Au coeur de l'Histoire Index du Forum
Au coeur de l'Histoire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Alexandre Le Grand
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au coeur de l'Histoire Index du Forum -> Les Epoques de l'Histoire -> L'Antiquité
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nessie
Reine
Reine

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2008
Messages: 20 179
Localisation: Lyon
Féminin
Point(s): 21 318
Rang: Fondatrice Du Forum
Moyenne de points: 1,06

MessagePosté le: Lun Aoû 11 2008, 08:36    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

                                                     Alexandre Le Grand



Il naît à Pella, capitale du royaume de Macédoine, en juillet 356. Il est le fils de Philippe II (contre les ambitions duquel s'était élevé Démosthène) et de la princesse Olympias, fille du roi des Molosses (en Epire, le pays d'Achille).
Sa naissance s'environne d'innombrables légendes miraculeuses. (Plutarque, Vie d'Alexandre) Beau, vigoureux, excellent cavalier, (Plutarque, Vie d'Alexandre) il s'emporte facilement mais sait se montrer aussi loyal, franc et généreux.
Son père lui donne pour précepteur le philosophe Aristote qui met son élève en contact étroit avec la culture grecque : Alexandre voue un véritable culte aux héros de l'Iliade, Achille en particulier, dont il prétendait descendre par sa mère, et aspire ardemment à leur ressembler.
Très tôt son père l'associe au pouvoir et à ses responsabilités : il participe à la bataille de Chéronée (338) à la tête de la cavalerie et est ensuite envoyé en ambassadeur pour rapporter à Athènes les cendres des Athéniens tués au cours de la bataille.
Après Chéronée, Philippe avait conçu le projet de réunir toutes les force grecques, unies (sauf Sparte) dans la Ligue de Corinthe, contre la Perse, idée qui avait été déjà défendue en 380 par l'orateur Isocrate ; (Isocrate, Panégyrique d'Athènes) une garnison macédonienne était déjà en place à Abydos, sur la côte asiatique. Mais Philippe fut assassiné (336) avant d'avoir pu réaliser ses projets.
Dès son avènement, Alexandre proclame sa volonté de poursuivre l'oeuvre de son père. Cependant il doit d'abord réprimer les tentatives d'opposition dans la noblesse macédonienne, chez les peuples voisins (ARRIEN Anabase d'Alexandre) comme en Grèce même, par des exécutions sommaires et des répressions sanglantes : Thèbes ainsi, qui s'était soulevée avec l'aide tacite des Athéniens, est vaincue et la ville totalement rasée. (Plutarque, Vie d'Alexandre)
Désormais reconnu maître absolu de la Grèce, (Plutarque, Vie d'Alexandre) Alexandre peut achever les préparatifs de l'expédition d'Asie, menée sous le prétexte d'une guerre de représailles pour les torts subis lors des guerre médiques.

En Asie Mineure
Après avoir laissé la surveillance de la Grèce aux soins d'Antipater avec les contingents les plus sûrs de l'armée, Alexandre part pour l'Asie (334) avec une armée de trente cinq mille fantassins et de cinq mille cavaliers. Parti d'Amphipolis (en Thrace) il débarque à Troie (Justin, Histoire Universelle) sans que le roi de Perse, Darius III Codoman, songe même à lui interdire la traversée de l'Hellespont. L'armée perse, très supérieure en nombre, tente d'arrêter l'armée macédonienne sur les rives du Granique (mai 334), fleuve de la Propontide. Malgré l'obligation de traverser le fleuve et d'escalader une rive escarpée, les Macédoniens mettent les Perses en fuite après une ardente mêlée de cavalerie où Alexandre manque d'être tué à plusieurs reprises.
Alexandre s'emploie ensuite à conquérir toute la région côtière afin d'empêcher les Perses de s'en servir comme base pour envahir la Grèce. C'est ainsi qu'il libère un certain nombre de villes de leur tyran ou des oligarques qui les gouvernaient et y rétablit la démocratie. Cependant quelques villes lui résistent (Halicarnasse, Lampsaque ou Aspendos) et, dans ce cas, Alexandre sévit. Pendant tout l'hiver 334-333 Alexandre parcourt la Lycie, la Pamphilie, la Pisidie au sud de l'Asie Mineure, qu'il conquiert et dont il confie le gouvernement à son ami Néarque. Alors seulement Alexandre s'enfonce dans l'intérieur des terres et occupe Gordion, où il tranche d'un coup d'épée le noeud fixant le joug au char de l'ancien roi Gordios. (Quinte-Curce, Histoires) Puis il se dirige, vers l'est, vers les monts Taurus qu'il franchit aisément.
II Bataille d'Issos ; conquête de la Syrie et de l'Egypte
Alexandre arrive à Tarse dont il s'empare et où il frappe monnaie. Mais il tombe gravement malade après avoir pris un bain dans le Cydnus. (Quinte-Curce, Histoires) Sa situation est d'autant plus grave que le roi de Sparte tente une révolte en s'alliant aux amiraux perses. Mais, juste à ce moment, l'immense armée (six cent mille hommes) que les Perses ont concentrée, pour défendre la Syrie, dans la plaine d'Issos (large de cinq kilomètres, entre les monts Taurus et la mer) est bousculée par Alexandre avec sa fougue habituelle. Darius s'enfuit, laissant entre les mains du vainqueur sa mère, sa femme, ses filles et un immense butin ; (Quinte-Curce, Histoires) il se retire dans l'intérieur de ses Etats, au-delà de l'Euphrate.
Désormais les routes de la Syrie et de l'Egypte sont ouvertes pour Alexandre; plusieurs villes se rendent ; seule Tyr, dans sa position insulaire, résiste farouchement pendant sept mois. (Quinte-Curce, Histoires) Après avoir construit d'imposantes digues et autres fortifications, Alexandre s'empare de la ville : huit mille Tyriens périssent et les autres sont vendus. (Quinte-Curce, Histoires)
Puis il s'attaque à Gaza, où il est blessé deux fois ; furieux, après la victoire, il fait subir un affreux supplice au gouverneur de la cité. (Quinte-Curce, Histoires) En Egypte, Alexandre est accueilli comme un libérateur, car les Perses y sont détestés. Voulant implanter l'hellénisme dans la vallée du Nil, il fonde, à l'ouest du delta, la ville d'Alexandrie, la première du nom (Plutarque, Vie d'Alexandre) et confie l'administration de l'Egypte à plusieurs chefs civils et militaires macédoniens. Puis il reçoit des prêtres du dieu Amon, dont il va consulter l'oracle après une longue route dans le désert, le titre de "fils d'Amon", titre jadis porté par les Pharaons. Aux yeux des indigènes il est donc dieu.
Désormais Alexandre est maître de l'Asie hellénique et méditerranéenne ; enivré par ses succès il recommence la lutte contre Darius (331).
III La chute de l'empire perse
Alexandre a pour ambition de pénétrer au coeur même de l'empire perse et de se faire proclamer roi à la place de Darius. Il franchit donc l'Euphrate et le Tigre sans aucune résistance : Darius a massé ses troupes (un million d'hommes, dit-on) à l'est du Tigre, près de Gargamèle, au nord d'Arbèles. C'est pour lui le dernier recours. (Quinte-Curce, Histoires) Malgré l'importance de l'enjeu, Alexandre dort d'un sommeil profond la nuit précédant l'engagement. (Quinte-Curce, Histoires) Avec sa tactique habituelle (à l'aile droite la cavalerie avec le roi à sa tête, au centre la puissante phalange macédonienne) Alexandre rompt le front de l'armée perse. Darius abandonne sur le terrain son char et ses armes (2 octobre 331)
Maintenant la Perse ne possède plus d'armée organisée et Darius n'est plus qu'un fuyard. Toutes ses capitales sont prises et leurs richesses pillées mais Alexandre épargne les habitants et les coutumes du pays. Désormais roi de l'Asie, il est reçu comme tel à Babylone et à Suse ; il rencontre plus de résistance autour de Persépolis dont il incendie les palais (Quinte-Curce, Histoires) en représailles, dit-on, des crimes commis par Xerxès ; il rend hommage au tombeau de Cyrus le Grand à Pasargades. Cherchant toujours à capturer Darius, il croit le trouver encore plus à l'est, à Ecbatane; mais celui-ci fuit toujours plus loin, entouré de moins en moins de fidèles. Alexandre le poursuit avec un petit groupe d'hommes par une marche forcée et exténuante ; lorsqu'il est en vue, un des satrapes qui accompagnent Darius tue celui-ci. Alexandre fait rendre les honneurs royaux à la dépouille de Darius (Quinte-Curce, Histoires).
Alexandre se considère maintenant comme le successeur et l'héritier de Darius; il finit de soumettre la Perse orientale (aujourd'hui l'Afghanistan, le Turkestan, le Béloutchistan) mais avec beaucoup de mal : une guérilla de presque trois ans (330-328), un climat torride ou glacial, un terrain difficile. La résistance perse ne cesse qu'avec la soumission de la Sogdiane et de la Bactriane, où Alexandre épouse, dans le rite perse, Roxane, fille du bactrien Oxyarte.
IV La conquête de l'Inde et la reconnaissance du Golfe Persique
L'incertitude de ses dernières conquêtes, acquises souvent au prix de sanglantes exactions, le mauvais moral de ses troupes qui, de plus en plus, réclament le retour au pays natal, l'opposition de plus en plus virulente des nobles macédoniens qui voient leur roi se comporter maintenant en monarque absolu et adopter le vêtement et les habitudes perses (Quinte-Curce, Histoires) ne font qu'irriter Alexandre et le pousser à des actes de violence dont il se repent parfois ensuite. (Plutarque, Vie d'Alexandre)
La Perse orientale soumise, Alexandre peut enfin se diriger vers l'Inde qui était son but depuis déjà plusieurs années. Aux yeux des Grecs, c'est un pays peuplé d'êtres fantastiques et regorgeant de merveilles. En fait, Alexandre avait des renseignements assez précis sur le pays, déjà conquis par la dynastie perse et connu grâce à des relations comme celles d'Hérodote. Il descend dans le bassin de l'Indus, puis se dirige vers l'Hydaspe, limite du royaume perse. Au-delà se trouve un roi très belliqueux, Poros, qui veut interdire aux Macédoniens de franchir le fleuve. Par une ruse Alexandre réussit néanmoins à le franchir mais le combat avec Poros et son armée, renforcée d'éléphants, est meurtrier. (Quinte-Curce, Histoires) La vaillance de Poros, sa dignité dans la défaite conquièrent l'estime d'Alexandre qui le traite en allié.
Cette dernière bataille, si pénible, fut la dernière : l'armée, qui s'est avancée, en pleine mousson, presque jusqu'au Gange (limite extrême du monde connu) se mutine , refuse de poursuivre sa marche et exige d'Alexandre de rebrousser chemin immédiatement. Alexandre ne peut que céder.

Il revient donc vers l'Indus et descend au sud en direction de l'océan Indien en traversant, au prix d'atroces souffrances et avec des pertes énormes, le désert de Gédrosie, parallèlement au Golfe Persique, pendant que son ami Néarque, à la tête de la flotte, longe le rivage, de l'embouchure de l'Indus à celle de l'Euphrate, malgré la pénurie de ravitaillement en vivres et en eau (et la rencontre de baleines ! ) (Quinte-Curce, Histoires) ; il parvient au fond du Golfe Persique et avec ses hommes, rejoint la piste qui se dirige vers Suse, où il retrouve Alexandre. Là, le roi organise les noces de Suse : dix mille soldats, quatre-vingts généraux, le roi lui-même prennent une épouse de souche perse. Statira, la fille aînée de Darius, devient la compagne d'Alexandre. Ensuite, Alexandre demande qu'on lui rende les honneurs divins.
De Suse, Alexandre revient à Babylone, où il entreprend de nombreux et vastes travaux. Il méditait certainement d'autres expéditions lorsqu'il est brutalement pris par une fièvre maligne qui le terrasse en une dizaine de jours (juillet 323). (Quinte-Curce, Histoires)
Conclusion
Les campagnes d'Alexandre constituent d'abord une véritable exploration armée. Alexandre était parti de Macédoine (comme plus tard Bonaparte en Egypte) accompagné de nombreux savants qui révélèrent aux Grecs l'histoire et la géographie des pays traversés.
D'autre part ce conquérant se montra, tout au long de ses campagnes, un véritable organisateur, inspiré par une idée remarquablement moderne : il veut effacer toute distinction entre les Grecs et ceux qu'on nomme Barbares. Il veut fondre tous ces peuples divers en un seul peuple. (Plutarque, la fortune d'Alexandre) Il installe dans les villes et les provinces des satrapes et des gouverneurs aussi bien perses que grecs ; il conserve souvent l'administration mise en place par les Perses (les impôts ou le système routier). Il ranime l'agriculture par de nouvelles cultures, par des travaux d'irrigation ou d'assèchement.
Il crée plusieurs "Alexandrie" jusqu'au fond du Caucase, partout où se font et se développeront les échanges commerciaux. Pour cela il ouvre des routes, étudie les pistes des caravanes, aménage des ports. Il frappe monnaie, créant ainsi une monnaie commune à tout l'empire (le tétradrachme).
Mais surtout, malgré son respect des coutumes locales, malgré son goût, à la fin de sa vie, pour un certain faste oriental, Alexandre marque l'orient de la civilisation grecque. L'ancienne Grèce va briller encore quelque temps sur la Syrie et l'Egypte.
Malheureusement pourtant, le vaste empire qu'il avait fondé se démembrera rapidement : les généraux d'Alexandre ne purent maintenir longtemps la concorde entre eux et aucun membre de la famille royale n'avait l'autorité d'Alexandre pour reprendre en main son empire.
L'oeuvre d'Alexandre reste donc l'ébauche inachevée d'un grandiose projet.
_________________

Au Cœur De L'Histoire


Mon autre forum
Passion Napoléon
http://passionnapoleon.xooit.com/index.php


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun Aoû 11 2008, 08:36    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Amaranthys
First Lady
First Lady

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2009
Messages: 7 225
Féminin
Point(s): 6 768
Rang: Chef Animatrice
Moyenne de points: 0,94
C.Europe: 3ème

MessagePosté le: Dim Juil 12 2009, 17:10    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

Petite anecdote::Alexandre ayant  dans sa jeunesse réussi à dompter le cheval Bucéphale, il donna son nom à une ville en  Inde je crois

Concernant son décès, il est mort jeune,pris d 'une fièvre... aurait il été empoisonné?
_________________
Hé bien ! la guerre. ..(Les liaisons dangereuses, Laclos)



Revenir en haut
laselve
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 07 Oct 2008
Messages: 768
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Point(s): 651
Rang: Animateur/trice
Moyenne de points: 0,85

MessagePosté le: Dim Juil 12 2009, 18:15    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

Bonjour tout le monde
Comme je n’étais pas présent au moment du décès ,
Comme je n’ai pas eu accès aux documents de l’autopsie ,
J’ai rapidement fait une petite recherche sur la toile et j’ai trouvé ceci que je copiecolle :


« … Plusieurs hypothèses furent émises sur la mort d’Alexandre. L’hypothèse d’un empoisonnement par Antipater ne se répandit qu’un ou deux ans après sa mort, période où les Diadoques avaient déjà commencé à se déchirer et où de telles rumeurs étaient destinées à se discréditer les uns aux yeux des autres. Elle est donc à écarter d’autant que la maladie dura trop longtemps pour ce type de cause. Plusieurs autres hypothèses furent évoquées (excès de boisson, leucémie, typhus, fièvre typhoïde, fièvre du Nil... et même suicide par ingestion massive d’ellébore) mais d’après les symptômes décrits par les témoins l’hypothèse la plus probable est celle du paludisme dans sa forme la plus redoutable (plasmodium falciparum). »

http://www.cliolamuse.com/spip.php?article1


Ainsi donc , le maître du monde de moins 320 ans avant J.C.aura peut-être été assassiné par un moustique femelle qui lui aurait transmis le palu !
ça laisse rêveur !!!




Revenir en haut
Amaranthys
First Lady
First Lady

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2009
Messages: 7 225
Féminin
Point(s): 6 768
Rang: Chef Animatrice
Moyenne de points: 0,94
C.Europe: 3ème

MessagePosté le: Dim Juil 12 2009, 18:23    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

Merci pour ces explications...

Oui en effet,une telle vie anéantie par un simple moustique...cela rappelle la précarité de toute existence...
_________________
Hé bien ! la guerre. ..(Les liaisons dangereuses, Laclos)



Revenir en haut
vinz
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2009
Messages: 162
Point(s): 200
Moyenne de points: 1,23

MessagePosté le: Lun Juil 13 2009, 10:07    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

"L'oeuvre d'Alexandre reste donc l'ébauche inachevée d'un grandiose projet."
Pouvez vous expliquer cela?


Revenir en haut
laselve
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 07 Oct 2008
Messages: 768
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Point(s): 651
Rang: Animateur/trice
Moyenne de points: 0,85

MessagePosté le: Lun Juil 13 2009, 11:38    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

Personnellement je ne crois pas que ce sont les rois , présidents , dirigeants , élites , etc. qui font l’Histoire : l’Histoire ce sont les Peuples qui la font et la subissent .
 
Ce qui est surprenant c’est de voir que tout ces gens et leurs grandioses projets se font rétamer par l’Histoire et la Vie en moins de 15 ou 20 ans .
 
Prenons 4 exemples des «plus grands » :
Alexandre le Grand :mort à 33 ans certainement d’excès conjugués avec le paludisme ; il avait découpé à l’épée un immense empire , mais aurait-il été capable de le gérer ?
Jules César : assassiné en 44 avant J.C. entre le premier triumvirat et sa mort il s’est passé moins de 16 ans
Napoléon Bonaparte : entre le 18 brumaire et Waterloo , moins de 16 ans
Hitler :chancelier en 1933 , mort en 1945 ; 12 ans
 

Et tout ces gens là ont vraiment mal fini !


Revenir en haut
Amaranthys
First Lady
First Lady

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2009
Messages: 7 225
Féminin
Point(s): 6 768
Rang: Chef Animatrice
Moyenne de points: 0,94
C.Europe: 3ème

MessagePosté le: Lun Juil 13 2009, 15:08    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

Pour ma part, je pense que chacun, à sa façon, individuellement ou collectivement, apporte sa pierre à l 'Histoire,qu 'il appartienne ou non à l 'élite...

Et si ces personnages sont morts si tôt, c 'est qu 'ils ont eu une vie emplie de risques, très dangereuse,et chaque personnage, pour grand que soit son empire, reste néanmoins un être humain, avec ses limites...
_________________
Hé bien ! la guerre. ..(Les liaisons dangereuses, Laclos)



Revenir en haut
vinz
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2009
Messages: 162
Point(s): 200
Moyenne de points: 1,23

MessagePosté le: Lun Juil 13 2009, 19:59    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

Donc en conclusion le "grandiose projet" est de créer un empire par la guerre et d'asservir les peuples?Car vous ne me donnez que des exemples sur ce thème!
Il faut voir que Alexandre n'a pas eu l'unanimité autour de lui: beaucoup s'opposèrent et beaucoup résistèrent...avec plus ou moins de réussites politiques ou de succès militaires..
Athènes et Sparte furent les chefs de cette opposition du monde grec et Demosthène le grand defenseur de la liberté vis a vis de la Macédoine...
Pour voir cette opposition , il faut lire Demosthène de M.Carlier et meme les textes de Demosthènes et des autres orateurs de l'époque car il ne faut pas oublier leur géni!
La preuve,Robespierre, Staline et de Gaulle, trois figure de l'Histoire ont lu et connaissait par coeur les classiques tel que Xenophon ou Demosthène!


Revenir en haut
laselve
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 07 Oct 2008
Messages: 768
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Point(s): 651
Rang: Animateur/trice
Moyenne de points: 0,85

MessagePosté le: Lun Juil 13 2009, 20:40    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

Non , non ! Je ne conclue rien sur Alexandre le Grand !
Je dis que Alexandre n’avait pas de grand projet . Le « grandiose projet » c’est nous qui l’avons inventé parce que nous connaissons sa vie , ce qui l’a précédée , ce qui a suivi , les tenants et aboutissants de l’Histoire.
Lui Alexandre naviguait à vue , tiré et poussé par les aléas de la vie . Ce fut certainement un grand chef , un meneur d’homme , un génie militaire sans doutes , mais les hasards d’une bête maladie l’ont brisé net .
 

Bien souvent dans la vie on arrive là où on n’aurait même pas penser aller !
Christophe Colomb par exemple : il part chercher un pays (les Indes) , il découvre un continent(l’Amérique) et du coup invente un nouvel océan (le Pacifique)


Revenir en haut
vinz
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2009
Messages: 162
Point(s): 200
Moyenne de points: 1,23

MessagePosté le: Lun Juil 13 2009, 21:11    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

"Le « grandiose projet » c’est nous qui l’avons inventé parce que nous connaissons sa vie , ce qui l’a précédée , ce qui a suivi , les tenants et aboutissants de l’Histoire."
Je ne savais pas qu'on ecrivait l'histoire en connaissant la fin?
"Ce fut certainement un grand chef , un meneur d’homme , un génie militaire sans doutes , mais les hasards d’une bête maladie l’ont brisé net ."Donc tous les autres etaient des militaires nuls et de mauvais politique?
Si seulement tous cela pouvait etre si simple!D'un coté un génie,Alexandre et de l'autre que des nuls!
Quand son père était en vie ,rien ne prévoyait qu'Alexandre allait  réussir a dominer les Perses!Je n'aime pas le terme empire d'alexandre car il a surtout laissé les administrations en place..il n'a rien créé ,il n'a fait qu'utiliser ce qui existait deja et de meme pour les diadoques par la suite...Finalement Alexandre n'a rien créé de "grandose" ,on n'invente rien et on ne créé rien...il a simplement changé la tête de l'etat comme on aurait dit vers 1830...


Revenir en haut
vinz
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2009
Messages: 162
Point(s): 200
Moyenne de points: 1,23

MessagePosté le: Lun Juil 13 2009, 21:16    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

Christophe Colomb par exemple : il part chercher un pays (les Indes) , il découvre un continent(l’Amérique) et du coup invente un nouvel océan (le Pacifique)...

Amerigo Vespucci a donné son nom au continent et les Espagnols ne l'ont jamais reconnu et ont toujours appelé ce continent les Indes Espagnols...
Et en 1492, ce qui a marqué les contemporains ce n'est pas la "découverte" des Indes par Colomb mais la prise de Grenade par les Espagnols...


Revenir en haut
Amaranthys
First Lady
First Lady

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2009
Messages: 7 225
Féminin
Point(s): 6 768
Rang: Chef Animatrice
Moyenne de points: 0,94
C.Europe: 3ème

MessagePosté le: Lun Juil 13 2009, 21:23    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où l'on va. (Christophe Colomb

Cette citation me parait en effet très véridique au regard de ces évènements!




_________________
Hé bien ! la guerre. ..(Les liaisons dangereuses, Laclos)



Revenir en haut
Flavien
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim Aoû 30 2009, 09:31    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

Petite anecdote sur la mort du père d'Alexandre : Philippe II.

Son fils et lui avaient eu une altercation violente il-y-à quelques années car Alexandre se sentait privé progressivement de ses droits à la succession par le fait que son père se remarie avec une jeune femme qui pouvait selon toute vraiemblance lui donner un autre fils. Alexandre était parti quelques mois en exil volontaire après cet épisode.
Pour comprendre ça, il faut savoir qu'à cette époque ce n'était pas comme la France du Grand Siècle : succession par primogéniture mâle. Rien n'était automatique et c'était les circonstances qui décidaient de l'avènement d'un roi ou non ainsi que ses appuis politiques et militaires.
Philippe II lui-même en est un bon exemple puiqu'il à succédé à son frère en prenant la place de ses neveux.

Justement, l'explication aussitôt avancée par les gens de bon aloi après l'assasinat de Philippe II par un de ses propres gardes du corps serait du à une obscure histoire : le père de la jeune femme que le roi venait d'épouser aurait fait violer Pausanias (le garde du corps) par ses gardes-chasses pour se distraire, et le roi (nouvel ami de son beau-père) aurait refusé de le venger ou en tout cas de lui offrir réparation.
Cette hypothèse apparut très vite tirée par les cheveux à Aristote, ancien mentor d'Alexandre et philosophe, à qui avait été confié l'enquête sur la mort du roi.

Le suspect le plus probable à ses yeux était Olympias, l'ancienne épouse de Phillippe et mère d'Alexandre.
Il n'écartait pas non plus de sa liste Alexandre lui-même, les athéniens, ou encore Antipatros (l'ancien bras droit du roi), mais après quelques années d'enquête et de péripéties trop longues à raconter ici, il finit par renoncer brusquement devant les menaces et meurtres qui continuaient pour faire taire ceux qui cherchaient ou détenaient la vérité.


Revenir en haut
atahualpa
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2010
Messages: 38
Localisation: montreuil
Point(s): 57
Moyenne de points: 1,50

MessagePosté le: Lun Jan 31 2011, 21:57    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

Bonjour,
L’Histoire d’Alexandre me semble véhiculer pas mal de fantasmes…Houaou, la grande nouvelle !
 Je ne parle pas de cet illuminé de Quinte-Curce : je me demande si le fait que ses récits concordent parfois avec ceux de Plutarque ou d’Arrien lui donne du crédit ou  disqualifie les autres.On n’est pas à Solferino alors arrêtons de tirer sur les ambulances…
Je passe sur les histoires de chiffres parce qu’on n’en sait définitivement rien, mais je voudrais savoir si, pour le plus sur des historiens de l’Antiquité à propos d’Alexandre (Arrien ) est crédible dans sa relation de l’entrée du conquérant en Babylonie et en Susiane(Arrien,Anabase, III, 16, 3 – 9). Je prends cet exemple parce que je l’ai sous les yeux, mais il y en a plein d’autres. Tout le discours va dans le même sens. « Chaque groupe apportant ses cadeaux : ils livraient à Alexandre la ville, la citadelle, le trésor. (…)» . Et ça continue sur le même ton sans jamais la moindre fausse note. J’ai l’air de tomber du ciel en me disant, zut, les auteurs de l’Antiquité ils ont un parti pris, c’est pas beau ça… Je sais, je sais.
Non mais, sérieux, on peut se poser deux ou trois questions pertinentes au sujet de cet auteur à qui l’on prête volontiers une meilleure fiabilité que les autres. Je sais qu’on n’a pas le choix, c’est ça ou rien (ou Quinte-Curce)et en plus il s’est basé sur des contemporain d’Alexandre mais quand même :
Est-ce que dans l’ensemble de l’œuvre de Arrien on ne relève, je sais pas, çà et là un mépris prononcé envers les souverains trop cruels ; ce qui ne serait pas une preuve, mais peut-être un signe qu’ il en rajoute des tonnes en ce qui concerne les innombrables largesses d’Alexandre.
Je sais qu’il existe une épigraphie babylonienne retraçant ces événements, mais il me semble qu’elle n’a pas le goût du détail. En tout cas, pas assez pour satisfaire les appétits de nos amis spécialistes de l’Antiquité.
Qu’est-ce que vous en pensez ?
A vous et bien à vous.
_________________
Qui ne comprend pas un regard, ne comprendra pas non plus un long discours


Revenir en haut
Flavien
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer Fév 9 2011, 16:00    Sujet du message: Alexandre Le Grand Répondre en citant

Bonjour Atahualpa 

D'après ce que j'en sais, les historiens antiques sont de moins en moins suivis en vérité, et on fait de plus en plus appel à l'épigraphie, la numismatique, et d'une manière générale aux fouilles sur le terrain, aux tentatives de reconstitution de tel ou tel évènement ( par-exemple : était-ce possible de franchir tel endroit d'après ce qu'on sait de la géographie et du climat de l'époque ? et qu'arrive t'il quand on essaie de le franchir à l'époque moderne ? ).

Cependant, une source antique généralement admise comme plutôt fiable pour Alexandre et d'autres : Plutarque.
C'est un auteur qui à le mérite de souvent citer plusieurs sources et ses chiffres sont rarement aussi irréalistes que ceux d'autres auteurs.

Mais ce qu'il faut comprendre, c'est qu'étant donné la proximité dans le temps de ces historiens antiques avec les évènements qu'ils racontent, ils suivaient parfois des objectifs politiques ou idéologiques : ne pas croire, par-exemple, que c'est un hasard de retrouver certains récits très favorables à Alexandre sous les Diadoques.

En ce qui concerne Arrien, j'avoue ne pas vraiment le connaître, mais si tu veux avoir des données relativement "objectives": il faut soit trouver une synthèse moderne sur les évènements qui te paraisse sérieuse, soit pour des zones d'ombre que l'historiographie moderne laisse encore de côté essayer soi-même de faire un mini-travail d'historien en recoupant le maximum de sources antiques et de données plus modernes.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:46    Sujet du message: Alexandre Le Grand

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au coeur de l'Histoire Index du Forum -> Les Epoques de l'Histoire -> L'Antiquité Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com