Au coeur de l'Histoire Index du Forum
Au coeur de l'Histoire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

L'OVNI de Colares (1977)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au coeur de l'Histoire Index du Forum -> Autres histoires -> Histoires Mystérieuses -> Faits Etranges et Inexplicables -> Ufologie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cédric42
First Lord
First Lord

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2013
Messages: 7 764
Localisation: St Etienne (42)
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 7 892
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: Lun Mai 12 2014, 09:29    Sujet du message: L'OVNI de Colares (1977) Répondre en citant

Pas moins de 35 habitants de l'île sont blessés par des rayons dirigés sur eux par les objets. L'armée intervient, filme, photographie, interroge, la presse est là. Finalement, devant la menace, tous les habitants évacuent l'île.

En 1977 l'île brésilienne de Colares est visitée par des objets volants inconnus pendant des mois. On voit tous les jours toutes sortes d'engins de toutes tailles et toutes formes, arrivant par le Nord, depuis le ciel voire sortant des eaux. 35 habitants de l'île sont blessés par des rayons dirigés sur eux par les objets. L'armée intervient, filme, photographie, interroge, la presse est là. Finalement, devant la menace, tous les habitants évacuent l'île. Vous n'en avez jamais entendu parler? Et bien lisez ce dossier, tout simplement.

La source de ce dossier est Ufologie.net vous trouverez d'autres informations sur le forum. Cette affaire montre que les ovnis laissent des indices physiques .



Les évènements

Les événements se sont principalement concentrés sur la ville de Colares, environ 2000 habitants, sur l'île du même nom, qui se trouve dans l'Etat du Pará, dans le delta du fleuve Amazone sur la côte Nord-Est du Brésil. Mais la région entière a été visitée par le même phénomène.
 
En Août 1977 sur l'île de Colares, une phénomène étrange à commencé à se produire, que autochtones nommaient Chupa-chupa. Des objets lumineux étranges sont apparus au-dessus des quelques villes de la région. Ces objets projetaient souvent de minces rayons, apparemment de lumière, dirigés vers les gens. Les personnes touchées s'évanouissaient et se sont réveillaient avec une anémie étrange. Elles témoignent qu'elles se sentaient comme si une partie de leur sang a été prélevée par les rayons étranges.
  
Par exemple, le pêcheur Manoel João de Oliveira Filho, âgé de 44 ans, marié et résidant au 64 de la rue Carneiro de Mendonça, flânait vers la plage tôt pendant un matin avec quelques compagnons, avant de passer une journé de pêche en mer. Avant qu'ils aient rejoint leurs bateaux, ils ont vu - au-dessus de la plage de Rio Novo - un objet formé "comme un parapluie" stationnaire à environ 4m du sol. De sa partie la plus basse, une lumière blanche vive était émise. Aucun bruit n'était audible depuis l'endroit où ils se tenaient. L'objet s'est alors écarté toujours en silence vers Machadinho, éteignant sa lumière quand il commença à s'éloigner.

Un charpentier du nom de João Dias Costa âgé de 44 ans et un pêcheur nommé João Da Cruz Silva de 54 ans, tous les deux de la ville de Colares, virent des "sphères lumineuses" et ont été très effrayés car celles ci étaient près de balayer leurs embarcations.

Un autre homme de la ville de Colares, Zarcarias Dos Santos Barata, 74ans, a vu des boules incandescantes pendant deux nuits. La première fois, l'objet est venu de la direction du comté de Marajó, et a rapidement disparu vers l'intérieur de l'île de Colares. La deuxième nuit une autre boule, de couleurs bleues, a volé au-dessus du terrain de football local. "Elle a éclairé tous les arbres autour du terrain et puis a filée vers le centre de la ville," a indiqué le Sr Zacarias.

Le Senor Sebastião Vernek Miranda a décrit son expérience comme suit:

 "J'étais là avec mon épouse, Palmira, devant l'église sur le front de mer, quand vers environ 20:00, nous ont vu une lumière intense, orangée, arriver de la mer vers la ville. Pendant qu'elle s'approchait, elle s'est élevée, et puis, se déplaçant rapidement, a disparu vers la partie intérieure de l'île."

Le coiffeur Carlos Cardoso de Paula, âgé de 49 ans, vivant au numéro 231 de la Travessa Deodora Da Fonseca, a eu une rencontre plus encore plus rapprochée avec des "lumières", comme il le rapporte lui-même:

"Tout le monde était à part moi était endormi. J'étais en train de funer une dernière cigarette quand soudain une boule de feu est entrée dans notre maison vers le haut près du pignon. Elle a commencé à tourner en rond dans la salle et puis est finalement venue très près de mon hamac. Elle est remontée le haut de ma jambe droite jusqu'à mon genou (sans toucher ma peau). J'ai observé avec beaucoup de curiosité pendant qu'elle se déplaçait vers mon autre jambe. Alors j'ai commencé à me sentir faible et somnolent. Ma cigarette est tombée de ma main et je suis sorti en criant. L'aérolithe a rapidement disparu et tout le monde s'est réveillé. Je pense qu'elle avait recherché une veine dans mon corps mais n'est pas parvenu à le faire. Pendant que son éclat croissait j'ai senti une sorte de chaleur venir d'elle."

OVNI à Colares, vu de près.

L'ouvrier Raimundo Costa Leite, très bien connu dans la ville de Colares pour sa compétence dans les réparations des filets de pêche, décrit sa propre expérience:





"A environ 4,00 en matin tôt, je suis allé pêcher avec mon amo "Baixinho" (Orivaldo Malaquias Pinheiro) au large de la plage de Cajueiro. Je me rappelle que "Baixinho" a crié "regarde! Il est là" et a pris à ses jambes à son cou, me laissant seul sur la plage. L'engin était de la taille et de la forme d'un hélicoptère, ne faisait aucun bruit, et volait très haut. J'aurais pu tirer jusqu'à lui si j'avais eu un pistolet avec moi. J'ai été terrifié quand la machine a émit une sorte de rayon lumineux vers le bas sur la plage. Cette lumière balayait le sol, illuminant tout! C'était une lumière bleuâtre (une sorte de "lumière froide"). C'était asset facile pour moi de le voir parce que l'engin avait plusieurs petites lumières rougeâtres sous sa cloison avant. L'engin semblait chercher quelque chose au sol. J'avais peur qu'il puisse me toucher et, en dépit de mon état physique faible je suis parvenu à courir sur une grande distance, et alors "Baixinho" m'a retrouvé et m'a aidé. L'objet était venu de la direction de la mer et il se dirigeait au loin dans la partie intérieure de l'île."

En fait, tellement de gens ont rapportés avoir été attaqué par des faisceaux de lumière sortis de petits moyens ou grands OVNIS dans ce secteur que seulement quelques un sont mentionnés ici.




OVNI à Mosqueiro, au Sud de Colares.

Le 20 octobre, trois femmes ont été frappées sur leur poitrine par les faisceaux de lumière: "chacune des trois a été atteinte d'une tension nerveuse énorme et d'une sorte inconnue de lassitude" comme si elles recevaient des décharges électriques constantes" écrivit un journal.

Dans la soirée du 29 octobre, Benedito Campos et son épouse de dix-sept ans Silvia Mara étaient à leur domicile quand "ils ont repèré un objet ovale et argenté émettant un faisceau verdâtre comme un phare, vers la salle où ils se trouvaient. Très étonnés, ils se sont rapproché d'une petite fenêtre et, au moment ou ils faisaient cela, un rayon se projeta à travers la fenêtre et atteignit directement Silvia, la jetant dans une sorte d'état de transe." Silvia, qui était alors enceinte, s'est évanouie, sur quoi deux entités sont apparemment entrées dans la maison portant quelque chose ressemblant à une torche dorée et "le faisceau a de nouveau frappé Silvia, cette fois dans le bras gauche au niveau du poignet. Ses veines ont semblé "se soulever" comme gonflées par le faisceau qui les frappaient."




2ème photo du même OVNI à Mosqueiro.

Plus tard, alors qu'il s'était rendu chez un voisin, Benedito a été également brièvement paralysé par un rayon lumineux. Craignant la perte du bébé à naître, le mari et l'épouse ont été transportés de nuit par bateau à la clinique médicale de Mosqueiro, suivis pendant tout le trajet par l'OVNI, qui n'a plus fait d'autre tentative de leur nuire. Ils sont restés là pendant trois jours, où l'épouse put récupérer, mais Benedito "était dans un état de dépression grave pendant quelques jours, ses fonctions motrices perturbées et, selon les propos de sa mère, "pleurant fréquemment."

L'activité des OVNIS au-dessus de l'île de Colares était si intense que les gens ont commencé à penser que les "Chupa-chupas" essayaient d'établir une sorte de contact avec eux. Telle était l'opinion exprimée par le Sr Raimundo Ferreira "Mimi" Monteiro. Il pense toujours que les engins provenaient des fonds de la la mer ou d'une sorte de base sous-marine située dans le comté de Marajó ou peut-être dans la région du Caldeirão.


Une autre photo

Alfredo Bastos Filho, un ancien maire de ville, a confirmé ceci et a indiqué: "oui, en effet je puis vous dire qu'il n'y avait alors pas un instant de tranquilité. La population était terrifiée par cette affaire de "Chupa-chupa". Je suis même parvenu à voir en personne "Mirota", une des femmes victimes des rayons qui était en traitement médical à la clinique de santé."

Les autochtones ont été tellement effrayés que plusieurs des femmes et des enfants ont quitté la ville. Les hommes qui sont restés allumaient des feux pour monter la garde la nuit, faisant en outre éclater des feux d'artifice et frappant des bidons à chaque fois qu'ils ont vu l'approche des Chupa-chupas. D'autres s'enfermaient dans leurs maisons par crainte du phénomène. On a mentionné plus tard que plus les gens faisaient de vacarme et de feux d'artifice pour les éloigner, plus ces engins s'approchaient d'eux.
 
Des blessés et un mort

En Novembre 1977 le médecin en charge de la santé publique dans l'île, le docteur Wellaide Cecim Carvalho, a pris soin d'environ 35 personnes prétendant avoir été touché par l'étrange rayon. Elle a pris des échantillons de sang, et a conclu que les victimes ont souffert d'hyperémie généralisée, de maux de tête chroniques superficiels, de brûlures, de fièvres intenses, de nausées, tremblements dans le corps, raideurs, asthénie et présentaient des très petits trous dans la peau là où ils avaient été frappés par les rayons.



Un médecin examine une des habitantes de Colares blessée par un OVNI
  
Elle a écrit: "tous avaient souffert de lésions au visage ou dans la région thoracique." Les lésions, ressemblant à des dommages de radiations, "ont commencé par le rougissement intense de la peau dans le secteur affecté. Plus tard les poils tombaient et la peau tournait au noir. Il n'y avait aucune douleur, seulement une légère chaleur. Des marques de petites piqûre dans la peau pouvaient également être notées. Les victimes étaient des hommes et des femmes d'âges variables, sans liens entre eux."
 
En décrivant leurs expériences avec ces faisceaux lumineux, la plupart des victimes ont affirmé qu'elles ont été "immédiatement immobilisées, comme si un poids très fort a poussait contre leur poitrine. Le faisceau avait environ sept ou huit centimètres de diamètre et était de couleur blanche. Il ne les traquait pas mais les frappaients soudainement. Quand ils ont essayé de crier aucun son ne sortait, mais leurs yeux sont restés ouverts. Le faisceau était ressenti comme chaud, "presque aussi chaud qu'une brûlure de cigarette," à peine tolérable. Après quelques minutes la colonne de lumière se rétractait lentement et disparaîssait." La plupart des symptômes ont disparu en général après une semaine.

A Agulhas Fincadas, Mme Maria Lopes, habitante de Vila Gorete, aux confins du Rio Tapajós, dans le voisinages de Santarém (Pará), raconte son cas impliquant des engins étranges qui absorbent l'énergie des être humains, connus sous le nom de Chupa-Chupa. "J'ai vu un objet se poser tranquillement dans les buissons ici tout près... Il avait attaqué deux hommes et une femme, qui avaient commencé à se déplacer avec deux pêcheurs", racontent Maria. D'autres gens de l'endroit avaient été paralysés en observant la scène et des hommes ont été tués dans des circonstances identiques. Au coeur de chacun des décédées il y avaient au des ensembles de petits trous comme des dizaines d'aiguilles."

Beaucoup s'étaient blessés en essayant d'échapper à un de ces objets étranges. Dans de nombreux cas, les marques laissées par les rayons sur la peau de victimes étaient des marques qui pouvaient avoir jusqu'à huit petits trous. Dans ces occurrences, l'appelation de Chupa-Chupa semblait bien appropriée car elles avait perdu jusqu'à approximativement 300 ml de sang par ces blessures.





Ce fut le cas pour Claudomira, une habitante de l'île de Colares. Elle affirme que sa famille ne trouvait déjà plus un sommeil normal à cause de la crainte de ces engins. "En un de ces jours, après minuit, je me suis réveillée en raison d'un flash puissant, une sorte de rayon de lumière verte claire focalisée qui est descendue du haut du toit vers ma poitrine gauche. J'ai essayé de crier, mais ma voix n'a pas fonctionné. J'ai senti une agréable chaleur... Plus tard, ce faisceau de lumière a diminué et j'ai vu que j'ai été brûlée."

Claudomira a indiqué qu'elle a aperçu un objet étrange, ressemblablant à un parapluie, duquel un être de peau claire, avec des yeux "orientaux" et de grandes oreilles sortit. Selon elle, la créature était habillée d'un vêtement verts serrés et avait eu une sorte de pistolet dans la main, qui a émis le faisceau lumineux. A ce moment, Claudomira s'est senti perforé comme par des aiguilles sur son sein. "




Après cela, j'ai ressenti une migraine et une grande faiblesse, qui m'a laissée prostrée pendant plusieurs jours." Le lendemain de l'événement, elle avait été dirigée vers l'unité sanitaire de la ville, où elle a été prise en charge par le docteur Wellaide Cecim Carvalho, qui l'a envoyée à l'institut médical Renato Chaves, à Belém, pour des examens de complément. Son malaise et ses migraines constantes ont duré de nombreux jours, suivis de fatigue et de faiblesse. Des années après, Claudomira ne se sent toujours pas complètement remise. "Ma santé n'est jamais redevenue la même depuis cette nuit." Elle n'est pas la seule avoir vécu une telle situation. Une estimation dit que des milliers de gens, également des hommes, avaient souffert les attaques du Chupa-Chupa dans les années de 1970 à 1980, et ces incidents se produisent toujours aujourd'hui, bien que moins fréquemment.

"Les séquelles émotives et physiques sont très communes dans ces cas," affirme le docteur Wellaide Cecim Carvalho, qui a pris soin de Claudomira. Bien qu'elle ait été sceptique et qu'elle ait d'abord cru que les histoires de Chupa-Chupa étaient des croyances populaires ou de la sorcellerie, le Dr Wellaide a fini par être convaincue de la véracité des cas quand elle a été confrontée à leur fréquence croissante. "Avec l'augmentation du nombre des personnes blessées, j'ai commencé à accorder plus d'attention aux dommages existants. J'ai vu les choses qui n'existent pas dans mes livres médicaux," dit-elle. Selon elle, les victimes de Chupa-Chupa présentaient des brûlures des plus étranges, pas comme celles provoquées par le feu ou l'eau chaude, comme on pourrait le penser, mais très semblables à celles produites par des irradiation de cobalt.

"Les dommages changeaient avec le temps. D'abord cela commençait par une raideur intense dans le secteur touché, ce que l'on appelle une hyperémie. Plus tard, la peau de la région affectée commençait à tomber (alopécie) et des jours plus tard la peau pelait. "Dans cette période de developpment," a dit Wellaide, "il était possible de noter des trous, semblables aux perforations par des aiguilles." Un des cas les plus intéressants dont elle a assuré les soins s'est produit avec une dame qui avait des problèmes cardiaques. Elle est arrivée au bureau du docteur très nerveuse et immédiatement elle a montré son sein gauche, sur lequel il y avait deux trous étranges.




La brûlure.

Elle s'est plainte de nausée, de soufle court et de faiblesse, symptômes caractéristiques déjà connus par les personnes frappés par le phénomène. Le docteur a essayé de la calmer et elle est rentrée à son domicile. Mais vers environ 15:00, cependant, le Dr. Wellaide a été appelée au chevet de cette femme, qui était tombée très malade. Son corps entier était immobile et elle avait du mal à respirer mais elle n'avait ni fièvre$ ni vomissements. Voyant le sérieux de la situation, le docteur l'a transportée à un hôpital de Belém.

Des heures plus tard, elle a reçu les papiers médicaux et l'extrait d'acte de décès expédiés par l'institut médico-légal Renato Chaves, qui a énoncé qu'une crise cardiaque comme cause de la mort. Le fait intrigant est qu'à aucun moment les médecins de Belém n'aient seulement mentionné les dommages sur son corps et n'ont pas même dit s'ils avaient effectué des examens de compléments.
 
Electricité:

Concernant les effets possibles des OVNIS sur l'approvisionnement en électricité, le Senor Geraldo Aranha de Oliveira du C.E.I.P.A. (centrale électrique de Pará) a expliqué:

"En 1977 la sous-station du C.E.I.P.A. se composait de trois moteurs Scania de 125 kilowatts, assurant l'éclirage de la ville à partir de 18:00 jusqu'à minuit. Je ne me rappelle pas avoir vu le moindre OVNI au-dessus de l'usine. Je me rappelle simplement que pendant cette période, un bon nombre de tiges de paratonerre ont été brûlés et, parfois, également des fusibles."





Les forces aériennes alertées:

La COMAR (Comando Aéreo régional, le commandement régional de l'Armée de l'Air Brésilienne), est arrivé à Belém, et fait une série de recherches dans la région, sous le nom d'opération "Prato" (assiette, ou soucoupe"). Le Capitaine Uyrangê Bolivar Soares Nogueira De Hollanda Lima a dirigé toutes les opérations dans la région. Pendant les investigations, l'Armée de l'Air a tourné quatre films et pris des centaines de photographies des soucoupes volantes dans le bassin de Marajó. Ils ont également été d'un grand secours pour la population, fournissant l'aide de psychologues, pour éliminer la panique qui s'était emparée de toute la région.

Les rayons de lumière des engins ont été décrits comme étant si lumineux qu'ils ressemblaient à ceux employés pour éclairer les stades sportifs la nuit. Ils ont "toujours été nettement définis, dirigés avec une précision parfaite vers toutes leurs cibles - les maisons, les gens, bateaux, arbres, et même les hélicoptères de la force aérienne Brésilienne déployés au-dessus de l'île pendant les investigations. En une occasion on rapporta qu'un de ces puissants faisceaux obligea un des hélicoptères à atterrir, cependant la raison technique exacte ne fut pas communiquée.




Selon une déclaration du Senor Sebastião V. Miranda, ancien résidant de Colares, "l'Armée de l'Air Brésilienne a passé plus de 35 jours dans la ville, et a installé divers dispositifs près de la plage de Bacurí."

La Senora Alba Câmara Vilhena, une femme mariée habitant au 683 rue du 15 Novembre, ajouta: "A l'époque des Chupa-chupa tout le monde était trop effrayé pour dormir la nuit, et presuqe tous les soir nous partions pour être avec des parents. En une occasion certains ont vu un engin. Il était rond, et très lumineux. Juste à ce moment un hélicoptère de la F.A.B. (l'Armée de l'Air Brésilienne) volait presque vers notre maison. Alors nous avons vu que l'OVNI dirigeait un rayon très puissant droit vers l'hélicoptère, l'obligeant à atterrir sur le terrain d'aviation de São Pedro. Cela s'est produit à environ 20:00 un soir."

Le Professeur Raimundo Sebastião Aranha a déclaré: "A cette période j'ai été en liasion étroite avec certaines des enquêtes des forces aériennes. Ils cherchaient plus d'informations sur les Chupa-chupa."

Il a déclaré que l'Armée de l'Air avait apporté des masses d'équipements: des voitures, des hélicoptères, des émetteurs radio, des appareils-photo, des téléobjectifs etc. Il se rappelle en outre qu'en plus des recrues des troupes de l'Armée de l'Air, il y avait un groupe entier d'officiers et il a eu l'impression qu'il y avait un étranger parmi eux. Les hélicoptères qui sont apparus de temps en temps, apportant des matériaux et le personnel, ont essayé de chasser les OVNIS mais sans grand succès. En effet, au contraire, c'était les OVNIS qui les ont chassés!

Une nuit plusieurs mois plus tard, le 24 Mai 1978, un journaliste et un photographe, qui avaient été envoyés pour couvrir les rencontres avec les OVNIS dans la région, étaient dans leur voiture quand en dépit de la pluie lourde ils ont été réveillés "par un faisceau de lumière puissant qui – aussi incroyable que cela puisse paraître – a traversé la structure métallique du toit du véhicule." Evidemment, ils ont sauté hors de la voiture pour voir "un faisceau lumineux en forme de tube, d'environ vingt-cinq centimètres de diamètre, qui descendait sur le toit de la voiture et traversait le panneautage en métal." En d'autres occasions ils sont parvenus à prendre de nombreuses photographies dont ils affirment que leur journal a plus tard vendu les négatifs a "un groupe de Nord-Américains." 

Une autre nuit alors qu'ils essayaient d'employer leur équipement de photo instantané l'un de ces OVNIS "a émis un faisceau de lumière si vif qu'il a cassé le pare-brise" de leur voiture.

Plusieurs journaux ont commencé à écrire que les OVNIS allégués étaient des ballons météo, ou des satellites secrets, bien qu'il n'y ait eu aucune raison possible de penser cela. Les autorités locales étaient naturellement extrêmement fâchées en raison de tels articles. Elói Santos, du conseil de l'enclôt de tauromachie indiqua:
 
"il n'est pas possible de nier que Belém est, aujourd'hui, une ville effrayée. Nous ne sommes pas techniciens ni ne voulons discuter des conclusions des autorités. Mais nous les avons étonnées avec des déclarations des témoins qui ont vu des lumières traverser leurs toits pour pénétrer dans leur peau, prélevant du sang et laissant les marques visibles de piqures et des brûlures sur leur épiderme."

SEQUELLES:

Pendant la vague des Chupa-chupa de nombreux nouveaux "sites d'observation" apparurent, comme Pinheiro et São Bento dans l'état du Maranhão, et Viseu et Bragança dans l'état de Pará. Quelques secteurs ont en effet atteint un tel "niveau de saturation" qu'il était rare que pass une nuit sans que des OVNIS ne soient observés.

L'un de ces "épicentres OVNI" était au Nord du comté de Baía Do Sol (la Baie du Soleil) et il y eut des effets directs sur l'île de Mosqueiro. Mosqueiro est un des plus importante des îles, et elle est la plus grande de celles qui appartiennent à la municipalité de Belém.

L'inquiétude du public était immense, tous les hommes se réunissant la nuit pour organiser une surveillance, avec des feux et des feux d'artifice, pensant ainsi éloigner les engins. Mais rien n'a semblé faire cesser les vols des OVNIS, même pas les gens des forces aériennes avec leurs caméras et leurs appareils photo - et encore moins la présence de journalistes de l'Estado Do Pará.

Il y eut des observations fréquentes et régulieres de grands engins et de sondes ou de soucoupes volantes, effectuant tous des manoeuvres incroyables au-dessus du comté.

Une veuve de 61 ans, Elisa Da Silva habitant rue Do Bacari, fut un des témoins de cette année 1977. Une nuit, depuis sa maison, elle a vu une soucoupe volante apparaître. Une lumière blanche vive provenait de petites fenêtres ou ouvertures sur le dessus. Vu du dessous, dit-elle, elle semblait tout à fait foncée et tout à fait plate. Elle a disparu vers le sud, dans un silence total.

Selon l'opinion de certains des membres du GUA (groupe ufologique d'Amazonie) basé à Belém, il existe, ou il a existé pendant un temps considérable, à un certain endroit sous Baía Do Sol une base cachée utilisée par des engins extraterrestre. Une telle idée expliquerait la constance pendant plusieurs années, des objets volants non identifiés au-dessus de la région.

En 1981, une femme qui avait été exposée au rayons des OVNIS à Colares est décédée, il n'est cependant pas clairement établi que ce décès soit clairement lié à l'attaque qu'elle avait subie.

En 1986, non loin de Colares, deux personnes sur l'Ile du Crabe ont été découvertes "dans un état de décomposition par la chaleur" à une période ou il y avait de nombreuses observation de boules de feu dans le ciel; la cause de leur décès est "inconnue" de toute façon. Dans le même secteur, à un autre moment une "boule de feu" a sérieusement brûlé trois hommes qui faisaient du bucheronage sur l'Ile du Crabe; l'un d'entre eux est décédé. L'un des deux survivants, Edmundo, a eu des blessures ouvertes de brûlure de type électrique sur le côté de son thorax, une reproduction presque parfaite de la brûlure du thorax dont avait souffert Jack Angel en Géorgie en 1974.

En 1993, à Colares, encore, une missionnaire de 32 ans et une femme de maison de 40 ans habitant l'île ont été tués, a un mois l'un de l'autre, en raison de la rencontre rapprochée avec des OVNIS; selon l'ufologue Pratt, ces femmes "ont été brûlées sur la gorge et le thorax, de même que la majeure partie des autres personnes que le docteur a traité." 

Dixit Pratt: "je connais environ dix décès qui ont un rapport certain avec des rencontres rapprochées avec des OVNIS."

Selon l'US Air Force, il n'y a jamais eu de preuves de la réalité des OVNIS ou de quelconques indications de dangers liés aux OVNIS. Selon les sceptiques... selon les sceptiques? En l'occurence les sceptiques ne disent jamais rien de ce genre d'affaires. Quant au grand public, essentiellement, il n'en a aucunement connaissance.

Le rapport de Daniel Rebisso Giese 



De: egs@netcom.com (Edward G. Stewart)



Suject: Chupas 1 of 5 Date: 17 Février 1994 03:49:52 GMT
Organisation: NETCOM On-line Communication Services (408 241-9760 guest)

J'ai montré cette traduction à A.J. Gevaerd, rédacteur d'UFO, une publication Brésilienne, et il m'a dit que la traduction est assez précise et n'a vu aucune objection à sa dissémination. Les personnes intéressées par la vague des Chupas peuvent contacter l'auteur, Daniel Rebisso Giese à l'adresse fournie ci-dessous.

L'article suivant est à l'origine paru dans le magazine Brésilien UFO, n.7, vol. 2, Avril-Mai-Juin 1989, page 13-18. C'est une traduction non autorisée et officieuse du texte Portugais original par Ed Stewart. UFO est publié par GRUPO EDITORIAL PARACIENTIFICO (GEP) en collaboration avec CENTRO PARA PESQUISAS DE DISCOS VOADORES (CPDV) Daniel Rebisso Giese est un biologiste et un professeur, travaillant actuellement sur le système de santé de l'Etat de Para à Belèm. Le président du Centro de Investigacao De Pesquisas Exologicas (CIPEX) depuis sa base, participe actuellement en tant que directeur de Grupo Ufologico da Amazonia (GUA), Caixa 624 postaux, 66000 Belèm (PA).

LE PHENOMENE "CHUPA-CHUPA" EN AMAZONIE.

En Amazonie, les OVNIS sont appellés les "aparelhos" [les machines] par des victimes et la violence de ces choses extraterrestres, principalement dans leurs attaques sur des femmes, ont fait nommer ce phénomène bizarre: "Chupa-chupa." [Suce-Suce]
 
Daniel Rebisso Giese
Grupo Ufologico da Amazonia (GUA)

INTRODUCTION

Dans la décennie des années 70, des phénomènes étranges ont commencé à se produire sur la côte et l'intérieur des états de Para' et de Maranhaõ. Les nouvelles arrivaient de toutes parts et les dépositions étaient unanimes: des faisceaux lumineux mystérieux, projetés par des objets volants non identifiés, qui dans la majorité des cas apparaissaient la nuit, brûlaient hommes et femmes. Pourchassant les gens, prélevant le sang de ses victimes, ils furent à l'origine de l'expression "CHUPA-CHUPA," le nom par lequel le phénomène est devenu populairement connu. Dans d'autres régions, principalement dans celle de Maranhaõ, le phénomène est devenu notoire sous le nom "APARELHO."

 Le phénomène, malgré une longue période d'interruptions, ne s'est jamais manifesté avec une telle force et uniformité auparavant dans l'histoire de l'ufologie nationale. En quelques courtes semaines, les nouvelles ont traversé tout les états de Para' et de Maranhaõ, prenant la population par surprise, générant un climat de terreur et de panique collective. Motivé par la curiosité et avec l'objectif de jeter la lumière sur le mystère des Chupa-Chupa, nous avons entrepris une recherche qui nous a portés dans plusieurs comtés de Para'. Nous l'avons tenté, mais en raison de nos ressources financières modestes et du temps imparti, il ne fut pas possible que nous couvrions tous le Para' et Maranhaõ. Nous espérons que dans un proche avenir quelqu'un pourra accomplir cette recherche.

Ce que nous exposerons dans cet article ne se composera pas de fables inventés par des bûcherons arriérés ou les résidants divers de l'intérieur et de la côte de Para'. Nous serons fidèles aux faits et aux dépositions écrites. Chaque interview a été notée avec soin et attention. Pour ce faire, nous avons choisi les rapports les plus logiques, ceux dont le récit concorde avec d'autres dépositions supplémentaires, et dont la compétence des témoins a constitué un éléments de validité. L'objectif de ce travail est de former une vraie image et un contour historique d'une des manifestations ufologique les plus impressionnantes que l'on puisse connaître.

LES NOUVELLES DANS LES JOURNAUX:

La première partie de cette recherche est constituée d'un aperçu bibliographique de tous les articles et rapports édités dans les périodiques de l'Etat du Parà tel que "PROVINCIA DO PARA", "O LIBÉRAL" et "ESTADO DO PARA." Cependant, la même démarche ne fut pas possible avec la presse de Maranhaõ, pour les raisons précédemment décrites. Nous avons lu tous les articles des périodiques cités et estimons que la presse de Parà a rapporté d'une manière très intéressante le développement du phénomène Chupa-Chupa. Tous les articles étaient largement illustrés et rédigés sur les lieux des incidents, ainsi que les témoignages... Si aujourd'hui nous pouvons reconstituer cette vague d'OVNIS, c'est grâce à la presse et à la compétence de la bibliothèque publique de Belèm. 

Plusieurs nouvelles ufologiques ont précédé la vague des Chupa-Chupa, mais l'article le plus significatif était dans O LIBÉRAL du 16.07.1977, où nous pouvions lire:

"L'OVNI photographié à Montevideo, de forme sphérique, rivalise en détails avec les objets étranges vus à plusieurs endroits dans le Parà le long de la côte de Maranhaõ et du fleuve Gurupi et tout le long de la frontière de Parà-Maranhaõ. Encore hier, on a observé ces objets en plusieurs endroits à l'intérieur de Maranhaõ, effrayant la population, de la même manière à ce qui se produit dans le secteur de Vizeu dans le Parà."
Quelques jours auparavant, le 12.07.1977 pour être précis, le JORNAL DA BAHIA avait rapporté d'une façon claire ce qui deviendrait le phénomène Chupa-Chupa:

Des objets volant qui émettent une lumière fantastique effrayent le Parà:

Belèm (AJB) -- une histoire fantastique concernant un objet volant émettant une lumière forte et suçant le sang des gens, circule de bouche à oreille parmi la population des comtés de Braganca, de Vizeu et d'Augusto Correa dans le Parà, où par crainte, beaucoup de gens abandonnent leurs maisons pendant la nuit afin de ne pas se faire prendre par la lumière-vampire émise par l'objet étrange qui, selon nos informations, a déjà causé la mort de deux hommes. Personne ne sait comment l'histoire a commencée, mais la vérité est qu'elle a atteint Belèm et a fait les gros titres des journaux locaux."

Des mois plus tard, le 8 Octobre, O LIBÉRAL a lancé le premier d'une série d'articles, faisant connaître à la population ce qu'était le phénomène Chupa-Chupa. Le rapport commence d'une façon saisissante:

 "Des animaux suceurs attaquent des hommes et des femmes dans le village de Vigia:
Un phénomène étrange s'est produit pendant plusieurs semaines dans le village de Vigia, plus exactement dans Vila Santo Antonio Do Imbituba à environ 7 kilomètres de la route PA-140, à la suite de l'apparition d'un objet qui focalise une lumière blanche au-dessus des gens, les immobilisant pendant près d'une heure, et suçant les seins des femmes et les laissant saignantes. L'objet, connu par les gens de la région comme le "Bicho Voador" [animal volant], ou "Bicho Sugador" [animal suceur], a la forme d'un vaisseau arrondi et attaque des gens isolés (principalement les femmes), mais a cependant également attaqué quelques hommes... Un des victimes, parmi les nombreuses victimes dans le secteur, était Mme Rosita Ferreira, mariée, 46 ans, résidant à Ramal Do Triunfo, qui il y a quelques jours a été sucée par la lumière sur le sein gauche, et avait perdu connaissance. De plus en plus tout cela lui paraissait un véritable cauchemar, elle se sentant comme aux prise avec quelques griffes essayant de la tenir. Elle a été attaquée autour de 03:30 du matin. Une autre victime était une femme connue sous le nom de "Chiquita," qui a été également sucée par l'objet étrange sur son sein devenu sanglant, mais sans laisser aucune marques."

CHUPA-CHUPA:

Ce fut ensuite le 16.10.1977, que O LIBERAL a lancé pour la première fois l'expression "Chupa-Chupa," comme nous pouvions le lire dans le premier paragraphe de son article:
 
"Chupa-Chupa: c'était la dénomination donnée par la population de Vigia à un objet volant non identifié, qui a créé la panique parmi les habitants d'Imbituba, de Camaru et de Km-25, comme en d'autres localités situées à proximité de ces villes."

Par la suite, jusqu'à la fin de la mi-novembre 1977, les journaux de Parà n'ont plus cesser de publier des articles portant le Chupa-chupa à la connaissance du public. Le journal A PROVINCIA DO PARA a publié, les 20.10.1977, 19.11.1977 et 20.11.1977 des rapports valables pour la recherche ufologique. Le 20 Octobre il y avait eu deux pleines pages avec des récits des gens, des graphiques de l'évolution des OVNIS dans les cieux de Vigia et les étranges de Ci 2[Hynek CE-I] notés par le Colonel Manoel Matos de Souza (connu par Coronha), enregistré dans le petit village de Monte Serrado, dans le comté de Santo Antonio de Tauà (PA). Ce fermier de 44 ans fut réveillé autour de 2 à 3 heures du matin par une forte lumière qui tournait autour de ses quartiers et a pénétré sa cabane. A l'ouverture de la porte, il a rencontré un objet volant avec deux créatures dans son intérieur. Il est revenu dans la pièce, et maintenant muni d'une arme chargée, il a essayé de tirer dans la direction du véhicule. A sa surprise, l'arme ne s'est pas déclenchée et, sentant la paralysie surmonter son corps du fait de la lumière de l'OVNI, il a crié pour obtenir de l'aide.

 Le 19.11.1977, A PROVINCIA DO PARA a édité, pour la première fois, des photographies des lésions possibles causées par le chupa-chupa, enregistrées sur la jeune Aurora Nascimento Fernandes, 18 ans, résidant à Passagem Tabatinga, dans le voisinage de Jurunas (Belèm). Aurora était en train de laver des assiettes aux alentours de neuf heures du soir le 18.11.1977 dans sa maison quand un fort jet d'air froid l'a stupéfié, en même temps qu'une lumière forte et rougeâtre. La jeune femme rapporte:

"J'ai été prise de frayeur. J'ai appelé ma mère et avant qu'elle ne soit arrivée, une forte lumière rouge m'a enveloppé, me laissant stupéfaite. En même temps, j'ai senti des perforations vraiment fines frapper mon sein, et suis tombé au sol et me suis évanouie."

Par la suite, le Dr. Orlando Zoghbi, après avoir vu le patient, a classer le fait comme un épisode de l'hystérie et de la panique produites par la psychose collective autour du phénomène de Chupa-chupa. Selon le Dr. Zoghbi, par la configuration des marques, les blessures réelles sur le sein droit d'Aurora ont été provoquées par la contraction de ses mains serrant sa poitrine (au-dessus du sein), dans un acte instinctif de la protection contre une attaque possible de Chupa-chupa. Nous sommes en profond désaccord, parce que les marques ont semblé être concentrées et profondes (comme des biopsies) dans un petit secteur; aucune trace d'éraflures ou des blessures n'avait l'aspect de marques d'ongles.

Dans la conversation avec le chercheur et l'étudiant du phénomène OVNI le professeur Fabio Zerpa (ONIFE)1, il a observe que des faits semblables, en avant les descriptions par Aurora et d'autres femmes du Parà qui ont indiqué qu'elles étaient des victimes de Chupa-chupa, se sont produites en Argentine méridionale dans les années 70s où une femmes a été attaquée par une entité qui lui a pris du sang. Il est intéressant de noter que les événements décrits se sont produits dans les villes et les villages dans la proximité de fleuves, de lacs ou de mers. Ceci nous incite à rappeler les entités mythologiques japonaises appelées les "kappas" qui, selon la légende, seraient venus d'une étoile éloignée et ont peuplé les fleuves (ou les mers) du Japon. Les chercheurs Scornaux et Piens, dans leur excellent travail "A Descoberta dos OVNIS" [A la découverte des OVNIS], rapportent:

"Les Kappas semblent utiliser un sous-marin, ou quelque chose de semblables, appprovisionés par un dispositif respiratoire aussi bien qu'une sorte d'étrange casque avec des antennes. Les oreilles sont anormalement grandes. La peau est de couleur cuivrée (voir les hommes de bronze qui sont apparus au réservoir d'Utinga, dans le comté de Belèm, pendant la période des Chupa-chupa) et les mains et les pieds sont semblables à des crochets. Cette description nous rappelle certains humanoides observé de nos jour, et la réputation qu'avaient les Kappas de rendre les gens malades quand ils entraient en contacts avec eux, nous incite à penser aux effets physiologiques a expérimenté sur certains témoins actuels."

Le phénomène à Colares

L'île de Colares est située à environ 70 kilomètres au Nord-Est la ville de Belèm. Elle borde le comté de Vigia, une autres région riches en apparitions et cas ufologiques. A son front de trouve la baie de de Marajõ qui se trouve elle-même séparée du continent par le fleuve Guajarà-Mirim. Colares a une superficie de 600 kilomètres carrés, approximativement, et héberge plusieurs communautés, telles que Vila de Colares (le siège du comté), Fazenda, Mocajatuba, Ariri et d'autres. Sa population, dans sa grande majorité, se consacre à la pêche et à l'agriculture.


 
Pendant la période des Chupa-chupa, Colares fut la cible d'intensives apparitions d'OVNIS et plusieurs victimes des rayons mystérieux ont été détectées. La crainte était telle qu'une bonne partie des résidents de l'île ont abandonné leurs maisons et sont allés temporairement habiter chez des parents dans d'autres comtés.

CIPEX2 a localisé plusieurs témoins du phénomène pendant les jours ou il est resté à Colares.

Voyons quelques cas:

Jonas Ferreira Gondim, un pêcheur marié de 60 ans, admet qu'à cette époque sa maison a été illuminée par la lumière des Chupa. Prenant son courage à deux mains, il est sorti dans sa cour et a mis le feu à un pétard pour faire fuir "l'aparelho." Son fils, Claudio Gondin, nous a confié: "à cette époque nous ne dormions pas bien. Moi et quelques autres collègues sommes sortis pour garder les maisons de nos amis. Une nuit, j'ai vu cette machine au-dessus des cimes des arbres, là sur la rue de San Joaõ. Elle s'est soudainement arrêté et a émis une lumière claire sur les arbres et s'est élevée tout de suite à grande vitesse vers un autre côté du village."
M. Zacarias Dos Santos Barata, 74 ans, marié, admet: "j'ai vu cette machine dans les alentours par deux fois. La première fois, elle venait de la direction de Soure (île de Marajo) et a survolé le village à une vitesse vraiment élevée. La deuxième fois, j'ai vu ici depuis la maison une boule lumineuse qui est venue en illuminant toute la campagne de Luzio. Elle ne faisait aucun bruit et elle n'était pas assez nette pour être vue correctement, parce que sa lumière était très forte, et d'une couleur bleuâtre." La même lumière a été observé par son voisin, Julio de Brito Correia, 70 ans, qui ajoute simplement que le vaisseau avait volé bas et à grande vitesse.

Le charpentier Carlos Cardoso de Paula, 45 ans, marié, décrit deux événements curieux. Nous lisons:

  "à l'époque des Chupa, je suis sorti de nombreuses fois dans la nuit pour visiter les maisons des amis et des collègues. La plupart d'entre eux se réunissaient dans la rue faisant un feu, faisant frire des poissons. De temps à autre, ils faisaient du bruit avec des pistolets et des bidons pour effrayer les Chupas... Une fois, alors que je quittais la maison autour de 21:00, nous avons entendu les gens hurler: "voilà le Chupa qui arrive"; ici depuis la maison j'ai seulement vu une boule de feu qui est venue rapidement dans notre direction, mais bientôt elle a changé de cap, entrant dans une autre rue. Une chose étrange s'est produite à une autre heure, second récit:

"nous étions tous endormis dans la maison et je fumais encore ma dernière cigarette quand tout soudain, par l'arête du toit de la maison, une petite boule de feu est entrée. Cette chose a commencé à monter autour de la salle jusqu'à ce qu'elle soit arrivée à côté de mon hamac. Elle s'est élevée le long de ma jambe droite jusqu'au genou. J'ai considéré tout ceci avec beaucoup de curiosité quand cette petite boule est passé vers l'autre jambe et j'ai commencé à me sentir faible et somnolent. La cigarette est tombée de ma main et, effrayé de cette situation, j'ai crié. La petite boule a disparu et tout le monde s'est réveillée. Je pense qu'elle recherchait une veine dans mon corps, mais elle n'a pas eu de chance... Quand elle augmentait son éclat, je ressentais une sorte de chaleur... "

Des sondes:

Le compte rendu de M. Carlos de Paula, sans compter son côté bizarre, nous indique que cette petite boule, en réalité, pourrait être une sorte de sonde, parce que les caractéristiques décrites par le témoin le suggèrent. Lors de notre recherche, nous avons localisé deux personnes dans Vila de Colares qui avaient été victimes du Chupa-chupa. L'image clinique de ce phénomène sera mieux détaillée dans la description des témoignages que nous avons recueillis là.



Le premier vint du marchand Neuton de Oliveira Cardoso, 27 ans, marié et qui résidait à Vila de Mocajatuba à cette époque. Une nuit il s'est réveillé malade, sentant une "chaleur" dans tout le corps et, effrayé, il a noté qu'il a été brûlé à la hauteur du cou du côté gauche. Les membres de sa famille l'ont transporté le jour suivant à Vila Dos Colares pour un rendez-vous avec le médecin. Commentaires de Neuton: "je suis devenu très faible et sans courage pendant plusieurs jours et sens toujours une torture et un mal de tête forts." La deuxième victime était Mme Claudomira Rodrugues da Paixaõ, 43 ans, mariée, populairement connu sous le nom de "Mirota." Elle a été frappée dans le sein par la lumière des Chupa-chupa, alors qu'elle était endormie au domicile de ses parents. Il était près de minuit et elle dormait dans un hamac à côté de la fenêtre quand elle a été intriguée par une lueur intense; rapidement, elle a senti une chaleur au-dessus du corps qui l'a paralysée, quand ensuite un faisceau focalisé de lumière verdâtre a été projeté au-dessus de son thorax, et s'est retiré tout de suite. Mais il était trop tard et "Mirota" avait déjà des brûlures sur le sein gauche.
 
Pendant plusieurs jours, elle a ressenti une grande faiblesse et de forts maux de tête qui reveinnent de temps en temps toujours la tracasser. Plus tard, elle fut emmenée à l'Instituto Medico Légal Renato Chaves (Belèm) pour des examens complémentaires. Il y a des années, elle a eu la visite de deux chercheurs étrangers qui sont arrivés avec un interprète sur l'île dans un avion de tourisme (NdT: J. Vallée). Mme Claudomira certifie: "A l'instant où le feu m'a heurté, j'ai senti des perforations comme par des aiguilles au-dessus de ma poitrine. Plus tard, je n'ai senti aucune douleur, sauf que des maux de tête et une grande lassitude qui m'ont maintenus dans le hamac pendant plusieurs jours... "

Rapports secrets

Au début des rumeurs d'apparitions d'OVNIS curieuses à l'intérieur de Parà et à Maranhaõ, accrues par la panique de la population au sujet du phénomène, le 1er commandement aérien régional (1er COMAR)3, situé à Belèm, a lancé une opération d'étude approfondie sur le terrain avec l'intention d'éclaircir l'énigme du phénomène des Chupa-chupa. L'ordre du commandement était le suivant:

Le phénomène OVNI mérite une étude objective et approfondie;
Toutes les informations en rapport avec ce phénomène doivent être rassemblée;
Les déclarations publiques et commentaires sur le sujet doivent être évités.

A cette époque, l'Armée de l'Air a envoyé des chercheurs dans plusieurs des comtés où la présence d'OVNIS avait été détecté, de telle manière que des centaines de rapports de première main et de seconde main et près de 200 photographies des objets étranges, d'OVNIS, ont été recueillies. Les endroits les plus chauds étaient Baia Do Sol (l'île de Mosqueiro) et l'île de Colares (Parà). Dans ces régions plusieurs photographies d'OVNIS ont été réalisées, la plupart du temps nocturnes, et également quelques films de courte durée enregistrant les évolutions des vaisseaux. 

La majorité des photographies ont été prises avec les appareils photo professionnels (canon, Nikon) couplés et téléguidés, utilisant du film Kodak de 1000 asa, noir et blanc, avec de l'équipement appartenant aux militaires. A la fin des recherches sur le terrain, on a lancé la deuxième phase de l'opération qui incluait l'élaboration d'un rapport et d'une analyse des données identifiées. Ce rapport, d'environ 500 pages comprenant des photographies d'OVNIS, des schémas, des cartes, des interview, des photocopies des articles de presse et des coupures de journaux locaux, ont été envoyés aux échelons supérieurs du commandement militaire (EMFA), ainsi que toute la documentation photographique existante (films, négatifs, tirages photographiques).

Les résultats obtenus par là montrent largement que le phénomène des Chupa-Chupa était général et de nature ufologique, et qu'il est difficile d'indiquer avec objectivité l'origine et le but de ces choses.

Preuves:

Dans une recherche ufologique, il n'est pas suffisant de recueillir et d'archiver des cas. Il est nécessaire de les examiner, de les comparer à d'autres et de les soumettre à plusieurs critiques (intérieurement et extérieurement).

Le climat que la vague de 1977 dans le Parà à produit au le sein de la population est complexe et riches en données; tous les secteurs de la société ont été frappés et les avis divulgués évoquent les possibilités les plus diverse. La presse a effectué un excellent travail, communiquant les cas, tandis qu'elle se permettait par un côté par le scepticisme des hautes sphères; et de l'autre côté, par l'inexpérience du camp des ufologues. Cependant, ces petites bisbilles sont compréhensibles et normales. Mais la même opinion est inadmissible quand elle est la position de la communauté scientifique, politique et militaire qui fuit toujours en se cachant sous de vieux prétextes anti-ufologique. Cette omission a été prévue, étant en partie délibéré.

Les tactiques de cette nature sont bien identifiée parmi des chercheurs et des publicistes de la réalité des OVNIS. Cela n'a pas empêché la recherche secrète de l'Armée de l'Air, n'affrontant pas le ridicule, les "prophètes" annonçant l'arrivée des martiens et maintenant toujours la tactique de confusion avec les affirmations de quelques professionnels libéraux avec leurs "célèbres" explications commodes.
 
CONCLUSIONS:

Cette recherche, en dépit de ses limitations, nous a permis d'effectuer un échantillonnage pertinent de la vague d'OVNIS des années 70 dans le Parà. Nous soulignons quelques points:

Le théâtre de l'action était le Nord du Brésil, les observations étant fréquentes sur les bords des fleuves et de l'Océan Atlantique;

Les OVNIS se montraient dans la majorité des cas durant la nuit, les observations diurnes étant rares.
Les dépositions confirment la présence de vaisseaux - ne venant pas toujours du ciel ou ne disparaissant pas toujours dans le ciel;

Quels que soient les petits vaisseaux, tout indique qu'ils étaient quelque sorte de sondes, du fait de leur profil aérodynamique et comportemental, tel que des objets extrêmement lumineux et ronds, des mouvements rapides, le vol de basse altitude, l'émission des faisceaux lumineux et des poursuites de personnes;

Les brûlures produites par les OVNIS n'étaient pas accidentelles, mais ont démontré un objectif. Les hommes et les femmes étaient le but, de préférence visés pendant leur sommeil;

Il n'y a pas de preuve absolue que les OVNIS ont prélevé du sang de leurs victimes; mais par ailleurs, les examens biochimiques et cliniques exécutés par le Dr. Wellaide C.C. de Oliveira certifient de la faiblesse du taux d'hémoglobine dans l'hémogramme des victimes, sans compter que l'image clinique tout à fait particulière des gens qui ont perdu une quantité de sang considérable (des maux de tête, des faiblesses et évanouissements chroniques, empêchant les victimes de se tenir sur leurs jambes) comprenant la présence de "marques de piqûres" dans les régions frappées par les rayons émis par les OVNIS;

Les références informationnelles au sujet des occupants des vaisseaux furent rares mais elles vont dans la direction de la présence d'êtres de taille moyenne et d'une peau verdâtre et ridée;

Il y a un objectif spécifique de grande importance qui a précipité l'invasion des OVNIS dans les côtes du Parà et de Maranhaõ.

Tout mène à croire que le phénomène global était une mission de grande portée, non seulement par la fréquence des observation, mais par le grand nombre des objets aperçus. Le choix des lieux était du à leurs positions stratégiques et par la sécurité qu'elles ont assurée pour l'action des OVNIS (isolement géographique, éloignement, et petits centres de population). L'objectif de cette invasion est en rapport (probablement) avec la recherche et la manipulation biologique sur l'homme de la part des étrangers, dont nous n'avons pas pu élucider les buts.
  
PHOTOGRAPHIES ACCOMPAGNANT L'ARTICLE:

Page 13: Dans l'encart, un OVNI photographié par l'équipe du premier commandement aérien régional (COMAR), à Belèm, Parà. La photo plus grande est celle d'un OVNI dont la forme est identique à celles des cas décrits às Baia Do Sol (Parà). Les deux phénomènes sont associés au "Chupa-chupa."


  
Page 14: Ci-dessus, une vue de Baia do Sol (Parà). Ci-dessous, une sonde OVNI, fréquentes dans la région.
  
Page 15: En haut, un OVNI de grandes dimensions photographié par l'équipe du 1èr commandement aérien régional (COMAR) de Belèm. Dans l'encart, un vaisseau plus petit, extrêmement lumineux contre le ciel nocturne, observé à Mosqueiro (Parà).
  
Page 15: La preuve de la volonté de maintenir le silence et le secret militaire au sujet du problème OVNI:
  
CONFIDENTIAL
  
Scellé ----> Commandement Aérien Régional - 2ème Section

Toute personne qui prend connaissance de ce
sujet secret devient, automatiquement,
responsable du maintient de ces secrets.
(Art. 12, du Doc. no. 79,099 of 06.01.77)
(Règlements pour la Sauvegarde des Affaires Secrètes).

Page 16: Gravure authentique de l'époque Heian, d'un "Kappa" - un habitant des grandes profondeurs des fleuves et des mers. Des êtres semblables sont vus dans le Parà.

(1) Fabio Zerpa est le président-fondateur de ONIFE, Organizacão Nacional Investigativa de Fenomenos Aerospaciais: Casilla de Correos 35, Sucursal 29, 1429 Buenos Aires (Argentine).
(2) CIPEX sont les initiales du Centro de Investigacaõ e Pesquisas Exologicas, fondées dans Curitiba (Pernambuco) et transférées à Belèm, ainsi que son fondateur, et auteur de cet article. Son adresse est identique à celle de Daniel R. Giese.
(3) Les photographies du 1er COMAR ont été éditées pour la première fois par le magazine UFOLOGIA NACIONAL & INTERNACIONAL, numéro 5 et 7, de 1985. Cette publication - également sous la responsabilité éditoriale de CPDV - est le précurseur du magazine UFO. L'article que vous venez de lire a été extrait à partir des éditions référencées et mis à jour pour cette présentation.

http://www.ufologie.net/htm/colaresrebissof.htm#rebisso

L'ENQUETE DE JACQUES VALLEE:

L'astronome et l'informaticien Français le docteur Jacques Vallée s'est rendu en Amérique du Sud pour étudier et documenter les rapports OVNIS et les rapports de rencontres rapprochées qui ont eu comme conséquence la mort ou des blessures des témoins et a édité les résultats dans son ouvrage "Confrontations."

Parmi les nombreux cas qu'il a étudiés en Amérique du Sud, il a traité les événements de 1977 à Colares:

C'est dans les îles autour de Belém, où les eaux du Tarantins et de l'Amazone viennent majestueusement rencontrer l'océan à un degré au Sud de l'équateur, que la vague Brésilienne de 1977 a culminé; et c'est là que pour la première fois la preuve de la réalité du phénomène a été obtenue. Plus spécifiquement, comme Daniel Rebisso l'a indiqué, le point culminant a eu lieu sur une période de trois mois à partir de Juillet à Septembre 1977 sur l'île de Colares et sur la plage de Baia do Sol, sur l'île de Mosqueiro. (Réf. Rebisso Gliese, OVNI aucun Para.)
  
Nous avons trouvé là des pêcheurs qui avaient été témoin des objets, et un docteur qui avait assuré les soins médicaux de douzaines de personnes frappés par la lumière des Chupas. Elle a confirmé qu'un de ses patients est mort après l'expérience. Plusieurs de ces témoins nous ont également dit qu'ils avaient observé deux équipes de cameramen militaires Brésiliens filmant les objets, et tentant d'établir un contact avec eux.

La vérité toute nue: il n'y a rien qui puisse mettre en doute la vague de 1977. Elle a commencé en Juin près du cap Gurupi, au Nord de la ville de Vizeu, et elle s'est déplacée dans les deux directions le long de la côte: vers São Luís à l'Est et vers Belém à l'Ouest pendant Juin et Juillet; elle a atteint un pic en Septembre et Octobre.

La raison pour laquelle le phénomène ne pouvait pas être nié est très simple: chaque soi, les OVNIS sont apparu, venant du Nord. Dans certains cas, ils volaient vers le bas depuis le ciel, dans d'autres, ils ont émergé hors de l'Océan. J'ai vu une photographie d'un objet avec un anneau blanc lumineux sortant de l'eau saumâtre et décollant au crépuscule. 

Ils sont arrivés au-dessus des îles à basse altitude et ont tourné tout autour; ils sont descendus comme pour atterrir; ils ont fait des boucles et ont accéléré soudainement; ils ont plané au-dessus des maisons et ont sondé l'intérieur avec des rayons. Ils ont même émergé hors de plus grands objets et y sont retournés. Et ceci s'est produit avec régularité, tous les soirs pendant trois mois. 
 
Vallée a discuté avec le Dr. Carvalho et a écrit cette liste de symptômes à partit des dossiers médicaux des patients du docteur: 

Une sensation de faiblesse, certains d'entre eux pouvaient à peine marcher.
Des étourdissements et des maux de tête.
Des pertes de sensibilité localisées. Des affaiblissements et des tremblements.
Un teint pâle.
Une pression artérielle basse.
De l'anémie. avec des niveau d'hémoglobine bas.
Un noircissement de la peau aux endroits que la lumière avait atteint, avec plusieurs cercles rouges violacés ressemblant à des piqûres de moustique, chaud et douloureux, de deux ou trois centimètres de diamètre.
Deux marques de ponction à l'intérieur des cercles rouges, ressemblant à des piqûres de moustiques, dures au toucher.
Les poils dans les zones noircies tombaient et ne repoussaient plus, comme si les follicules avaient été détruits.
Pas de nausée ou diarrhée. 


Source: http://www.forum-ovni-ufologie.com/t13248-1977-les-evenements-ovni-de-colares#ixzz31UJQI6yv

_________________
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
mais ce que vous vous pouvez faire pour votre pays" John F Kennedy


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun Mai 12 2014, 09:29    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au coeur de l'Histoire Index du Forum -> Autres histoires -> Histoires Mystérieuses -> Faits Etranges et Inexplicables -> Ufologie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com