Se connecter pour vérifier ses messages privés
meurtre de deux françaises en Argentine en 2011
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au coeur de l'Histoire Index du Forum » Autres histoires » Histoires Sad Et Célèbres » Evènements Tragiques et Historiques » Faits Divers d'Aujourd'hui
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
.: Cédric42 :.
First Lord
First Lord


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2013
Messages: 7 764
Localisation: St Etienne (42)
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 7 892
Moyenne de points: 1,02
MessagePosté le: Ven Jan 17 2014, 12:32    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
En ce moment se tient à Salta en Argentine le procés des 3 violeurs et meurtriers presumés des deux etudiantes françaises en 2011 voici un tres rapide rappel de l'affaire.

Le 15 Juillet 2011 à Salta (Argentine ) deux étudiantes françaises à l'Institut des hautes études d'Amérique Latine de Paris : Cassandre Bouvier 29 ans  et Houria Moumni 24 ans sont violées, battues et tuées dans des circonstances atroces, leurs corps sont retrouves le 29 Juillet soit pres de 15 jours apres. Devant l'horeur des faits la Présidente Argentine Christina Kirchner met la pression sur la police pour qu'elle retrouve rapidement les coupables, apres plusieurs fausses pistes,  la police arréte le 4 Août  3 suspects :  Daniel Vilté Lasi 23 ans, maçon, son cousin Gustavo Lasi 24 ans, un ancien fonctionnaire qui travaille de temps en temps comme guide  pour la reserve de la Quebrada de San Lorenzo (ou sont decouverts les corps)  et Santos Vera un jardinier de 31 ans. Lors de leurs interrogatoires les 3 suspects reconnaissent leur participation au crime, Gustavo Lasi par exemple reconnaitra avoir violée les deux françaises mais accusera son cousin Daniel Vilté Lasi d'être le meurtrier . Des tests ADN sont effectuer à partir des cheveux retrouves dans les mains des deux françaises mais aussi des traces de sperme, ces derniers demontreront que Cassandre une des deux françaises a été violée par plusieurs agresseurs et qu'elles ont été tuées par deux armes differentes, Houria par le pistolet de Daniel Vilté Lasi et Cassandre par le fusil de Gustavo Lasi . Lenquête debouchera aussi sur la mise en examen de proches accusés d'avoir dissimules des preuves c'est le cas de Walter Lasi 54 ans pére de Gustavo et oncle de Daniel qui aurais cacher le fusil qui aurait servi à tuer Cassandre. Le 7 Janvier 2014 le procés s'ouvre à Salta malgres les preuves contre les accusés, leurs avocats tentent de montrer que les aveux de leurs clients ont été fait sous la torture, mais ce n'est pas retenu par le juge, la 16 Janvier le Procureur général demande la prison à vie pour les 3 accusés, verdict aujourd'hui normalement.

source : eltribuno.info.

PS : des que le verdict sera connue je le communiquerais bien entendu si mon ordi me le permet.

_________________
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
mais ce que vous vous pouvez faire pour votre pays" John F Kennedy


Revenir en haut
.: Publicité :.


MessagePosté le: Ven Jan 17 2014, 12:32    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
.: Nessie :.
Reine
Reine


Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2008
Messages: 19 909
Localisation: Lyon
Féminin
Point(s): 21 047
Rang: Fondatrice Du Forum
Moyenne de points: 1,06
MessagePosté le: Ven Jan 17 2014, 15:37    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
Bonjour, merci Cédric pour ce topic...il me semble bien que ça deviens plus fréquent ce genre de fait divers, il y a eu encore une autre Française de tuer cette semaine , une étudiante en Autriche.

J'espère qu'ils seront condamner pour leurs crimes odieux.





 
Houria et Cassandre 

_________________

Au Cœur De L'Histoire


Mon autre forum
Passion Napoléon
http://passionnapoleon.xooit.com/index.php


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
.: Cédric42 :.
First Lord
First Lord


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2013
Messages: 7 764
Localisation: St Etienne (42)
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 7 892
Moyenne de points: 1,02
MessagePosté le: Ven Jan 17 2014, 17:15    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
oui j'ai vu pour l'etudiante en Autriche, on en parle beaucoup aux JT de France 3 Rhônes Alpes vue qu'elle etait de Lyon.

Moi aussi j'espere qu'ils auront une longue peine, apperement ils seront comdamner à la perpétuité, reste à savoir ce que signifie perpétuité en Argentine : 20 ans de prison et puis dehors comme en France ou vraiment perpétuité c'est à dire qu'ils sortiront de prison que entre 4 planches ? la et la question .

Merci pour la photo Nessie , elles etaient vraiment tres belles

_________________
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
mais ce que vous vous pouvez faire pour votre pays" John F Kennedy


Revenir en haut
.: Cédric42 :.
First Lord
First Lord


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2013
Messages: 7 764
Localisation: St Etienne (42)
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 7 892
Moyenne de points: 1,02
MessagePosté le: Mar Fév 18 2014, 16:29    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
Argentine: les meurtriers présumés de deux Françaises jugés fin mars
Les meurtriers présumés des Françaises Cassandre Bouvier et Houria Moumni, tuées en 2011 lors d'un séjour touristique dans le nord-est de l'Argentine, seront jugés du 25 mars au 16 mai, a annoncé vendredi le tribunal de Salta.
Cassandre Bouvier, 29 ans, et Houria Moumni, 24 ans, ont été retrouvées mortes le 29 juillet 2011 dans le parc régional de la Quebrada de San Lorenzo, à 12 km de la ville de Salta, deux semaines après leur disparition. Elles étaient entrées dans le parc en fin d'après-midi, peu avant sa fermeture, et c'est l'auberge où elle dormaient qui a donné l'alerte.
Trois hommes d'une vingtaine d'années vivant de petits boulots seront sur le banc des accusés, soupçonnés d'homicide et de viol. Ils risquent une peine de prison à perpétuité.
"Plus de 200 témoins seront entendus pendant le procès de Gustavo Lasi, Daniel Vilte Laxi et Santos Vera, accusés de double homicide, abus sexuel et vol", selon le communiqué diffusé vendredi par le tribunal de la province de Salta.

- Trahi par sa carte SIM -

Deux autres personnes, Omar Ramos et Antonio Sandoval, seront également jugées, accusées par la justice d'avoir dissimulé l'arme du crime.
D'après le dossier d'instruction, l'ADN de Gustavo Lasi a été retrouvé sur le corps d'une des jeunes femmes. Au chômage au moment du crime après avoir travaillé pour la mairie de Salta, M. Lasi a également été trahi par sa carte SIM introduite dans un téléphone portable volé aux Françaises. En outre, il avait été en possession d'un appareil photo appartenant à une des touristes.
Le principal suspect a reconnu avoir croisé Cassandre Bouvier et Houria Moumni dans le parc et d'avoir participé au viol, mais il a rejeté la responsabilité du meurtre sur Daniel Vilte Laxi et Santos Vera. Les Françaises ont été tuées avec le fusil de calibre 22 mm du père de M. Lasi et un pistolet.
Daniel Vilte Laxi et Santos Vera nient catégoriquement tout lien avec l'affaire, mais des déclarations contradictoires ont attiré sur eux la suspicion de la justice.
Une analyse argentine a révélé une trace ADN de Santos Vera sur un des corps mais une seconde analyse effectuée en France le disculpe.
Ce double crime a causé un grand émoi en Argentine et dans la province de Salta, région très prisée des touristes étrangers.
Une stèle dédiée à la liberté des femmes a été érigée sur les lieux du meurtre le 25 novembre à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.
Le père de Cassandre, Jean-Michel Bouvier, milite depuis le drame pour que le "féminicide" soit reconnu par le droit pénal français comme il l'est dans plusieurs pays latino-américains dont l'Argentine

source : Orange.fr

_________________
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
mais ce que vous vous pouvez faire pour votre pays" John F Kennedy


Revenir en haut
.: Cédric42 :.
First Lord
First Lord


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2013
Messages: 7 764
Localisation: St Etienne (42)
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 7 892
Moyenne de points: 1,02
MessagePosté le: Mer Mar 26 2014, 10:07    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
Les trois Argentins accusés du meurtre de deux Françaises en Argentine vont faire face à leurs juges au tribunal de Salta.
 Trois Argentins aux origines modestes sont face à leurs juges au tribunal de Salta, accusés d'avoir battu, violé et abattu Cassandre Bouvier et Houria Moumni, deux Françaises en vacances en 2011 dans le nord-ouest de l'Argentine.

L'un des suspects trahi par son ADN
Lors de la première audience, après la lecture de l'acte d'accusation, les parents de Cassandre et Houria devaient prendre la parole, avant les accusés, face aux trois juges du Tribunal de Salta, une juridiction réputée très sévère en Argentine.
Si le dossier d'accusation est accablant pour Gustavo Lasi, trahi par son ADN retrouvé sur les deux cadavres, les preuves contre les deux autres accusés, Santos Vera et Daniel Vilte, sont plus minces. Pour l'avocat français des familles, Ludovic Beaune, "l'ensemble des familles attend beaucoup des débats et espère que la vérité en surgira".

Une affaire qui a horrifié les Argentins
La prudence de ces propos traduit le doute qui enveloppe cette affaire qui a horrifié les Argentins. Deux ans et demi après les faits, les habitants du crû ne sont pas convaincus que les trois accusés soient les responsables du meurtre.
Certes, les corps des Françaises ont été retrouvés près du belvédère de la Quebrada de San Lorenzo, à 15 km de la ville de Salta, là où elles ont été vues pour la dernière fois le 15 juillet à 16h23 quand elles ont acheté leurs billets d'entrée dans ce parc, où de nombreux touristes viennent marcher dans une forêt dense, où on n'entend que le bruit de la rivière et les chants d'oiseaux.
Gustavo Lasi, 27 ans, avait occasionnellement travaillé comme guide dans le parc, où son père (mis hors de cause, ndlr) était chargé de la dernière ronde avant la fermeture. Santos Vera travaillait comme jardinier à 500 mètres du parc, dans un "country", un quartier privé. Enfin, l'oncle et la grand-mère de Daniel Vilte, maçon de 28 ans, vivent à 1 km de la Quebrada, dans une maisonnette au toit de tôle ondulée.

Doutes et zones d'ombre
A Salta, le procès est dans toutes les discussions. Dans une région où les plus humbles sont habituellement prévenants vis à vis des touristes, à plus forte raison s'ils sont étrangers, le meurtre des jeunes Françaises détonne.

article-quote a écrit:
Ici on tue à coup de pierre, avec une machette, un couteau, pas avec une arme à feuTémoignage anonyme


Pour beaucoup, des innocents sont dans le box des accusés. Certains estiment que le mode opératoire "n'est pas celui de pauvres bougres du coin comme Lasi, Vilte ou Vera. Ici on tue à coup de pierre, avec une machette, un couteau, pas avec une arme à feu", confie un jeune d'une trentaine d'années qui ne veut pas être cité car son opinion va à l'encontre de la version officielle.

Thèse d'un meurtre commis par des notables couverts par la police
Le juge d'instruction Martin Perez a tranché. Le double meurtre a eu lieu non loin du "mirador" du parc naturel, peu après l'entrée des jeunes femmes, et il estime qu'à 19h50, quand Lasi a introduit sa carte SIM dans le téléphone de Houria, les deux Françaises avaient perdu la vie à l'issue d'une violente agression.
La thèse d'un meurtre commis par des notables couverts par la police avait surgi dans la presse en 2011 et continue d'alimenter les conversations, plaçant Lasi, Vilte ou Vera comme des exécutants.
Pour les habitants de Salta, le meurtre des françaises est un affront, une atteinte à leur tradition d'hospitalité. Très appréciée des Européens, la province de Salta continue cependant d'attirer les touristes malgré le drame.

Une stèle à leur mémoire
A la Quebrada de San Lorenzo, une stèle a été érigée à la mémoire de Cassandre et Houria, mais aucune pancarte n'indique le chemin à emprunter.
Avant leur séjour en Argentine, toutes les deux fréquentaient à Paris l'Institut des hautes études sur l'Amérique latine. Cassandre Bouvier comme enseignante-chercheur et Houria Moumni comme étudiante. Elles s'étaient rendues à Buenos Aires pour un colloque de sociologie. Alors que Cassandre retournait en France, Houria s'apprêtait à passer un an d'études en Argentine à l'université de Mar del Plata.
Nicolas Durrieu, avocat argentin des familles Bouvier et Moumni, espère que l'un des accusés craquera, révèlera la réalité des faits, afin de dissiper les doutes et zones d'ombre, avant la fin du procès, prévue le 16 mai, les trois accusés encourent la prison à vie .


source RTL.fr

_________________
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
mais ce que vous vous pouvez faire pour votre pays" John F Kennedy


Revenir en haut
.: Cédric42 :.
First Lord
First Lord


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2013
Messages: 7 764
Localisation: St Etienne (42)
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 7 892
Moyenne de points: 1,02
MessagePosté le: Mer Mar 26 2014, 10:13    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
interview de Jean-Michel Bouvier, le père de Cassandre une des deux victimes :

Dans quel état d'esprit êtes-vous à la veille de ce procès ?




La perte de Cassandre est une épreuve redoutable. Le procès ravive notre douleur, puisque l'on va devoir revenir sur les détails du massacre... Mais je veux connaître la vérité. Je suis dans la logique de Cassandre, une battante éprise de justice. Si on ment sur sa mort, je sens qu'on la tuerait une deuxième fois. 

Que faisait Cassandre dans la région ?


Elle venait d'organiser un colloque de l'Institut des hautes études de l'Amérique latine à Buenos Aires. C'est là qu'elle a sympathisé avec Houria, en échange universitaire, et qu'elles ont décidé de partir quelques jours à Salta. Cassandre avait travaillé dans des pays bien plus dangereux, et elle était très prudente. Mais parfois, on se retrouve dans une impasse... 

Quel regard portez-vous sur les trois accusés ?

L'un d'eux, Gustavo Lasi, est directement mis en cause par la carte SIM introduite dans le téléphone volé d'Houria et des traces génétiques retrouvés sur les corps. Mais l'ADN de Daniel Vilte n'a pas été retrouvé et celui de Santos Vera n'apparait pas dans une contre-expertise. Contre eux, il n'y a que des témoignages, qui sont fragiles comme on le sait. S'il y a un doute, je préfère des coupables en liberté que des innocents en prison. 


Des policiers guardent l'entrée d'un chemin de randonnée à Quebrada de San Lorenzo, dans les environs de Salta, le 30 juillet 2011
afp.com

D'où viennent ces doutes ?

Je veux croire en ce procès mais j'ai épluché le dossier d'instruction et il y a des choses très troublantes : les filles disparaissent le 15 juillet. Leurs corps sont découverts quinze jours plus tard, dans le parc naturel de San Lorenzo. Selon l'autopsie, ils étaient bien conservés. Mais le juge fixe le décès au 15, en s'appuyant sur une enquête entomologiste qui ne respecte en rien les protocoles internationaux. Si la date du décès est fausse, tous les témoignages s'effondrent. Des pistes n'ont pas été explorées par la justice, comme un SMS reçu par Houria. Surtout, la façon dont ont été découvertes l'une des prétendues armes du crime puis les balles deux jours après que la zone ait été passée au peigne fin est rocambolesque ! J'ai l'impression que l'on a voulu aller trop vite, comme pour satisfaire la demande politique. Si je vois qu'on se moque de nous, je le dirai. Haut et fort ! 

Vous manifestez aux côtés d'autres familles de disparus à Salta. Que se passe-t-il dans la région ?
Il y a de nombreuses disparitions de jeunes filles et des meurtres supposés qui restent irrésolus. Me joindre à leur combat est une façon d'essayer de transcender le drame. J'aimerais que la mort de Cassandre, un peu comme l'immolation d'Iphigénie, soit un sacrifice utile, qui aide à lutter contre l'iniquité envers les femmes.  

D'où votre lutte pour la reconnaissance de la notion de féminicide. Où en est-elle ?

En Argentine, comme dans d'autres pays d'Amérique latine, le principe a été reconnu, peut-être car les violences de genre sont plus flagrantes. Mais la discrimination positive contredit le droit français et les revendications de beaucoup de féministes chez nous. Certains crimes barbares qui profitent de la faiblesse physique des femmes devraient faire réfléchir. Mais je sais que c'est un sujet complexe. Et c'est un autre combat. 


source : l'express.fr


http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/les-anges-de-salta-8387833.html


reportage qui laisse perplexe et qui montre bien qu'il y a des zones d'hombre dans cette affaire

_________________
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
mais ce que vous vous pouvez faire pour votre pays" John F Kennedy


Revenir en haut
.: Cédric42 :.
First Lord
First Lord


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2013
Messages: 7 764
Localisation: St Etienne (42)
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 7 892
Moyenne de points: 1,02
MessagePosté le: Lun Avr 7 2014, 15:57    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
PROCÈS DU CRIME D'HOURIA ET CASSANDRE EN ARGENTINE: LE MYSTÈRE DEMEURE

Une cinquantaine de témoins ont défilé à la barre du tribunal de Salta (Argentine) depuis une semaine, sans pour autant apporter d'éléments déterminants sur le crime de Cassandre Bouvier et Houria Moumni, deux Françaises tuées en 2011 en Argentine.

Le scénario de l'instruction laisse perplexe. Des trois Argentins assis dans le box des accusés et risquant la perpétuité pour avoir battu, violé et tué les deux étudiantes parisiennes, seul Gustavo Lasi, guide occasionnel de 27 ans, a été trahi par les tests ADN qui démontrent qu'il a violé les deux étudiantes.
Les deux autres meurtriers présumés, Daniel Vilte et Santos Vera, deux ouvriers, sont jugés sur la base de la mise en cause de Lasi et d'un faisceau de soupçons.
Pour le ministère public, une chose est sûre: l'experte légiste a démontré que les deux Françaises avaient bien été tuées à l'endroit où elles ont été retrouvées le 29 juillet 2011. "La faune cadavérique, souligne le procureur Felix Elias, correspond à la zone du mirador", un des belvédères du Parc de la Quebrada de San Lorenzo, dissipant la thèse selon laquelle elles auraient été enlevées puis tuées.

"Le tribunal donne toute les garanties pour que le procès soit juste", affirme à l'AFP le magistrat.

En revanche, il craint que des coupables ne soient toujours en liberté. "J'ai l'impression que certains ont échappé à l'enquête, pour moi il manque deux acteurs de ce crime. Les accusés protègent-t-ils des parents ou des amis?", se demande le procureur, qui relève que deux d'entre eux ont refusé de parler au premier jour du procès, quand les juges leur ont donné l'occasion de s'exprimer.

- Des "lampistes" sur le banc des accusés -

A Salta, la plupart des habitants pensent que des "lampistes" sont assis sur le banc des accusés et que les deux jeunes femmes auraient en fait été victimes de fils de notables friands de mystérieuses "fêtes VIP" qui seraient couvertes par les autorités locales.
Une foule de policiers ont été entendus au cours des huit premières audiences.

Le tribunal a écouté le rapport troublant du commissaire Nestor Piccolo, qui s'est suicidé fin 2011, selon la version policière. L'enquêteur affirmait que des douilles de calibre 22 avaient été placées a posteriori sur la scène du crime.

Soixante-douze heures après la découverte des corps, un policier a distingué les projectiles au sol alors que les lieux avaient été préalablement passés au peigne fin à l'aide d'un détecteur de métaux, qui a même permis de débusquer une minuscule carte SIM de téléphone portable.

Des policiers, des employés travaillant à l'époque des faits dans le parc de la Quebrada de San Lorenzo et des parents des accusés ont livré des témoignages érodés par le temps, parfois décousus ou farfelus, généralement incapables de faire avancer les débats.

Le propriétaire du country Buena Vista, quartier privé et sécurisé voisin du parc, a été mis en cause par l'oncle de Gustavo Lasi.

"Il n'y a pas d'élément nouveau. Beaucoup de témoins n'avaient rien à faire dans le prétoire, leurs témoignages n'ont pas modifié le cours des débats", considère Horacio Moralès, avocat du principal accusé Gustavo Lasi.

Au cours des prochaines semaines, les juges devront démêler plusieurs énigmes. Des études ADN réalisées en France ont par exemple déterminé l'existence de trois autres empreintes génétiques -deux de femmes, une d'homme- sur les corps de Houria et Cassandre.

Le tribunal espère notamment pouvoir entendre Rosa Maria Gomez Millet, la gérante espagnole de l'Hostal del Cerro, l'auberge où séjournaient les deux étudiantes, en vacances en Argentine après un congrès de sociologie à Buenos Aires. Mme Gomez, qui a quitté Salta peu après le crime, n'a pas donné l'alerte alors que les affaires des deux Françaises étaient restées dans leur chambre.

D'après le registre de la billetterie du parc, elles avaient pénétré le 15 juillet à 16h23 sur les sentiers de la Quebrada de San Lorenzo.
Sur le bon état de conservation des corps, étonnant après quinze jours à l'air libre, la légiste a estimé que c'était possible en raison des basses températures de l'hiver austral.
Pour les parents des deux jeunes femmes, qui assistent au procès à Salta, le procès marathon est douloureux.
Ils devront tenir jusqu'au 16 mai, date du verdict.

source :  AFP

_________________
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
mais ce que vous vous pouvez faire pour votre pays" John F Kennedy


Revenir en haut
.: Cédric42 :.
First Lord
First Lord


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2013
Messages: 7 764
Localisation: St Etienne (42)
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 7 892
Moyenne de points: 1,02
MessagePosté le: Mer Avr 23 2014, 15:10    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
Françaises tuées en Argentine : les familles dénoncent une parodie de justice


Le procès des meurtriers présumés  de ces deux jeunes femmes violées et tuées en Argentine en 2011 se tient depuis près d'un mois. Les familles estiment que la justice prend parti en faveur des trois suspects.


«Une autoroute vers la relaxe ou vers l'acquittement.» Les familles de Cassandre Bouvier et Houria Moummi, les deux Françaises violées et tuées en juillet 2011, alors qu'elles effectuaient une randonnée dans un site touristique argentin, sont désespérées. Elles ont perdu confiance en la justice argentine, indique ce lundi leur avocat dans Le Parisien(édition papier).
Le procès des tueurs présumés de leurs filles a commencé il y a quatre semaines, à Salta, une juridiction pourtant réputée comme extrêmement sévère. Depuis l'ouverture des débats, le tribunal refuse de statuer sur l'intégration des expertises scientifiques françaises. Ces expertises balistiques, toxicologiques et ADN sont différentes de celles produites pas les enquêteurs argentins. Ainsi, selon une expertise française, des traces de l'épiderme de Santos Vera, un des accusés, ont été retrouvées sur le corps d'une des victimes. Mais pas selon l'expertise argentine. Pour les parties civiles, le tribunal cherche à écarter ces éléments d'informations supplémentaires pour protéger les suspects.
 
 

 
Une nouvelle zone d'ombre dans une affaire peu claire
Depuis la mort des deux Françaises, de nombreuses interrogations sur la conduite de l'enquête ont été soulevées par leurs proches. Le père de Cassandre s'était ainsi demandé si l'instruction n'avait pas été bâclée. Il s'est notamment interrogé sur la date et le lieu du décès: l'instruction a retenu le 15 juillet, jour d'entrée des filles dans le parc. Alors que les corps retrouvés en pleine nature, quinze jours plus tard, étaient très peu décomposés selon l'autopsie, ce qui laisse penser qu'elles auraient été tuées plus tard ou ailleurs. S'ajoute le suicide d'un commissaire en charge de l'enquête, la découverte miraculeuse d'une supposée arme du crime et de balles deux jours après que la zone eut été passée au peigne fin.
À Salta, le procès est également dans toutes les discussions. Dans une région où les plus humbles sont habituellement prévenants vis-à-vis des touristes, à plus forte raison s'ils sont étrangers, le meurtre des jeunes Françaises étonne. Certains estiment que le mode opératoire «n'est pas celui de pauvres bougres du coin comme Lasi, Vilte ou Vera. Ici, on tue à coups de pierre, avec une machette, un couteau, pas avec une arme à feu», confiait une habitante à l'Agence France Presse. Gustavo Lasi, le principal suspect qui est, lui, passé aux aveux et a reconnu avoir violée les deux jeunes femmes , a peu de chance d'être acquitté, mais les deux autres bénéficient en outre du soutien de la population locale. La thèse d'un meurtre commis par des notables couverts par la police avait surgi dans la presse en 2011 et continue d'alimenter les conversations, faisant des trois suspects de simples exécutants. Le verdict est attendu le 16 mai.


source : le Figaro.

_________________
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
mais ce que vous vous pouvez faire pour votre pays" John F Kennedy


Revenir en haut
.: Cédric42 :.
First Lord
First Lord


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2013
Messages: 7 764
Localisation: St Etienne (42)
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 7 892
Moyenne de points: 1,02
MessagePosté le: Lun Avr 28 2014, 09:30    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
Cassandre et Houria : la justice argentine accepte les expertises françaises 

La justice argentine a accepté d'incorporer les expertises françaises dans l'affaire du meurtre de Cassandre, tuée avec son amie Houria en 2011 en Argentine.
(lanacion.com.)


  




Les familles d'Houria et Cassandre, les deux jeunes Françaises violées et tuées en juillet 2011, alors qu'elles effectuaient une randonnée dans un sitetouristique argentin, sont soulagées. Lors de la journée d’audience de jeudi, le Tribunal de Salta, en Argentine, où se déroule le procès des trois principaux suspects, a finalement décidé d’incorporer les expertises françaises à la procédure après plus de 5 semaines d’hésitations.




 Un intense travail des services consulaires français qui ont relancé les autorités locales et leurs correspondants magistrats argentins a permis de faire infléchir la cour. L'implication du juge d’instruction français Cyril Paquaux auprès de la justice argentine a également contribué à ce dénouement.

Depuis cinq semaines, le tribunal juge les trois suspects de ce crime. Mais après quatre semaines de débats, ouverts le 25 mars dernier, la justice argentine n'avait toujours pas statué sur l'intégration des expertises scientifiques françaises (autopsie, expertise balistique, toxicologique et ADN) et l'audition des experts hexagonaux par visioconférence. Pour les parties civiles, cet «oubli» de l'instruction française accentuait l'angoisse d'un verdict favorable aux trois hommes dans le box.

La date de la visio-conférence pour les experts français pas encore fixée

Me Ludovic Beaune, avocat des parties civiles, précise : «Il reste à fixer la date d’audition de ces experts par visioconférence. Depuis jeudi minuit, le juge français me dit être assailli de courriels à ce sujet après un mois de silence. Les clients qui se sont exprimés auprès de moi se disent satisfaits, voire soulagés d’une tension ou d’une méfiance ressentie jusque-là.»

Dans ce nouveau contexte, les services judiciaires français viennent d'informer le Tribunal de Salta - via l'ambassade qui a traduit l’information - que les experts français sont convoqués le 12 mai 2014 à 14 heures, heure française (9 heures en Argentine) et qu’une salle de visioconférence du TGI de Paris est réservée. 

Dans cette affaire, l'application effective de la convention franco-argentine d’entraide judiciaire en matière pénale de 1998 avait été plaidée par Me Ludovic Beaune auprès des services du consul général de France et du Bureau d’entraide pénale internationale (BEPI) du ministère français de la Justice.



source : LeParisien.fr 

_________________
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
mais ce que vous vous pouvez faire pour votre pays" John F Kennedy


Revenir en haut
.: Cédric42 :.
First Lord
First Lord


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2013
Messages: 7 764
Localisation: St Etienne (42)
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 7 892
Moyenne de points: 1,02
MessagePosté le: Mer Mai 7 2014, 10:29    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
Françaises tuées en Argentine: une évidence et des doutes au procès


Buenos Aires - Le procès des meurtriers présumés de deux touristes française tuées en Argentine en 2011 n'a pas encore permis d'élucider le drame: la culpabilité d'un des accusés sonne comme une évidence, mais les preuves manquent contre les deux autres.


A deux semaines de la fin des débats, annoncée pour le 16 mai, la seule certitude, c'est que Houria Moumni et Cassandre Bouvier, deux étudiantes en sociologie de 24 et 29 ans, ont été battues, violées et assassinées dans le parc naturel de la Quebrada de San Lorenzo, près de la ville de Salta, et que leurs corps ont été découverts par des promeneurs le 29 juillet, voici presque trois ans. 


L'évidence, c'est que Gustavo Lasi, un guide de tourisme occasionnel de 27 ans, les a violées, les tests ADN sont formels, et il a reconnu lors de l'instruction avoir violée les deux jeunes femmes. Il sera sans aucun doute durement condamné par le tribunal de Salta, réputé pour sa sévérité. Jusqu'ici, il s'est refusé à toute déclaration, c'est son droit. 


Les deux autres accusés, Santos Vera et Daniel Vilte, un jardinier et un maçon vivant au jour le jour, accusés comme Lasi de viols et meurtres et risquant aussi la prison à perpétuité, clament leur innocence. Lasi admet qu'il se trouvait le 15 juillet 2011 (le jour de leur disparition) sur le lieu présumé du crime, un belvédère, là-même où les cadavres des deux jeunes femmes ont été retrouvés. 


"Il n'y a pas de preuves contre Vilte et Vera, les seules preuves qui existent sont contre Gustavo Lasi. J'espère que le tribunal évitera une erreur judiciaire", confie Jean-Michel Bouvier, père de Cassandre, qui mène depuis juillet 2011 un combat pour la vérité. 


"On est loin de la vérité, regrette-t-il. Pour moi, il y a des personnes en liberté qui sont coupables. Un seul homme pour tuer deux jeunes femmes, avec deux armes, c'est impossible. L'enquête n'a été faite qu'à charge contre les trois inculpés, elle n'a pas cherché la vérité, elle a cherché des coupables à tout prix". 

- Lasi, l'espoir - 

Fait marquant du procès, la mère de Cassandre Bouvier, Hélène Kottak, a passé plusieurs journées d'audience, debout, à défier du regard les accusés, avant d'être sommée de s'asseoir par les juges du tribunal. 


Le procès, qui a débuté le 25 mars, se déroule dans une atmosphère tendue. La semaine dernière, quand M. Bouvier a tendu un mouchoir à un témoin en larmes, il a été intercepté par un policier croyant qu'il lui faisait passer un message. Il reste une cinquantaine de témoins à entendre et un dernier espoir de percer le mystère subsiste, le procureur Felix Elias s'y cramponne. 


"Je crois, j'espère que Lasi va parler, il détient la clé. Ce procès aura une fin, mais s'il apporte des éléments nouveaux, on peut reprendre l'enquête", dit le procureur.  


"Nous on fait un procès avec le dossier d'instruction qu'on nous transmet", poursuit le procureur, mettant indirectement en cause le travail du juge d'instruction, Martin Perez, très critiqué. 


Le dossier d'instruction laisse apparaître des contradictions et des vices de procédure. Les policiers argentins généralement peu efficaces en terme de résolution d'affaires criminelles ont mis sous les verrous les trois accusés en moins d'un mois. 


Alors qu'aucun témoin appelé à la barre n'a vu les trois accusés ensemble, le juge Perez soutient que le trio a commis le crime. 


Dans l'esprit des habitants de Salta, reprenant une rumeur qui avait surgi pendant l'enquête, les deux Françaises ont participé à "une fête VIP" qui s'est mal terminée. 


La semaine prochaine, la gérante espagnole de l'auberge où séjournait les Françaises, qui n'avait pas signalé leur disparition alors qu'elles avaient laissé leurs affaires dans leur chambre, doit apporter un témoignage très attendu. Le 12 mai, des spécialistes ayant procédé à des contre-expertises génétique et légale témoigneront en vidéo-conférence depuis le TGI de Paris. Ils seront notamment interrogés sur la date de la mort. 


Initialement attendu le 16 mai, le verdict pourrait être finalement prononcé durant la deuxième quinzaine de mai. 


source : 

_________________
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
mais ce que vous vous pouvez faire pour votre pays" John F Kennedy


Revenir en haut
.: Cédric42 :.
First Lord
First Lord


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2013
Messages: 7 764
Localisation: St Etienne (42)
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 7 892
Moyenne de points: 1,02
MessagePosté le: Mar Mai 20 2014, 15:56    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
Françaises tuées en Argentine : verdict du procès le 26 mai
Par La rédaction numérique de RTL , Avec AFP | Publié le 20/05/2014 à 03h24
justice - international

Près du belvédère de la Quebrada de San Lorenzo en Argentine où deux Françaises ont été retrouvées mortes en 2011
Crédit : STR / AFP

Le verdict du procès des meurtriers présumés des deux touristes françaises retrouvées mortes en Argentine en 2011 sera rendu le 26 mai.
Le tribunal qui juge les meurtriers présumés de deux Françaises tuées en 2011 pendant leurs vacances dans le nord-ouest de l'Argentine rendra son verdict le 26 mai, a-t-on appris ce lundi auprès du tribunal de Salta.
Un verdict très attendu
"Le réquisitoire et les plaidoiries de la partie civile et de la défense débutent jeudi, mais on n'aura pas le verdict cette semaine, il faudra attendre lundi", a déclaré à l'AFP un porte-parole du tribunal. Ce procès fleuve avait débuté le 25 mars. Les autorités judiciaires avaient dans un premier temps évoqué la date du 16 mai pour le verdict, avant d'évoquer ensuite le 23 mai.

Trois hommes d'origines modestes sont accusés d'avoir battu, violé et tué Houria Moumni et Cassandre Bouvier, deux étudiantes parisiennes retrouvées mortes le 29 juillet 2011 dans un parc naturel, la Quebrada de San Lorenzo, près de la ville de Salta. Ils encourent une peine de prison à perpétuité.

Contre Gustavo Lasi, guide occasionnel de 27 ans, pèsent de lourdes preuves.Des tests ADN prouvent qu'il a violé les deux étudiantes. Il nie les meurtres, accusant indirectement ses co-accusés. En revanche, la culpabilité de Daniel Vilte et Santos Vera, deux ouvriers, n'a pas été établie durant le procès.


source : RTL.fr

_________________
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
mais ce que vous vous pouvez faire pour votre pays" John F Kennedy


Revenir en haut
.: Cédric42 :.
First Lord
First Lord


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2013
Messages: 7 764
Localisation: St Etienne (42)
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 7 892
Moyenne de points: 1,02
MessagePosté le: Lun Juin 2 2014, 09:03    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
Françaises tuées en Argentine : le verdict après un procès marathon
Par La rédaction numérique de RTL , Avec AFP | Publié le 02/06/2014 à 04h47
justice - international

Gustavo Lasi (centre) est le principal suspect du meurtre des deux Françaises en Argentine en 2011.
Crédit : NESTOR TRONCOSO / AFP

Le verdict du procès des trois accusés du meurtre des Françaises tuées en Argentine en 2011 est attendu ce lundi.
Les familles de Cassandre Bouvier et Houria Moumni, tuées en Argentine en 2011, attendaient ce lundi le verdict du tribunal de Salta, qui juge trois Argentins accusés d'avoir frappé, violé et tué les deux Françaises.

Les trois accusés, en détention préventive depuis près de trois ans, risquent la réclusion criminelle à perpétuité. Gustavo Lasi, 27 ans, qui travaillait occasionnellement dans le parc où elles ont été retrouvées mortes, devrait être condamné à la peine maximale, sauf coup de théâtre invraisemblable. Son empreinte ADN a été retrouvée sur le corps des deux jeunes femmes. A l'audience, il a reconnu un seul des deux viols et nie les meurtres, sans convaincre.




Pas d'aveux
Ses complices présumés, deux travailleurs journaliers des environs du parc de la Quebrada de San Lorenzo, le lieu du crime, réfutent en bloc toutes les accusations et affirment être étrangers à cette affaire qui a ému l'Argentine, où les crimes contre les femmes tombent le plus souvent dans l'impunité.

Que s'est-il passé le 15 juillet 2011 sur les sentiers de la Quebrada de San Lorenzo? Faute d'aveux des accusés, faute de témoin de la scène qui auraient permis de faire toute la lumière, le scénario de l'accusation a pris corps au fil d'un long procès, qui a débuté le 25 mars.

Après un colloque de sociologie à Buenos Aires sur les influences des cultures arabo-musulmanes en Amérique latine, les deux étudiantes parisiennes avaient décidé au pied levé d'aller passer quelques jours dans la province de Salta, dans le nord-est de l'Argentine.


Doutes


Houria Moumni, 24 ans, et Cassandre Bouvier, 29 ans ont été vues vivantes pour la dernière fois le 15 juillet à 16h23, d'après le registre du parc, l'heure à laquelle le parc commence habituellement à se vider. Deux semaines plus tard, le 29 juillet 2011, un promeneur découvrira par hasard en s'écartant d'un sentier les corps outragés des Françaises, partiellement dévêtus, à proximité d'un des belvédères de la Quebrada de San Lorenzo.

Gustavo Lasi a affirmé qu'il allait "tirer des pigeons" avec le fusil de son père dans le parc quand il est tombé par hasard sur Daniel Vilte et Santos Vera. Les trois hommes se connaissent depuis toujours. Le tandem Vilte-Vera aurait invité Lasi à les suivre, avant de trouver sur leur chemin les deux Françaises, selon la description de Lasi, le seul témoignage existant.

Là, Santos Vera, un jardinier de 34 ans, et Daniel Vilte, un maçon de 28 ans, leur auraient dérobé leurs sacs, appareil-photo et téléphones portables en les menaçant d'un revolver, avant de les violenter, puis de les violer, toujours selon Lasi, qui dit s'être éloigné après le viol, ne pas savoir ce qui s'est passé ensuite, ni entendu de coup de feu.


Partie civile divisée


La plupart des parties civiles ont demandé aux trois juges du tribunal de condamner les trois accusés à la perpétuité, c'est leur intime conviction, forgée à Salta où ils ont suivi les audiences du procès, et vu défiler près de 200 témoins.

Le procureur Felix Elias a réclamé la perpétuité contre Gustavo Lasi et Santos Vera, mais pas contre Daniel Vilte, dont il a demandé la remise en liberté. L'avocat de Jean-Michel Bouvier, père de Cassandre, a demandé l'acquitement de Vera et Vilte. Pour lui, il n'y a pas de preuves pour les condamner. Depuis le début du procès, il dit qu'il préfère savoir que des coupables sont en liberté que de condamner des innocents.


Multiples déclarations contradictoires




Les parents, frère ou soeur de Houria et Cassandre, ont encaissé tout au long du procès les descriptions macabres, se sont agacés du mutisme des accusés, ont été stupéfaits par la célérité de l'enquête. Dans un pays où le taux d'élucidation des crimes est très faible, l'enquête a abouti sous la pression du pouvoir politique.

Les accusés feront probablement appel en cas de lourde condamnation. Il y aura dans ce cas une révision du volumineux dossier, mais pas de deuxième procès.

Vilte vendait un revolver trois jours après le crime, ce qui a mis la puce à l'oreille des enquêteurs. Vera a été mis en cause par un test ADN avant que la contre-expertise s'avère négative. Leurs multiples déclarations contradictoires éveillent le doute.


source : RTL.fr

_________________
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
mais ce que vous vous pouvez faire pour votre pays" John F Kennedy


Revenir en haut
.: Cédric42 :.
First Lord
First Lord


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2013
Messages: 7 764
Localisation: St Etienne (42)
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 7 892
Moyenne de points: 1,02
MessagePosté le: Mar Juin 3 2014, 08:41    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
Françaises tuées en Argentine: un homme condamné, ses co-accusés cquittés




 Le procès des meurtriers de Houria Moumni et Cassandre Bouvier, deux Françaises tuées en Argentine en 2011 a offert un dénouement inattendu: Gustavo Lasi a été reconnu coupable du double crime alors que ses co-accusés ont été acquittés.
Les juges ont estimé que Gustavo Lasi, 27 ans, sur qui pesaient le plus de preuves, a violé et tué les deux jeunes femmes, et l'ont condamné à la  réclusion criminelle à perpétuité .


En revanche, ils ont estimé qu'il n'y avait pas de preuves suffisantes pour maintenir en prison Santos Vera, un jardinier de 34 ans, et Daniel Vilte, un maçon de 28 ans, qui sont sortis libres du palais de justice après 3 ans de prison préventive.


Après 10 semaines de procès, le verdict a surpris, car les trois accusés encouraient la réclusion criminelle à perpétuité et le tribunal de Salta est réputé pour sa sévérité.
"Le verdict me parait juste. Cette sentence correspond à mon analyse sur les preuves. On n'a peut-être pas la vérité, mais on n'a pas fait d'erreur judiciaire", a réagi après la lecture du jugement Jean-Michel Bouvier, le père de Cassandre, au bord des larmes. "Le doute doit profiter à l'accusé", a-t-il toujours pensé.
Gustavo Lasi, 27 ans, qui travaillait occasionnellement en tant que guide dans le parc de la Quebrada de San Lorenzo où les jeunes femmes ont été retrouvées mortes, a reconnu un seul des deux viols, en fin de procès, même si son empreinte ADN a été relevée sur les deux cadavres.


Il a catégoriquement nié les meurtres alors qu'il s'est rendu dans le parc en possession d'une des armes du crime, un fusil avec lequel il allait chasser des pigeons et met en cause les deux autres accusés.



L'après-midi du 15 juillet 2011, il dit avoir suivi Daniel Vilte et Santos Vera, deux travailleurs journaliers qu'il connait depuis l'enfance, qui se sont approchés des deux Françaises pour leur voler appareil photo et téléphone portable. Après avoir violé l'une d'elles, il a affirmé la semaine dernière avoir quitté le belvédère du parc, laissant Vilte et Vera avec les touristes encore en vie. Il n'a rien vu, rien entendu, rien su sur leur sort, selon un récit qui a insupporté les familles des victimes.
Vera comme Vilte ont répété lundi matin qu'ils étaient étrangers au crime et qu'ils se demandaient pourquoi ils étaient assis sur le banc des accusés.

- Les Larmes de Bouvier -

Faute d'aveux des accusés, faute de témoin capable de fournir des éléments-clés, le procès n'a pas permis de faire toute la lumière sur les crimes.

Houria Moumni, 24 ans, et Cassandre Bouvier, 29 ans, ont été retrouvées mortes non loin d'un sentier de promenade de la Quebrada de San Lorenzo, le 29 juillet 2011, deux semaines après leur disparition. Elles ont été vues pour la dernière fois le 15 juillet en fin d'après-midi à l'entrée de la Quebrada, à l'heure où les promeneurs quittent habituellement le parc.


L'étude balistique suggère que Cassandre Bouvier a été abattue d'une balle dans la tête alors qu'elle était à genoux. Houria a été atteinte d'une balle dans le dos.
La plupart des parties civiles avaient demandé aux trois juges du tribunal de condamner les trois accusés à la perpétuité. En revanche, Jean-Michel Bouvier a demandé 


l'acquittement de Vera et de Vilte.


Les parents Moumni, la mère, le frère et la soeur de Cassandre ayant dû regagner Paris pour des raisons professionnelles, M. Bouvier était le seul parent des victimes présent à Salta pour le verdict. Il a laissé échapper quelques larmes quand Gustavo Lasi s'est adressé à lui avant les délibérations.
En regardant le sexagénaire, cheveux et barbe blanche, assis, il a pour la première fois exprimé des regrets. "Je veux m'adresser aux familles des filles. Je suis désolé de ce qui s'est passé. (M. Bouvier) se demande s'il y a d'autres personnes impliquées, ce n'est pas le cas. Il y a trois personnes dans cette histoire et les trois sont ici", a-t-il insisté.


Gustavo Lasi "est quelqu'un de froid, sans doute intelligent, calculateur, je pense comme les experts que c'est un psychopathe", a lâché Jean-Michel Bouvier, qui arbore sous sa veste un T-shirt avec la photo de Cassandre en médaillon au-dessus de l'inscription "Familles contre l'impunité", en solidarité avec un mouvement de Salta, excédé par les meurtres non élucidés, notamment de jeunes femmes.


L'avocat de Gustavo Lasi s'insurge du jugement. "Lasi a payé pour les autres. C'est incohérent de ne pas condamner les deux autres. Lasi n'a pas pu violer et tuer deux femmes à la fois. La justice n'a pas été rendue", dénonce-t-il.


source : AFP

_________________
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
mais ce que vous vous pouvez faire pour votre pays" John F Kennedy


Revenir en haut
.: Salut :.
Invité


Hors ligne

MessagePosté le: Ven Juil 4 2014, 00:59    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
C'est ridicule, un homme seul ne peut pas violer deux filles... ils étaient 3... la justice n'a pas été rendue... de toute façon la justice aurait été qu'on les pende haut et court et puis c'est tout... 

Revenir en haut
.: Cédric42 :.
First Lord
First Lord


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2013
Messages: 7 764
Localisation: St Etienne (42)
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 7 892
Moyenne de points: 1,02
MessagePosté le: Sam Fév 20 2016, 09:37    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011 Répondre en citant
Françaises tuées en Argentine : deux accusés condamnés à perpétuité en appel :

03 Févr. 2016, 22h04 | MAJ : 03 Févr. 2016, 22h03



Les deux jeunes Françaises avaient été violées et tuées dans un parc naturel argentin. (Capture écran.)


Une cour d'appel argentine a condamné mercredi 3 Février à la prison à vie deux des trois accusés du meurtre de deux Françaises en 2011, alourdissant le verdict de première instance où seul un des trois avait été reconnu coupable.


 Pour les trois juges du tribunal d'appel de la province de Salta (nord-ouest), Gustavo Lasi, 29 ans, guide occasionnel dans le parc de la Quebrada de San Lorenzo où les jeunes femmes ont été retrouvées mortes, et Santos Vera, un jardinier de 36 ans, ont violé et tué les deux jeunes femmes.

Lors du premier procès en juin 2014, Lasi avait été condamné à 30 ans de réclusion criminelle, ses deux co accusés acquités. En revanche, la cour d'appel a maintenu l'acquittement du troisième accusé, Daniel Vilte, un maçon de 28 ans, faute de preuves.

Un mandat d'arrêt a été émis contre Santos Vera. Les trois accusés avaient fait trois ans de prison préventive avant le procès, à l'issue duquel Vera et Vilte avaient été remis en liberté. Selon la loi en vigueur en Argentine, Lasi et Vera ne ressortiront jamais de prison, l'Argentine faisant partie des pays ou la perpétuité réelle et incompressible est possible pour les crimes les plus graves.

Retrouvées près d'un sentier de randonnée

Cassandre Bouvier, 29 ans, et Houria Moumni, 24 ans, deux étudiantes en sociologie, sont mortes en juillet 2011 lors d'un séjour dans la région de Salta où elles s'étaient rendues après avoir participé à un colloque à Buenos Aires. Leurs corps ont été retrouvés non loin d'un sentier de promenade de la Quebrada de San Lorenzo, le 29 juillet 2011, deux semaines après leur disparition. Elles ont été vues pour la dernière fois le 15 juillet en fin d'après-midi à l'entrée de la Quebrada de San Lorenzo, à l'heure où les promeneurs quittent habituellement le parc. L'étude balistique suggère que Cassandre Bouvier a été abattue d'une balle dans la tête alors qu'elle était à genoux. En revanche, Houria a été atteinte d'une balle dans le dos.


source AFP.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je suis plutôt satisfait de ce verdict en appel, il est beaucoup, beaucoup mieux que celui de première instance ou un seul des 3 accusés avait été comdamné et où on avaient voulus nous faire croire qu'un seul homme avait réussi à violé et tué deux jeunes femmes ce qui est tout a fait impossible surtout qu'il est prouvé par les tests génétiques que Cassandre une des deux victimes avait été violé par au moins deux hommes. Sinon pour la peine c'est vraiment une peine exemplaire : ces deux pourris ne pourront plus jamais faire de mal à personnes vue que comme le dit l'article la perpétuité réelle et incompressible est possible pour les crimes les plus graves (pour ceux qui en doutent regarder sur Wikipédia) . Ce qui est le cas pour cette affaire car c'est un féminicide ce qui équivaut à un crime contre l'humanité.

_________________
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
mais ce que vous vous pouvez faire pour votre pays" John F Kennedy


Revenir en haut
.: Contenu Sponsorisé :.


MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:08    Sujet du message: meurtre de deux françaises en Argentine en 2011
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au coeur de l'Histoire Index du Forum » Autres histoires » Histoires Sad Et Célèbres » Evènements Tragiques et Historiques » Faits Divers d'Aujourd'hui Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by Taloche Town © 2001, 2017 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com