Au coeur de l'Histoire Index du Forum
Au coeur de l'Histoire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Hélène Jégado, Fleur de Tonnerre

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au coeur de l'Histoire Index du Forum -> Autres histoires -> Histoires Sad Et Célèbres -> Evènements Tragiques et Historiques -> Crimes du passé
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Amaranthys
First Lady
First Lady

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2009
Messages: 7 214
Féminin
Point(s): 6 757
Rang: Chef Animatrice
Moyenne de points: 0,94
C.Europe: 3ème

MessagePosté le: Dim Mar 5 2017, 10:07    Sujet du message: Hélène Jégado, Fleur de Tonnerre Répondre en citant

Née en 1803, la jeune Hélène, enfant choyée élevée dans une petite ferme d'une famille de cultivateurs pauvres, est nourrie des légendes de la Basse-Bretagne. Elle est notamment traumatisée par le personnage de l'Ankou, dont elle va devenir l'incarnation pour surmonter ses angoisses3. En 1810, après la mort de sa mère, elle est envoyée chez une tante qui travaille comme domestique dans un presbytère de Bubry, et devient elle-même domestique. Par la suite, dans différentes villes – SéglienAuray, Bubry, HennebontLocminéLorientPontivy et, enfin, en 1849, Rennes3 –, elle devient notamment cuisinière, un emploi idéal pour empoisonner à l'arsenic les plats de ses victimes : des clients d'un bordel militaire de Port-Louis, où elle se prostitue, des maîtresses de maison, des prêtres, des religieuses, jusqu'à des enfants. Sa série de crimes s'arrête à Rennes, après les meurtres de deux gouvernantes successives et d'une servante de son employeur, l'avocat et professeur de droit et expert en affaires criminelles, Théophile Bidard de la Noë, qui, soupçonneux, se décide finalement à enquêter et fait procéder à une autopsie qui révèle un empoisonnement à l'arsenic. Arrêtée le 2 juillet 1851, Hélène Jégado nie tout en bloc. Aussi, à défaut de preuves, la justice se contente de l'intime conviction du juge d'instruction et la chambre des mises en accusation de Rennes la renvoie devant la Cour d'assises d'Ille-et-Vilaine4.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:H%C3%A9l%C3%A9ne_J%C3%A9gado.png
Croquis d'Hélène Jégado réalisé pendant son procès en 1851. 
 

L'exécution d'Hélène Jégado sur le Champ de Mars à Rennes met fin à une carrière criminelle de dix-huit ans, facilitée par le fait qu'à cette époque la région est touchée par des épidémies de choléra dont les symptômes se rapprochent de ceux de l'empoisonnement à l'arsenic. Le nombre de ses victimes est impossible à déterminer avec précision, probablement 363, car la plupart de ses forfaits ayant été commis plus de dix ans avant son procès, ne peuvent plus être jugés du fait de la prescription légale de dix ans en vigueur à l'époque. Aussi son procès écartera-t-il 21 empoisonnements et 5 tentatives d'empoisonnement. Jean Teulé et plusieurs médias la considèrent comme la plus grande5 tueuse en série du monde6. Son habitude de conserver des reliques de chacune de ses victimes permet aujourd'hui d'estimer qu'elle a tué environ soixante personnes, y compris des enfants, notamment la petite Marie Bréger au château de Soye, (à Plœmeur), en mai 1841, dix ans et un mois avant son arrestation, ainsi que deux tantes et son père6.
Son acte d'accusation concerne cinq empoisonnements et cinq tentatives d'empoisonnement, ainsi que onze vols domestiques. Le procès de celle que la presse surnomme « la nouvelle Brinvilliers » s'ouvre devant la Cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, le 6 décembre 1851, et se termine par la condamnation à mort, le 14 décembre, après une heure quinze de délibération. Le discours final de Me Magloire Dorange, jeune avocat de vingt-quatre ans chargé de la défense, qui plaide la folie, est un plaidoyer contre la peine de mort7. Femme pieuse, Hélène se confesse à l'abbé Tiercelin et avoue ses meurtres en prison, la veille de son exécution. Ces révélations qu'elle autorise à rendre publiques après son décès, se révèlent pourtant peu fiables, certains crimes ont été omis et d'autres probablement rajoutés3.
Mais les circonstances politiques d'après le coup d’État de Napoléon III du 2 décembre, font que le cas passe presque inaperçu dans les journaux nationaux6. Le député Jean-Baptiste Baudin, médecin spécialisé dans les maladies de l'estomac, cité à comparaître au procès, trouve la mort sur les barricades du faubourg Saint-Antoine le 3 décembre3.
Hélène Jégado est guillotinée au petit matin, le 26 février 1852, place du Champ-de-Mars (aujourd'hui Esplanade Charles-de-Gaulle). Sa dépouille et notamment son cerveau sont autopsiés par le premier chimiste de la faculté des sciences de RennesFaustino Malaguti89. Ses restes sont ensuite déposés dans la fosse commune du Cimetière du Nord.
La culpabilité d'Hélène Jégado n'a jamais été mise en cause. Plusieurs mobiles ont été proposés sans vraiment convaincre, aucune explication raisonnable n'a pu être donnée à son action3.
Sa méthode était simple : cuisinière dans les presbytères et les maisons bourgeoises, elle ajoutait de la « poudre blanche » dans la soupe ou les gâteaux qu'elle préparait, autrement dit de l'arsenic, sous la forme de « mort-aux-rats »6.




wiki




Un livre de Jean Teulé et un film sont sortis récemment sur le sujet, qu'en pensez-vous?
_________________
Hé bien ! la guerre. ..(Les liaisons dangereuses, Laclos)



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim Mar 5 2017, 10:07    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au coeur de l'Histoire Index du Forum -> Autres histoires -> Histoires Sad Et Célèbres -> Evènements Tragiques et Historiques -> Crimes du passé Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com