! 
_________________


Revenir en haut
L'ancien
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2009
Messages: 1 171
Masculin
Point(s): 672
Rang: Animateur/trice
Moyenne de points: 0,57

MessagePosté le: Mer Oct 7 2009, 14:01    Sujet du message: Le duel d'honneur Répondre en citant

Cruelle invention que la télévision... Rolling Eyes

Revenir en haut
orev
First Lady
First Lady

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 5 067
Localisation: S D F
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 3 982
Rang: Chef Animatrice
C. Flavien: 2ème
Moyenne de points: 0,79

MessagePosté le: Jeu Oct 22 2009, 15:56    Sujet du message: Le duel d'honneur Répondre en citant

Permettez moi de rajouter un petit complément sur ces passionnants duels :


LES DUELS AVANT 1789  
(D'après un article paru en 1843)  
 
 
L'usage des duels proprement dits s'est introduit chez nous vers le règne de Charles VIII ; mais au XVIe siècle et au XVIIe, la fureur de ces combats singuliers, qui, la plupart du temps, n'étaient que d'infâmes guets-apens, fut portée au plus haut degré. « Mettez trois François aux déserts de Lybie, dit Montaigne, ils ne seront pas un mois ensemble sans se harceler et s'esgratigner. »
On peut voir d'après les Mémoires contemporains de Brantôme, de d'Aubigné, de l'Estoile, de Tallemant des Réaux, qu'il n'y a peut-être pas un nom illustre parmi les gentilshommes de la cour de France, depuis François Ier jusqu'à Louis XIV, qui ne soit terni par une ou plusieurs histoires de duels dégénérant en assassinats. « En mars 1607, dit l'Estoile, M. de Loménie supputa combien il avoit péri de gentilshommes françois par les duels, depuis l'avènement de Henri II en 1589, et il s'en étoit trouvé quatre mille de compte fait ; ce qui, pour un espace de dix-huit ans, donne au-delà de deux cent vingt par an. »


On songea alors à réprimer sérieusement cette sanglante monomanie qui décimait la noblesse et enlevait à l'Etat ses plus intrépides défenseurs. Henri IV et Louis XIII rendirent plusieurs ordonnances qui furent illusoires, jusqu'au moment où Richelieu sut s'en faire une arme terrible contre l'aristocratie, et en cela il fut secondé par l'opinion publique


Dans les premières années de Louis XIII, un aventurier breton, nommé Jean Chenel, sieur de La Chappronnaye, et descendant du célèbre Beaumanoir, prétendit avoir fait la rencontre en Sicile d'un ermite qui lui prédit que la France périrait si l'on n'y abolissait pas le duel. Dès lors le gentilhomme s'occupa ardemment des moyens d'empêcher la prédiction de s'accomplir. Il crut enfin avoir trouvé un remède efficace dans l'établissement d'un ordre de chevalerie dont tous les membres, bons gentilshommes, braves et adroits aux armes, feraient voeu de ne jamais accepter de cartel et de poursuivre sans pitié les duellistes connus.


Les statuts de ce nouvel ordre furent imprimés à Nantes en 1614, et, dans un autre ouvrage très rare intitulé Les Révélations de l'ermite sur l'état de la France (1617), La Chappronnaye raconte qu'il se rendit à Paris pour supplier Louis XIII de se déclarer le chef de son ordre, et qu'il en reçut verbalement, avec le titre de chevalier de la Madeleine, l'autorisation de porter la marque distinctive de l'ordre, dont le fondateur paraît avoir été le seul membre. La décoration consistait en une croix d'or émaillée de rouge, représentant d'un côté l'effigie de saint Louis, et de l'autre celle de sainte Madeleine.


Un trait caractéristique termine ce livre, et montre que le réformateur lui-même ne cherchait qu'une occasion de commettre le délit qu'il voulait faire cesser. « J'offre, dit-il au roi, le combat contre celui qui voudra tenir le parti du duel (seul à seul, les armes à la main, en la place qu'il vous plaira nous ordonner), afin de maintenir que le duel est une action indigne d'un homme de bien et d'honneur, d'un fidèle François et d'un homme de courage. »


Louis XIV se montra au moins aussi rigoureux contre les duellistes que Richelieu, mais il concourut plus d'une fois lui-même à la violation de ses propres ordonnances. Les duels recommencèrent de plus belle sous le régent qui ne fit rien pour les réprimer, et sous Louis XV et son successeur. La Révolution produisit une nouvelle sorte de duels, les duels politiques.

France-Pittoresque
_________________


Revenir en haut
Thermopyles
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2008
Messages: 591
Localisation: Provence
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon
Point(s): 696
Rang: Spécialiste
Moyenne de points: 1,18

MessagePosté le: Jeu Oct 22 2009, 20:38    Sujet du message: Le duel d'honneur Répondre en citant

L'Ancien à écrit :

Finalement, la mode passe, notamment après la seconde guerre mondiale. Le denier duel célèbre oppose Gaston Defferre, député-maire de Marseille, et René Ribière, après une altercation au sein de l’Assemblée Nationale au sujet d’une fraude électorale. L’évènement sera couvert par Paris Match le 21 avril 1967.

Voilà une photo que j'imagine assez rare sur ce duel



Une autre photo ci-dessous où l'on voit en arrière plan avec un bandeau sur l'oeil monsieur Jean-Marie Le Pen, témoin du marquis du Cuevas qui va combattre en duel monsieur Serge Lifar.




Source : Duels de Martin Monestier. Les combats singuliers des origines à nos jours.

_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:31    Sujet du message: Le duel d'honneur

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au coeur de l'Histoire Index du Forum -> Les Epoques de l'Histoire -> Le grand-siècle Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com