Se connecter pour vérifier ses messages privés
Hendrik Vervoerde, 1901-1966

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au coeur de l'Histoire Index du Forum » Les Epoques de l'Histoire » XXe Siècle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
.: Salut :.
Invité


Hors ligne

MessagePosté le: Dim Fév 14 2016, 05:07    Sujet du message: Hendrik Vervoerde, 1901-1966 Répondre en citant
Hendrik Vervoerde est né à Amsterdam en Hollande en 1901. Ses parents hollandais sont très pieux et aussi très tolérants. La Hollande était à l'époque de la monarchie absolue française une République foisonnante d'idées. 
Les parents s’installent en Afrique du Sud en 1903, lieu d'immigration hollandaise depuis 1653 où ils ont formé la communauté "boer"par opposition à la société coloniale anglaise qui s'est constituée à partir de 1800. Les Anglais persécutent les hollandais et s'allient aux communautés "colorées" (indiens, noirs, métis, malais) pour asseoir leur domination. Cela aboutit bientôt à la guerre des Boers qui opposent les Boers aux Anglais. Les Boers étant plus pauvres et moins puissants que l'Angleterre, la guerre est âpre mais perdue d'avance. En 1901 la guerre est finie, les Anglais réunissent tous les territoires d'Afrique du sud sous leur domination et les rassemble dans l'Union Sud-Africaine (USA). Les Boers ont perdu beaucoup (20.000 femmes et enfants morts de mauvais traitements dans les camps de concentration anglais), les Anglais ont montré beaucoup de cruauté. Mais en se battant ils ont défendu leur droit et leur communauté. Bien que dominé, ils forment un deuxième pouvoir dans cette république.


C'est dans ce contexte qu'arrivent les Vervoerde en Afrique du Sud. Ils l'ont fait parait-il par solidarité envers le peuple boer meurtri par la guerre. C'est possible. Le petit Hendrik qu'on dit être né tantôt à Amsterdam tantôt en Afrique du Sud va à l'école. Il s'y fait remarquer par ses grandes facultés intellectuelles. Il a un parcours sans faute, se classant dans les meilleurs élèves d'Afrique du Sud. C'est ainsi qu'il obtient des bourses d'étude. Son père est pasteur, sa famille a une bonne éducation, sans être riche. Hendrik part à l'étranger dans les universités allemandes et anglaises pour parfaire son parcours : Lepizig, Berlin, puis... Oxford... Cambridge... A cette époque, l'Allemagne est en crise, c'est après la Première guerre mondiale. L'Afrique du sud est divisée à cette époque : toujours l'antagonisme anglo-boer... Pendant la guerre des Boers aucune grande puissance n'était intervenue en faveur des Boers... Seuls les Allemands avaient manifesté leur solidarité... Alors pendant la Première guerre mondiale, les Boers que la Première guerre mondiale n'intéressent pas, ne veulent pas s'engager dans le conflit, et manifestent plutôt une sympathie pour l'Allemagne. L'Angleterre le prend mal. Aucunement les Boers n'ont l'idée de se révolter, mais certains (quelques centaines) partent rejoindre la colonie allemande de Namibie pour se battre aux côtés des Allemands. Les Anglais sautent sur l'occasion pour attaquer la colonie allemande et la mettent sous le contrôle de l'Union Sud-Africaine
A cette occasion des Boers se rangent aux côtés des Anglais. Certains, même des anciens de la guerre des Boers sont attirés par les positions gouvernementales et les prébendes que les Anglais peuvent leur fournir. Tel est le cas de Jan Smuts. Un général boer qui a retourné casaque comme on dit, ou qui s'est intégré à la nouvelle Union Sud-Africaine. Dans l'entre-deux-guerres, rien n'a vraiment changé pour les Boers.... ils restent dirigés par les Anglais... C'est à cette époque que notre Hendrik parvient à la majorité. C'est dans ce contexte qu'il part faire un tour des universités d'Europe et d'Amérique. De retour en Union Sud-Africaine cet élève brillant devient professeur à la faculté de sociologie. Ne le cachons pas, Vervoerde, de par sa famille, son histoire est Boer, et il est assez hostile aux Anglais. et il est favorable à ce que les Boers redeviennent maîtres chez eux. Très pieux, il s'intéresse aussi aux pauvres... et aux pauvres boers notamment... la vie n'est pas facile, depuis 1901 les Anglais se sont faits un malin plaisir de concurrencer les boers par l'emploi des noirs... bien moins onéreux... cela alimente la haine raciale, et la haine contre les Anglais. Quand il donne la soupe aux pauvres, qu'il vient en aide aux démunis, ces derniers lui confient leurs problèmes et l'origine de ces problèmes : les anglais et les noirs... Il s'engage prudemment en politique. Il se rapproche du Parti National Boer. Il y dirige le journal du Transvaal. On essaiera de lui reprocher des sympathies pronazies, mais il s'en défendra toujours, il fit un procès en diffamation pendant la guerre à ce sujet, mais c'était la guerre, et le tribunal refusant de trancher (ils avaient autre chose à faire)... Comme pendant la Première, lors de la Seconde Guerre mondiale, les Anglais veulent se servir des Boers comme chair à canon, et les Boers eux bien évidemment jugent que ce n'est pas leur guerre... Comme les autres pourtant certains iront se battre, s'illustrant notamment à Tobrouk et El Alamein. 
Mais ce n'est pas le combat de Vervoerde qui milite pour la non-intervention, son objectif à lui reste l'indépendance de son pays, que les Boers reprennent la main. La Seconde guerre mondiale a affaibli terriblement l'Angleterre qui s'est retrouvée seule face à l'Europe nazie en 1940 et 1941. Elle a été agressé en Asie par les Japonais qui lui ont pris nombre de colonies... elle a subi de terribles désastres symboliques comme la perte de Singapour... cette humiliation de la race anglaise va la discréditer, et les coloniaux réclamer avec succès l'indépendance : l'Inde (1947), et tout le reste. 1945 est donc loin d'être une victoire pour l'Angleterre, en fin de compte, elle peut s'estimer heureuse d'avoir échappé à l'annihilation hitlérienne, mais en perdant son empire elle a perdu aussi son prestige et une grande part de sa puissance économique !
Les Boers vont en profiter eux aussi. En 1948 pour la première fois depuis 1901 les Boers remportent les élections. Leur but est enfin accompli : diriger leur propre pays, ou plutôt le pays créé par les Anglais (la RSA), mais dont ils sont la véritable charpente. Les Boers ont donc fini par battre les Anglais à leur propre jeu... quelle va être la réaction anglaise ? Bien sûr ils ne vont pas aimer. 
Hendrik lui est aux anges ! Enfin... le parti national lui trouve un poste de sénateur, puis la mort inopiné d'un ministre (1950) lui offre son premier ministère : à la question nègre. Vervoerde va ainsi se familiariser avec le droit sud-africain concernant les noirs, les métis, les indiens, les malais... toutes ces populations non-blanches d'AFS, les 'colored'. En effet, la 'ségrégation' ne date pas de 1948 et de l'arrivée au pouvoir des Boers... bien au contraire... elle a toujours été là... dès les débuts de la colonie du Cap... et pour cause, les nègres vivaient dans la nature et les autres vivaient en ville (Le Cap)... ces populations n'avaient rien en commun. Parfois des nègres demandaient asile aux blancs, car la vie dans la brousse était trop dure ou ils étaient chassé de leur tribu... ces gens-là n'avaient rien à attendre des blancs, si ce n'est un meilleur sort qu'il ne leur était réservé dans leur communauté... Au fil des siècles les choses n'ont pas changé ! Et en 1948 tout un tas de lois régit l'espace public 'blanc' et 'noir' ; en fait c'est simple, chez les blancs c'est partout, sauf dans les royaumes nègres (semblables aux réserves amérindiennes). Les nègres y sont maîtres absolument. Mais les nègres ont un problème : chez les blancs, c'est mieux, c'est plus propre, mieux réglé, il y a l'électricité, es journaux, des immeubles, la ville, du travail... de l'argent... les nègres eu n'ont pas grand chose... ils sont régis par des chefs tribaux qui font régner un ordre préhistorique totalement impitoyable... nombreux sont les nègres à fuir leur propre condition pour chercher refuge et prospérité chez les blancs... 
Les Anglais vont utiliser les noirs pour noyauter et saboter la population boer. Entre 1901 et 1950, les Anglais ont favorisé l'immigration noire dans les zones blanches. Officiellement interdite, le pouvoir anglais ferme les yeux, arguant qu'il est impossible de faire respecter la loi. Les noirs il est vrai n'ont guère de respect pour la loi... ils rallient par milliers les villes blanches, dorment dans la rue... dans des bidonvilles alentour... cela crée des tensions évidemment... les Anglais se servent de ces 'prolétaires', 'lumpenproletariat' comme disent les marxistes, pour gagner plus d'argent et mettre au chômage les honnêtes Boers... le problème est la démographie galopante des noirs... l'afflux ne cesse jamais et est tous les ans plus importants... il faudrait alors que ls blancs jettent un oeil dans les royaumes nègres, il faudrait limiter les naissances, mais personne n'y pense. Si bien qu'en 1950, les bidonvilles noirs autour des villes blanches sont de plus en plus peuplés... de plus en plus nombreux... et ça ne cesse jamais... Le parti national, que va-t-il faire ? D'abord il cherche à restaurer la loi, qui a été négligé par les Anglais... il expulse les nègres de leurs habitations illégales... mais le parti national fait une erreur, il ne les renvoie pas dans les royaumes nègres... il leur construit des habitats en dur... des "townships"où il les regroupe (encore bien pire erreur!)... si bien que l'habitat illégal est légalisé... les nègres qu'il fallait foutre dehors, on les aménage chez les blancs. C'est une première erreur du gvt national. Vervoerde n'y est pas étranger, il fait partie du gvt et est responsable des affaires nègres... Au lieu de changer de politique, en fin de compte ils ont continué et pire avalisé la politique anglaise... ils ont légalisé l'illégal... ils se sont noués la corde autour du cou... 1990 était déjà là. 


Hendrik n'est pourtant qu'au début de son ascension politique. Sage ministre, il va devenir Premier ministre en 1958. Comme on peut le voir, Vervoerde n'avait rien d'un forcené, c'était un intellectuel, un homme qui s'était situé en retrait plutôt, le parti Boer avait de grandes gueules, de grandes figures historiques, comme Daniel Malan (huguenot) qui était le véritable maitre d'oeuvre de l'arrivée au pouvoir de 1948. Mais Malan se faisait vieux, comme tous les vieux boers revanchards de la domination anglaise... Malan se retira de la politique en 1953 ; sa succession était ouverte, quelques noms circulaient, parmi eux Strijdom lui succéda finalement... mais lui aussi trop vieux décéda en 1958... c'est dans ce contexte qu'arriva au pouvoir Vervoerde. Il est un peu premier ministre par défaut... un peu comme Gorbatchev en URSS en 1985. 
Vervoerde va diriger comme il le peut l'AFS jusqu'en 1966. Il est assassiné par un fou, un migrant apatride, fils d'un chypriote et d'une métisse mozambicaine, qui n'avait trouvé refuge que dans l'AFS de l'apartheid, qui lui avait donné un emploi (et quel emploi : à l'assemblée nationale!) et un toit... aucun parti politique ne chercha à récupérer Dimitri Tsafendas de son vrai nom, bien qu'il ait eu des liens avec les communistes. Personne n'était fier de ce qu'il avait fait. 
Vervoerde avait le chic pour s'attirer les foudres des fous... déjà en 1960 un riche blanc anglais de l'Union Sud-Africaine, David Pratt, avait voulu l'assassiner de deux coups de revolver, Vervoerde s'en était tiré miraculeusement, là aussi on diagnostiqua la folie de l'agresseur... qui se suicida peu après... le monsieur avait eu des soucis avec sa femme auparavant... 


Quoiqu'il en soit c'est cet homme que l'histoire retient comme l'architecte de l'Apartheid... en fait, rien n'est plus faux. L'apartheid a toujours existé en AFS... et cet homme qui n'est pas tout à fait un politique, pas tout à fait un intellectuel, pas tout à fait boer, pas tout à fait hollandais... est un bouc-émissaire parfait pour les myopes...


Vervoerde est l'objet de nombreuses légendes noires. Par exemple, il aurait interdit les ambassadeurs noirs... il aurait aussi interdit les rencontres sportives entre blancs et noirs... En réalité, il n'y avait jamais eu d'ambassadeurs noirs en AFS, de même que dans le domaine sportif l'AFS n'avait jamais eu à rencontrer de nègres... 
On se demande ainsi quelle mouche a piqué le PM canadien pour envoyer un ambassadeur noir en AFS... n'est-ce pas là de la pure provocation ? Bien entendu ! De même, la polémique sur les rencontres sportives internationales ? A l'époque il n'y avait pas de noirs dans les équipes de rugby... et là encore les Anglais ont saboté l'AFS... personne n'aurait eu l'idée d'envoyer des noirs jouer en AFS... car le problème était évidemment juridique : puisque les noirs devaient vivre chez les noirs, un ambassadeur ou un joueur (même international) ne pouvait pas se trouver au même endroit qu'un blanc ! Et il en était ainsi également du temps des Anglais avant 1948.... Mais, ça, évidemment, il faut pas le dire ! 
En réalité, Vervoerde et sa politique prônait une solution au vivre ensemble sud-africain, à l'impossible cohabitation entre blancs et noirs, et entre nègres eux-mêmes. Cette politique d'apartheid, Vervoerde la définissait ainsi :  "qui garantit aux autres ce qu'elle revendique pour elle-même et qui est calculé de telle sorte qu'elle offre  à tous une une même chance de développement au sein de son propre groupe racial (which grants to others what it claims for itself and which is calculated to provide the same opportunities to everyone within his own race group. That is the policy of apartheid).

Tout les procès qu'on fait au Parti National sont donc d'une mauvaise foi typiquement britannique. 


Parlons maintenant du "massacre de Sharpeville". Le "massacre"  eu lieu 9 jours avant la tentative d'assassinat contre Vervoerde en 1960. Sharpeville était un "township". Pour éviter que les noirs ne cessent de migrer d'un endroit à l'autre du pays, pour qu'ils cessent d'alimenter bidonvilles et criminalité, le gvt National les avait assigné à résidence dans les "townships". Interdiction de sortir. Les laissez-passer étaient obligatoires. Et il fallait toujours avoir ses papiers sur soi. Vous me direz comme en France pour n'importe qui ! Mais pour les noirs de l'époque ce n'était pas possible, ils ont du mal à concevoir la loi, à obéir à quelque chose d'immatériel... les activistes noirs (ANC) ont eu l'idiotie de s'en prendre aux policiers du township... ces malheureux policiers se sont retrouvés entourés par une foule menaçante 1000 fois supérieure en nombre... pour se dégager et faire revenir l'ordre, ils n'ont eu d'autre choix que de tirer... bilan 50 morts... ce sinistre massacre va être cyniquement exploité par l'opposition internationale (anglaise principalement) contre l'AFS et les boers. Le PM canadien, le PM anglais décrièrent le système inique de l'AFS etc... Le PM anglais Harold McMillan demanda un "changement" devant la parlement sudafricain, rappela que depuis l'indépendance de l'Inde (1947) rien ne pouvait plus arrêter le "vent du changement" et que les blancs devront abandonner le pouvoir... Suite à ce discours osé, Vervoerde décida de convoquer un referendum qui déciderait de l'indépendance de la RSF.... elle resterait dans le commonwealth, mais n'aurait plus de comptes à rendre à Londres... le referendum fut un succès à 52%. Mais l'AFS restait dans le commonwealth. Bien vite les Canadiens et les Indiens (anti-blancs au possible!) se liguèrent pour l'en expulser avec l'accord tacite de Londres... 


En fait l'AFS a été victime d'une chasse aux blancs... de la part des pays non-blancs en premier lieu. Ce sont ces pays non-blancs, décolonisés, qui ont fait pression pour que l'AFS soit bannie des JO, et c'est cette propagande antiblanche qui s'est répandu à travers le monde qui a mobilisé les foules (idiotes) du monde entier à chaque fois qu'e l'équipe de rugby sudafricaine se déplaçait... Les pays blancs comme la France ou l'Angleterre acceptait encore de jouer contre les Springbooks, mais dans les années 80 eux aussi finirent par céder ! Les blancs se retournaient contre les blancs, c'en était fini, ceux-là même qui s'étaient retourné contre l'AFS capitulaient devant le Nouvel Ordre Mondial Colored ! Ce qu'est en train de vivre l'Europe blanche n'est rien d'autre que ce qu'ont vécu les Sudafricains entre 1901 et 1990 : une invasion illégale/légale de leurs territoires par les "colorés" ; une non-réaction des politiques, qui finit en hallali antiblanche. 


Revenir en haut
.: Publicité :.


MessagePosté le: Dim Fév 14 2016, 05:07    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au coeur de l'Histoire Index du Forum » Les Epoques de l'Histoire » XXe Siècle Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by Taloche Town © 2001, 2017 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com