Au coeur de l'Histoire Index du Forum
Au coeur de l'Histoire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Catherine de medicis
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au coeur de l'Histoire Index du Forum -> Les Epoques de l'Histoire -> La Renaissance
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nessie
Reine
Reine

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2008
Messages: 20 179
Localisation: Lyon
Féminin
Point(s): 21 318
Rang: Fondatrice Du Forum
Moyenne de points: 1,06

MessagePosté le: Jeu Juil 24 2008, 18:04    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

                                         Catherine de Medicis

    
                             

Catherine de Médicis a eu un destin hors du commun. Elle fut bien plus qu'une simple reine. Elle a gouvrené la France pendant une quinzaine d'année et pourtant, rien ne l'y a prédestiné.

1544 Au départ elle n'a été qu'un ventre. Sa raison de vivre principale était de donner une progéniture au roi son mari. En tout elle eut 9 grossesses. Puis vient le temps de la politique.
1560 A la mort de Henri II et de François II, elle prend les renes du pouvoir; elle 'essaye' de gouverner la France. Je dis bien elle ''essaye'' car cela n' a été du tout facile avec ces troubles religieux. Sa nouvelle raison de vivre était de garder l'héritage de ses enfants intact, soit conserver l'autorité du roi et l'intégrité de son royaume. Elle est la Richelieu des guerres de religions.

1574 A la mort de Charles IX, elle laisse Henri III gouverner par lui même. Elle est toujour là bien sûr. Dès que la paix est menacée elle est toujours prête à sauver la paix.

La paix, la paix, la paix et encore la paix, voilà ce que Catherine de Médicis a cherché, poursuivi et traqué sa vie durant l'épisode des guerres de religion. Car seul la paix était essentiel pour garder intact l'intégrité du royaume. Elle est la reine de la ''paix'', '' la regina pacis''. C'est comme cela qu'elle était perçu par ses contemporains; une femme toujours optimiste (trop même), prêt à tout pour la paix. Elle impose le respect.

Pourtant elle a laissé à ses contemporains une image négative. Comme pour Richelieu, le rétablissement de l'autorité royale s'est fait avec des grincements de dents. Ses comtenporains étaient des fanatiques, des extrémistes religieux ou alors des rebelles, des féodaux. L'image négative de Catheirne est donc tout à son honneur.

Cette image négative nous est resté car malheureusement Catherine de médicis a échoué. Les extrémistes ont triomphés de sa politique.
Ce qui est dommage c'est que cette image négative de Catherine soit resté ainsi pendant presque 4 siècles.
Aujourd'hui, la réhabilitation de Catherine de Médicis a bien avancée mais elle reste encore lente.
Châtillon le plus grand défenseur des derniers Valois
_________________

Au Cœur De L'Histoire


Mon autre forum
Passion Napoléon
http://passionnapoleon.xooit.com/index.php


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu Juil 24 2008, 18:04    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Emmett Dalton
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2009
Messages: 30
Localisation: Far West dans le Val d'Oise
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 37
Moyenne de points: 1,23

MessagePosté le: Dim Mar 1 2009, 14:12    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

Très beau résumé je trouve
Dommage que les historien eux même est véhiculé cet image négative sans soucis d'impartialité d'objectivité !
_________________
"Le vrai génie réside dans l’aptitude à évaluer l’incertain, le hasardeux, les informations conflictuelles." Churchill

"La seule chose qui permet au mal de triompher est l’inaction des hommes de bien." Burke


Revenir en haut
Niniss
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2008
Messages: 242
Localisation: nord
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 虎 Tigre
Point(s): 237
Moyenne de points: 0,98

MessagePosté le: Ven Mar 13 2009, 11:10    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

Catherine ne fut pas une mère tendre sauf pour son fils Henri III. Pour ne pas perdre l'alliance avec l'Espagne à la mort de sa fille aînée Elisabeth (épouse de Philippe II), elle propose pour la remplacer, sa dernière fille Marguerite ! En même temps, donner naissance à 10 enfants en 12 ans, il y a de quoi etre dégoutée !
_________________
Les dames de coeur du Roi Soleil


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
orev
First Lady
First Lady

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 5 067
Localisation: S D F
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 3 982
Rang: Chef Animatrice
C. Flavien: 2ème
Moyenne de points: 0,79

MessagePosté le: Ven Juil 3 2009, 13:41    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

Voilà, un petit complément au sujet de cette reine, à la suite de la lecture de LA LUNE ET LE SERPENT de la Princesse Michael de Kent, descendant de Catherine de Médicis :


Un horoscope lui avait été fait : une vie pleine de vicissitudes, de troubles, de tourments : un perpétuel sacrifice pour l’unité de la France…

Catherine avait douze ans, elle était parfaitement consciente du rôle d’atout qu’elle était dans les mains du pape, un mariage royal dépassait de loin ses espérances, mais elle savait aussi qu’il lui faudrait se battre pour se faire accepter.

Dans les années 1527, pendant les tractations menées par François 1er pour faire libérer ses fils en otage dans l’empire, la petite Catherine de Médicis, 8 ans,  était au couvent, apprenait le latin, le grec, les bonnes manières, elle perfectionna son trait de caractère qui lui fut propre : l’art de dissimuler. Elle n’avait rien d’une beauté, mais était vive et avait des manières distinguées.

Catherine de Médicis, femme d’esprit,  mariée à Henri II, s’était éprise de son époux, mais n’avait aucune chance face à une rivale telle que Diane, souffrit de jalousie, ce fut le drame de son existence. Méprisée par la cour, elle adopta  la devise : « Haïssez et attendez »  symbolisé par un serpent tapi dans l’herbe

Après le mariage, Henri fit son devoir d’époux, mais ne fit pas de zèle et bouda par la suite son épouse. Catherine était parfaitement consciente du déshonneur attaché à sa mésalliance, elle adopta un profil bas en utilisant la devise : « humilité et patience ».

Elle s’installa dans les appartements de célibataire d’Henri, elle comprit rapidement la dévotion qu’Henri portait à Diane, qu’il éprouvait pour Diane un amour chevaleresque. Elle décida de réussir où Diane excellait. Elle commença par des leçons d’équitation, et serait à l’origine de la monte en amazone, ainsi que de la culotte de cheval. Elle ne ménageait pas sa peine pour amuser le roi et lui faire plaisir et réussit enfin à s’intégrer dans « la petite bande » (lorsqu’elle sera reine de France, elle créera son  « escadron volant ».

Elle arriva également à se rapprocher de Diane, de Marguerite (sœur du roi), d’Anne de Pisseleu, elle adopta des attitudes « onctueuses », elle se rendait invisible, personne ne put rien dire contre elle.  Les problèmes de religion apparaissaient en France, Catherine élevé dans l’humanisme, prônait donc la tolérance envers les différentes religions et adopta la politique d’indulgence du roi.

Coup de théâtre pour Catherine de Médicis : à plusieurs reprises, Henri II fit son devoir d’époux, sans résultat positif : pas d’héritier à venir. Lors de la guerre à la frontière italienne en 1537, Henri II accepta l’invitation d’un gentilhomme des environs et fut présenté à sa sœur Filippa Duci : ils furent amants et en 1538 un bébé nait…Le dauphin se réjouit, il n’est donc pas infertile : Catherine de Médicis était donc stérile !!! Beaucoup de courtisans pressèrent Henri à répudier sa femme et la renvoyer à Florence.

5 années ont passées depuis leur mariage : toujours pas d’enfant à l’horizon. Catherine fit venir des charlatans, des produits aphrodisiaques, son avenir était plus qu’incertain.

Voici comment elle fut décrite par Matteo Dandolo : « la dauphine très sereine est d’un tempérament sain excepté en ce qui concerne son aptitude à procréer. Non seulement elle n’a pas encore eu d’enfant mais je doute qu’elle en ait jamais bien qu’elle avale tous les remèdes possibles et imaginables susceptibles de l’aider à concevoir. J’en déduis pour ma part qu’elle risque plus de porter atteinte à sa santé que de remédier à son problème. Pour autant qu’on puisse en juger, le dauphin son époux l’aime et la chérit. Sa Majesté semble aussi beaucoup l’apprécier tout comme la cour et le peuple et je ne crois pas qu’il y ait une seule personne dans tout le royaume qui ne donnerait son sang pour la voir enfanter un héritier ».

Catherine était sur « la sellette » : toute la Cour recherchait une remplaçante pour Henri.

L’épouse et la Favorite devaient s’unir : l’une implorerait François 1er et Diane s’occuperait du Dauphin.

Ainsi, Catherine accompagnait le roi à la chasse, le surprenait par des objets d’art  en provenance d’Italie. Le roi lui donna son assurance de ne pas la renvoyer à Florence. Mais elle se sentait humiliée, mais il fallait rester à la Cour. Elle enfouie sa haine et sa jalousie, resta courtoise quoiqu’il arrive, sa devise devint « haïssez et attendez ». Il fit tout ce qu’elle put pour enfanter. Selon l’ambassadeur de Venise, elle buvait une mixture de corne de licorne et d’ivoire pilés, délayés dans l’eau.  Quelques fois c’était un mélange de lait de jument, du sang de lapin et de l’urine de brebis. Sous ses vêtements, elle portait une ceinture de poils de bouc réalisée par une sorcière puis trempée dans du lait d’ânesse, etc…

Diane lui parla avec douceur, lui expliqua l’art de faire l’amour. Certains soirs, Diane envoyait Henri chez son épouse. D’après Brantôme, Catherine fit percer des trous dans le plancher de sa chambre qui se trouvait au dessus de celle de Diane, et avec son amie la duchesse de Montpensier se couchait à terre pour observer les deux amants afin de les regarder faire l’amour.

La dauphine était au comble du malheur : sa fâcheuse fertilité et la passion de son époux pour Diane. Toute sa vie durant, elle aura peur et s’inquiétera pour son avenir.

Finalement, en janvier 1544, le miracle se produisit, grâce aux pilules des médecins ou aux conseils de Diane : Catherine donnait naissance à un petit garçon, elle venait d’avoir 24 ans. Pendant les 10 années qui suivirent, elle mit au monde un enfant tous les 2 ans. L’union d’Henri II et de Catherine de Médicis fut l’une des plus prolifiques de l’histoire de la royauté.

En fin d’année 1544, Catherine profita du départ de Diane de la cour. Mais au retour de son époux, elle déchanta : il quitta momentanément la cour et rejoignit Diane au château d’Anet.

En 1545, la santé de François 1er déclinait, Catherine comprit qu’elle devrait s’en remettre au bon vouloir de Diane le jour où le roi disparaitrait. Cette année là ne fut que tensions au sein de la Cour.

Au printemps 1546, elle donna naissance à une fille, mais du s’en séparer et laissa Diane se charger de trouver une gouvernante ( ce qu’elle fit pour tous les enfants à venir, s’occuper de l’alimentation, du sevrage, du choix du château, etc…). Mais en son for intérieur, elle trouvait que sa cousine faisait beaucoup de zèle.

Catherine devint reine en mars 1547 : François 1er venait de mourir. La révolution au palais était inévitable, mais Catherine et Diane étaient à l’unisson : elles voulaient toutes les deux la gloire et le succès d’Henri II, nouveau roi de France. Malgré son titre de reine, rien n’avait changé : Diane et Montmorency prenaient toutes les décisions.

Pire encore : elle entra dans une grande fureur le jour où son époux offrait Chenonceau à Diane de Poitiers : François 1er le lui avait promis.

Vint le sacre d’Henri II en juillet 1547 : le costume du sacre fit horreur à la reine : les broderies rappelaient les attributs de Diane (carquois, arcs, flèches, croissants de lune, double D accroché au H), la lettre C de la reine n’apparaissait nulle part. Elle prit malgré tout patience, son heure viendrait.

A la naissance du 3è enfant de Catherine, Diane décida de la gouvernante, de l’alimentation des enfants royaux, du château où ils passeraient leur enfance, de leur éducation. Seule la parole de Diane comptait, pas celle de la reine…. Elle « ravalait » sa fierté, mais à la naissance de son 6è enfant où elle faillit mourir, elle remercia Diane par l’intermédiaire de son médecin : « sans votre sagesse, votre diligence et votre bonté de cœur, la reine aurait perdu tout espoir lors de son ultime maladie ». Mais elle écumait de rage envers celle qui prenait sa place auprès de son époux.

De même, lors des fêtes données en l’honneur du roi à Lyon en septembre 1548, tout fut de couleur noire et blanche : les uniformes des soldats, les rubans, les tuniques des amazones qui défilaient, les tapis des chevaux, etc..Catherine n’oubliera jamais cette humiliation. Mais elle aimait son époux, son roi. Le lendemain, c’est elle qui fit son entrée dans Lyon : tout fut à ses couleurs : le vert.

L’entrée de la cour dans Paris en mai 1549, fut pire encore que l’entrée dans Lyon : le spectacle donné fut aux couleurs de Diane : blanc et noir et partout il n’y avait que leurs lettres nouées : H et D, Catherine était malade de chagrin… Son entrée se fit officiellement 1 mois plus tard, Diane était toujours là, toujours présente, même dans le défilé, à la tribune, partout…

Tous les jours, elle devait lutter contre sa rivale, faire face à d’incessantes humiliations en privé, parfois même en public. Elle devenait folle de rage, mais seulement en son for intérieur. Elle dissimulait tous les jours sa haine féroce envers la maîtresse du roi et n’était que sourire face à elle, c’était la période du Ménage à Trois.

Curieusement Catherine et Diane devaient se serrer les coudes pour le bien du roi, l’ambassadeur d’Italie Contarini disait : « la reine occupait la place qui lui revenait de droit grâce à l’intelligence de Diane qui jouait à la perfection le rôle de l’amie idéale en leur évitant  à tous les trois le moindre embarras dans les situations délicates ».

Les années qui suivirent (1552 à 1557) furent des années de guerre, avec l’empereur d’un côté et le Vatican de l’autre avec l’élection du nouveau pape, le roi était en campagne, l’ennemi pénétrait toujours plus profondément le pays. Le roi eut recours à Catherine de Médicis, il comptait sur elle pour récolter des fonds afin de renforcer ses troupes : son heure était venue ! Se sentir utile pour la première fois de sa vie…Ayant l’art de la dissimulation, elle alla voir les autorités parisiennes ainsi que les banquiers, et réussit à récolter la somme astronomique demandée par le roi : elle avait gagné le peuple de Paris, Henri lui accorda le respect.

Vinrent ensuite les mariages : le dauphin et Marie Stuart, la petite Claude et Charles II de Lorraine.

Mais ses démêlés avec Diane étaient toujours d’actualité : voilà une petite anecdote relativement connue : « Diane se rendit un jour dans les appartements de Catherine, celle-ci lisait. Intéressée Diane lui demande ce qu’elle lisait : « je lis les histoires de ce royaume, et j’y trouve que, de temps en temps à toute époque, les putains ont dirigé les affaires  des rois ». L’insulte fera le tour du royaume. Diane se vengea en faisant constater par Montmorency que parmi les enfants du roi, seule Diane de France ressemblait au roi…ce commentaire se répandit dans toutes les cours du pays.

Plusieurs mariages eurent lieu entre 1558 et 1559, avec de grandes fêtes où le roi participerait à des joutes. Le premier jour, la reine demanda audience en prétendant avoir aperçu son époux ensanglanté dans un rêve. Elle avait consulté quelques temps auparavant Simeoni astrologue italien qui prédisait que son époux serait transpercé dans les yeux, l’astrologue Ruggieri également l’a prévenait qu’Henri mourrait dans un combat. Nostradamus lui confirma la prédiction par ses vers :

« Le lion jeune, le vieux surmontera,
En champ belliqueux par singulier duel
Dans cage d’or, les yeux lui crèvera
Deux classes une, puis mourir, mort cruelle »



Le troisième jour des joutes, Catherine avait une mine exceptionnellement pâle. A sa gauche, se tenait la sereine duchesse de Valentinois, vêtue de noir et blanc. La reine pria les adversaires de cesser le combat, tellement la chaleur était suffocante. Mais le roi de bonne humeur fit sa troisième lance avec Gabriel Montgomery, 29 ans, capitaine de sa garde écossaise. La confrontation s’acheva par une égalité, le roi fâché, voulut se battre une fois  encore. Plusieurs assistants ressentaient une certaine frayeur, un frisson de terreur. Le capitaine n’eut pas le temps de changer sa lance, il manquait la pièce de métal renforçant la pointe. Henri n’eut pas le temps de baisser sa visière. Ils repartirent au galop, s’affrontèrent, les deux lances se rompirent mais celle de Montgomery vola en éclats, le roi vacilla, s’affaissa et perdit connaissance. Le fragment avait pénétré l’œil droit jusque dans le crâne pour ressortir par la tempe à la hauteur de l’oreille. Un autre éclat avait transpercé la gorge.  Montgomery vint implorer le roi pour qu’il l’absolve. Le chaos régnait dans les tribunes, la reine devenait presque folle, le dauphin François s’évanouit. Sur ordre de la reine, Diane fut interdite de passage. Catherine veillait sur le roi, en compagnie des Guise qui soutenaient la reine et donc se mirent de son côté. Le célèbre Ambroise Paré tenta de soigner Henri, mais n’osa pas opérer. Catherine fit décapiter six condamnés pour essayer l’opération sur eux. Mais sans résultats positifs. Henri tomba dans le coma et eut juste le temps de donner sa bénédiction au dauphin François et de recevoir les derniers sacrements. Le 10 juillet 1559, Henri rendit l’âme. Sur ordre de la reine, ses appels à « Sa Dame » ne furent pas transmis.

La reine Catherine de Médicis délaissée depuis longtemps, venait de perdre Henri à tout jamais. Aimait-elle son époux ? Certainement, mais sa grande passion se transforma en haine envers Diane, elle regrettait plus la perte de son avenir que de son amour.

Dès le lendemain, la reine commençait à se venger : elle fit dépêcher un coursier par l’intermédiaire de Marie, reine d’Ecosse, afin que la duchesse de Valentinois restitue les joyaux de la couronne et les clefs donnant accès à la chambre forte d’Henri. Une fois les bijoux restitués, elle bannira Diane de la cour pour son château d’Anet. Le lendemain, le dauphin demanda à sa mère de prendre les rênes du pouvoir ce qu’elle refusa, mais invita les Guise à la seconder. Elle s’installa au Louvre, destitua le chancelier Bertrand qui remit les sceaux de l’Etat, Montmorency perdait son poste de Grand Maître, l’évêque de Meaux perdait son poste de Grand Aumônier. L’ambassadeur d’Angleterre écrit : « la Maison de Guise gouverne la personne du roi de France ». Lors du cortège pour les funérailles d’Henri II, Catherine fit disparaître tous signes de Diane : pas de couleur blanc et noir, pas de croissants de lune, le chiffre HD n’apparaissait plus sur le harnais du cheval du roi. La reine n’arrêta pas Diane, ne pouvant pas se mettre à dos tout le monde, elle la bannit au château d’Anet, mais soucieuse de ménager les alliés de Diane, la reine lui offrit Chaumont sur Loire en échange de Chenonceau. L’acte de cession fut signé en avril 1560.

L’historienne Jehanne d’Orliac rapporte : « une nuit de pleine lune à Chaumont, la reine Catherine voulut découvrir ce que lui réservaient les parques avant de céder le château à Diane de Poitiers. Avec l’aide de Nostradamus elle invoqua Elohim, Jéhovah, Mihatron, Adonaï en traçant sur un miroir d’acier leurs noms en lettres de sang d’un pigeon mâle. Le magicien dessina un cercle au sol (suivant les instructions du pape Honorius) où il plaça un crâne humain, un tibia, une lampe et un chat endormi. Puis, en réponse à l’invocation, la reine Catherine vit soudain apparaitre ses trois fils dans le miroir, les uns après les autres, François se retourna une fois, Charles quatorze et Henri quinze puis enfin Henri de Bourbon (Navarre) apparut et se tourna vers elle. Elle ne verrait rien de plus. Tout disparut. Elle connut ainsi la durée des règnes de ses fils, de même que l’avènement d’une nouvelle dynastie après l’extinction des Valois ».

C’est pour cette raison que Catherine insistera lourdement pour marier sa fille Margot à Henri de Navarre afin que le sang des Valois ne disparaisse pas à jamais. Mais Margot était stérile, Henri de Navarre épousa Marie de Médicis, ce qui augmenta la proportion du sang Médicis et non Valois chez les futurs rois de France.

Catherine retrouva la trace de Montgomery qu’elle n’avait pas oublié, n’avait jamais cessé de haïr, elle le fit condamné pour haute trahison, décapité et écartelé en place de Grève.

François II régna moins d’un an, il mourut en décembre 1560, la reine d’Ecosse préféra quitter la France suite à toutes les intrigues, les rumeurs, toutes les calomnies, car la reine Catherine avait mal accepté que la jeune Marie fut la préférée de tout le monde à son arrivée en France.

Catherine de Médicis fit tout son possible pour effacer la trace de l’amour que son époux éprouvait pour Diane de Poitiers.

Ainsi commençait la Régence de Catherine de Médicis, avec la devise : « Haïssez et attendez ».


_________________


Revenir en haut
Amaranthys
First Lady
First Lady

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2009
Messages: 7 225
Féminin
Point(s): 6 768
Rang: Chef Animatrice
Moyenne de points: 0,94
C.Europe: 3ème

MessagePosté le: Sam Juil 11 2009, 19:11    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

Elle fut surnommée la "reine noire " car après le décès de son mari, elle porta le deuil jusqu 'à sa mort je crois...
_________________
Hé bien ! la guerre. ..(Les liaisons dangereuses, Laclos)



Revenir en haut
orev
First Lady
First Lady

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 5 067
Localisation: S D F
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 3 982
Rang: Chef Animatrice
C. Flavien: 2ème
Moyenne de points: 0,79

MessagePosté le: Sam Juil 11 2009, 19:16    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

Exact, mais bon, il y a les rumeurs aussi, je n'ai pas encore fini de l'analyser, j'ai 3 livres sous le coude..... pour l'hiver....
_________________


Revenir en haut
Sorcière
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2009
Messages: 4 814
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Point(s): 1 249
Rang: Animateur/trice
Quizz Napoléon: 3ème
Moyenne de points: 0,26

MessagePosté le: Lun Nov 9 2009, 15:26    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

Juste un détail de plus : marguerite de Valois n'a jamais été stérile, elle eut deux enfants d'un certain Jacques de Harlay, seigneur de Champvallon. Mais d'Henri IV elle n'eut jamais d'enfant, en revanche lui en a eu durant son mariage avec Marguerite.
Autre petit détail, ce n'est pas l'ancêtre de la jupe culotte mais du caleçon que Catherine de Médicis "inventa" pour monter en amazone.
Dernier détail : on sait que Catherine de Médicis était extrêmement superstitieuse. Elle abandonna à cause de sa peur décrite par Ruggieri, de mourir près de Saint Germain, la construction du Palais des Tuileries qui se situait à proximité de l’Eglise de Saint Germain.
Catherine de Médicis mourut à Blois… évita toute sa vie Saint Germain et le jour de sa mort elle fût confessée par un prêtre qui se nommait… Julien de Saint Germain.
_________________
Dans la nuit qui m'environne,
Dans les ténèbres qui m'enserrent,
Je loue les Dieux qui me donnent
Une âme, à la fois noble et fière.
(extrait d'Invictus de William Ernest Henley)


Revenir en haut
Flavien
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun Nov 9 2009, 18:46    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

Ah oui je connaissais cette histoire de prêtre de saint-germain mais je l'avais complètement oublié Smile , héhé c'est vrai que c'est le genre d'anecdotes dont nous régale parfois l'Histoire et qui sont toujours géniales à relire donc merci de nous l'avoir rapellé Sorcière Smile !

Revenir en haut
Sorcière
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2009
Messages: 4 814
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Point(s): 1 249
Rang: Animateur/trice
Quizz Napoléon: 3ème
Moyenne de points: 0,26

MessagePosté le: Lun Nov 16 2009, 16:39    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

Une autre facette de Catherine de Médicis : elle emportait partout avec elle des miniatures représentant ses enfants. Elle les a gardées avec elle toute sa vie.
_________________
Dans la nuit qui m'environne,
Dans les ténèbres qui m'enserrent,
Je loue les Dieux qui me donnent
Une âme, à la fois noble et fière.
(extrait d'Invictus de William Ernest Henley)


Revenir en haut
Flavien
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim Déc 6 2009, 22:03    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

Catherine de Médecis à effectivement été une excellente régente l'immense majorité du temps Nessie Smile !

Cela dit, deux ombres au tableau : son rôle trouble dans l'organisation du massacre de la Saint-Barthélémy et le fait qu'à la fin de sa vie elle se soit laissé séduire par le Duc de Guise en risquant de mettre en péril les efforts que faisait son fils Henri III pour rétablir l'autorité de l'Etat (étrangement elle l'avait soutenu quand il n'était qu'un jeune moineau sans cervelle mais beaucoup moins quand il commence à montrer son immense intelligence politique et sa volonté de gouverner par lui-même) !


Revenir en haut
Sorcière
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2009
Messages: 4 814
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Point(s): 1 249
Rang: Animateur/trice
Quizz Napoléon: 3ème
Moyenne de points: 0,26

MessagePosté le: Lun Déc 7 2009, 09:36    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

C'est vrai que Catherine de Médicis est très méconnue. Le fait qu'elle ait été une assez bonne politicienne, comment à être reconnu par les historiens et autobiographes. Il était temps car nous n'avons retenu de cette "reine" que la St Barthélémy, qui c'est vrai est une nuit dramatique, et sa sombre attirance pour les poisons, astrologie et autre...
_________________
Dans la nuit qui m'environne,
Dans les ténèbres qui m'enserrent,
Je loue les Dieux qui me donnent
Une âme, à la fois noble et fière.
(extrait d'Invictus de William Ernest Henley)


Revenir en haut
Flavien
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu Jan 28 2010, 17:52    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

Son livre de chevet était supposément "Le Prince" de Machiavel, je viens de retrouver ça ^^ : il est certain qu'elle avait parfois des méthodes assez "expéditives" et qui ne faisaient pas toujours dans le sentiment Smile !

Revenir en haut
Sorcière
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2009
Messages: 4 814
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Point(s): 1 249
Rang: Animateur/trice
Quizz Napoléon: 3ème
Moyenne de points: 0,26

MessagePosté le: Jeu Jan 28 2010, 19:39    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

Je suis étonnée que tu es réussi à me relire, c'est épouvantable... je devais avoir la tête dans le clavier....
C'est certain qu'elle avait des méthodes peu orthodoxe (si j'ose dire...) mais pas moins que Clovis, Dagobert and co... Pour ma part j'aime beaucoup ces femmes qui ont eu le pouvoir, et se sont retrouvées "roi" comme dirait Louis XIV pour sa mère...
_________________
Dans la nuit qui m'environne,
Dans les ténèbres qui m'enserrent,
Je loue les Dieux qui me donnent
Une âme, à la fois noble et fière.
(extrait d'Invictus de William Ernest Henley)


Revenir en haut
orev
First Lady
First Lady

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 5 067
Localisation: S D F
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 3 982
Rang: Chef Animatrice
C. Flavien: 2ème
Moyenne de points: 0,79

MessagePosté le: Jeu Jan 28 2010, 21:09    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

Flavien a écrit:
Son livre de chevet était supposément "Le Prince" de Machiavel, je viens de retrouver ça ^^ : il est certain qu'elle avait parfois des méthodes assez "expéditives" et qui ne faisaient pas toujours dans le sentiment Smile !

C'est amusant de lire cela, ça doit être dans les gênes des Médicis : hier soir je lisais un livre sur les descendants de Lorenzo le Magnifique. Cosimo 1er (qui est son arrière petit fils) avait également comme livre de chevet "le Prince" de Machiavelli.

Niccollo Machiavelli avait dédié cet ouvrage à Lorenzo de Médicis.
_________________


Revenir en haut
Amiral Nelson
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2011
Messages: 284
Localisation: Seine-et-Marne
Masculin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Point(s): 309
Moyenne de points: 1,09

MessagePosté le: Mer Fév 23 2011, 07:57    Sujet du message: Catherine de medicis Répondre en citant

Je suis étonné, encore, de constater comment son rôle de régente durant les minorités de ses fils Charles IX et Henri III ont transformé sa personnalité de veuve aux habits éternellement noirs après la mort de son mari. Même Henri IV lui rendit hommage après sa mort.

Ce fut, sans conteste, l'une des plus grandes reines de France, elle avait une très forte personnalité.
_________________
"Dans ce trajet si court de la branche à la terre,
Comme elles savent mettre une beauté dernière,
Et, malgré leur terreur de pourrir sur le sol,
Veulent que leur chute ait la grâce d'un vol."
(Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, acte V, scène 5)


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:14    Sujet du message: Catherine de medicis

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au coeur de l'Histoire Index du Forum -> Les Epoques de l'Histoire -> La Renaissance Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com